Structure d’accueil :
UMR Stress Environnementaux et BIOsurveillance des milieux aquatiques (SEBIO), site Université Le Havre-Normandie
https://www.umr-sebio.fr/

Encadrement :
Benoit Xuereb (MCF ; [email protected])
Romain Coulaud (MCF ; [email protected])

Date et durée du stage : 6 mois ; janvier – juillet 2022

Contexte :
Le déversement continuel de contaminants chimiques de plus en plus diversifiés dans l’environnement et leur impact sur les services écosystémiques sont devenus une problématique majeure dans notre société actuelle. Un intérêt tout particulier est porté aux compartiments aquatiques, notamment les milieux littoraux, du fait de leur position d’exutoire ultime pour la majorité de ces composés. En Europe, l’évaluation de la qualité écologique des milieux littoraux repose sur les recommandations de la Directive Cadre sur l’Eau et de la Directive Cadre Stratégie pour le Milieu Marin et se base, en partie, sur les réponses de biomarqueurs mesurés sur des espèces sentinelles, principalement des poissons ou des mollusques. Dans un objectif d’évaluation de l’impact de la contamination des milieux aquatiques sur les biocénoses, une classification de la qualité des masses d’eau restreinte sur de tels taxons semble peu protectrice pour de nombreuses autres espèces, notamment d’invertébrés aquatiques comme les crustacés.
Pour répondre à ce constat, l’UMR SEBIO I-02 Le Havre travaille depuis quelques années au développement de biomarqueurs sur une espèce de crustacé emblématique des littoraux français et européens : la crevette bouquet Palaemon serratus. Les crevettes palémonidés représentent des modèles biologiques très pertinents pour l’évaluation de l’impact des pressions d’origine anthropique. En effet, elles constituent une importante ressource alimentaire pour de nombreuses espèces de poissons, céphalopodes et autres crustacés et occupent une part importante dans les processus de dégradation et de redistribution des détritus organiques.
Des travaux antérieurs (Erraud, 2018 ; Erraud et al., 2018a,b, 2019 a,b) ont porté sur le développement d’un biomarqueur de génotoxicité mesurant les dommages à l’ADN sur les spermatozoïdes de Palaemon sp (via le test des Comet), soulignant l’intérêt de cette approche pour la biosurveillance des eaux littorales. Cependant, nous manquons encore de recul concernant la signification écologique des effets observés via ce biomarqueur. Dès lors, un des enjeux consiste à mieux comprendre les conséquences qu’un stress génotoxique mesuré sur la lignée spermotogénétique, peut traduire en termes d’efficacité de reproduction et de qualité du recrutement. L’objectif de ce stage réside donc dans l’étude des répercussions de l’altération de l’ADN spermatique sur le taux de fertilisation et le succès de développement embryo-larvaire, chez ces crevettes.
Pour cela, une expérimentation sur trois mois sera prévue au début du stage. Des crevettes adultes mâles seront exposées au laboratoire à différentes concentrations d’un contaminant génotoxique modèle afin d’assurer la dégradation plus ou moins importante du matériel génétique contenu dans les spermatozoïdes. Une fois l’exposition réalisée, les mâles seront mis en commun avec des femelles matures en vue de se reproduire. Le développement des descendants ainsi produits sera examiné à chaque stade de vie : le stade œuf, larvaire, et juvénile. Une attention particulière sera portée sur la survie des individus, le temps de développement des différents stades, ainsi que sur l’apparition d’éventuelles anomalies physiques durant les phases larvaires et juvéniles. La ou le stagiaire pourra compter sur la maitrise zootechnique développée ces dernières années autour du développement embryo-larvaire de P. serratus pour mener à bien cette expérimentation.
Ce stage est supporté par un financement du Fonds Européens pour les Affaires Maritimes et la Pêche (Projet « Gestion Durable des pêcheries de Bouquet en Normandie »). La ou le stagiaire pourra être amené.e à communiquer sur ces résultats dans le cadre de manifestations scientifiques en lien avec le projet.

Profil recherché :
– Connaissances en écologie des milieux aquatiques (si possible marins)
– Connaissances en physiologie des crustacés
– Notions de zootechnie
– Connaissances en biostatistiques
– Le candidat devra être dynamique, enthousiaste et montrer une bonne autonomie.

Formalités de candidature :
Pour candidater : les candidat(e)s intéressé(e)s devront envoyer aux trois encadrants (i) une lettre détaillée décrivant leurs motivations et leurs compétences ; (ii) un CV ; (iii) les coordonnées de un à trois référents potentiels et (iv) une brève description (1 page maximum) de leurs travaux antérieurs (stages académiques, stages bénévoles, etc…).

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].