Stage de master : tactiques spatiales de reproduction de la lamproie marine
Mars-Août 2021, UMR INRAE/Univ. Pau & Pays de l’Adour ECOBIOP

Contexte et objectif
Le projet de stage porte sur la description empirique des tactiques spatiales de reproduction chez la lamproie marine. Du point de vue théorique, la distribution spatiale et temporelle de l’effort reproducteur est une des composantes pouvant affecter le succès reproducteur d’un individu, via sa survie, son succès d’appariement ou la survie de ses descendants. La tactique optimale peut dépendre du phénotype individuel (réserves énergétiques, sexe…) et de la tactique adoptée par les autres individus. A un niveau d’intégration plus large, les tactiques individuelles conditionnent les caractéristiques de la population, comme le système d’appariement ou l’effectif efficace.
La lamproie marine (Petromyzon marinus L.) est une espèce sémelpare dont les couples construisent des nids où se déroulent les accouplements et l’incubation des œufs. Des observations naturalistes montrent que les nids sont en général construits par un couple auquel peuvent se joindre d’autres individus. Par ailleurs, des expériences de capture-marquage-recapture (CMR) suggèrent que certains individus peuvent fréquenter plusieurs nids successivement, mais la fréquence d’échantillonnage est en général trop faible pour estimer le nombre de nids utilisés par individu, et sa relation avec le phénotype individuel. L’objectif du stage est de tester les liens entre le phénotype individuel (longueur, masse, sexe…), le nombre de nids fréquentés et les caractéristiques des nids (distribution spatio-temporelle, volume, nombre d’individus contribuant à la construction) de lamproie marine.

Mission du/de la stagiaire
La personne recrutée réalisera un suivi de 20 lamproies marquées avec des radio-émetteurs durant la saison de reproduction (mai-juillet 2021) sur la Nive. Cette mission impliquera une détection quotidienne de chaque individu avec un dispositif mobile, la gestion de stations de détection fixes (calibration, entretien, collecte de données), la cartographie et la description physique des nids, ainsi que l’observation comportementale de la reproduction sur les nids. A l’issue de la phase de terrain, le/la stagiaire devra compiler toutes les données et les analyser (analyses multivariées, modèles linéaires généralisés) afin de tester l’existence de liens statistiques entre les variables, et de décrire les tactiques spatio-temporelles de reproduction.

Conditions de travail
Ce stage s’inscrit dans le cadre de la thèse de Marius Dhamelincourt sur l’écologie de la reproduction de la lamproie marine. Il sera encadré par M. Dhamelincourt et par ses deux directeurs de thèse Arturo Elosegi (UPV/EHU) et Cédric Tentelier (UPPA), et impliquera des interactions avec du personnel technique. Le/la stagiaire devra avoir un intérêt et des compétences pour l’écologie comportementale, une bonne condition physique pour le travail de terrain, le sens de l’organisation pour la gestion des données, et des capacités pour l’analyse statistique et la synthèse des résultats.
Ce stage de 6 mois (indemnité d’environ 578€/mois) sera localisé à l’Aquapôle INRAE de Saint Pée sur Nivelle (64), qui héberge deux unités de recherche, dont ECOBIOP spécialisée en biologie des populations de poissons. Le/la stagiaire interagira avec les membres de l’unité et contribuera occasionnellement à d’autres travaux menés dans l’unité d’accueil.

Contact
Cédric Tentelier (enseignant-chercheur, responsable du stage) : [email protected]
Marius Dhamelincourt (doctorant, encadrant direct) : [email protected]

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].