Contexte et objectifs de la thèse:
Utilisés majoritairement comme outil d’aide à la décision en agriculture jusqu’alors, les modèles écophysiologiques permettent de simuler finement la croissance et le développement de cultures diverses dans des contextes pédoclimatiques (caractéristiques physico-chimiques des sols, température, pluviométrie, radiation solaire, etc.) et agronomiques (date et densité d’implantation, fertilisation, irrigation, etc.) variés (Chapman, 2008). L’approche classique de sélection qui consiste à réaliser des essais multi-locaux afin de sélectionner les génotypes les plus performants sur la base de leur performance moyenne chaque année présente des limites liées au manque de prédictibilité des données obtenues pour l’objectif visé (Podlich et al., 1999). La compréhension de la performance des génotypes en fonction des caractéristiques environnementales de chaque lieu devient essentielle à l’optimisation du processus de sélection. Les modèles écophysiologiques ont le potentiel de répondre à cette problématique en décrivant la performance des génotypes sur la base de critères physiologiques, et d’en mesurer la pertinence vis à vis de l’objectif de sélection (Chenu et al., 2017). Cette approche originale permet également de comprendre les processus physiologiques impliqués d’une part dans l’élaboration des caractéristiques quantitatives et qualitatives de la culture (rendement, teneur en protéine, qualité maltière, etc.) et d’autre part dans les phénomènes d’interactions génotypes x environnement. La Chaire Amélioration des Plantes et Intégration Sociale et Technique d’UniLaSalle intègre actuellement cette thématique dans ses axes de recherche, l’objectif étant de délivrer aux sélectionneurs de nouveaux outils permettant d’améliorer leur stratégie de sélection et augmenter le progrès génétique.

Dans ce contexte, la société SECOBRA Recherches souhaite intégrer cette approche à l’amélioration de l’orge de printemps à l’échelle Nord-Europe. L’amélioration de cette céréale présente à ce jour deux difficultés majeures : un plafonnement récent du niveau de rendement et une irrégularité des performances inter- et intra-annuelle. L’origine de ces difficultés reste encore insuffisamment ou trop partiellement comprise. Par une approche transverse : écophysiologique, analytique et génétique, la thèse ambitionne (1) d’identifier et de comprendre les facteurs environnementaux majeurs impactant le progrès génétique en orge de printemps, (2) de fournir au sélectionneur une typologie d’environnements permettant d’intégrer et contrôler les interactions génotype x environnement et (3) de délivrer une méthode de phénotypage haut-débit vis-à-vis des traits de réponse des génotypes aux principaux facteurs responsables de l’interaction. À ce jour, les méthodes de phénotypage haut-débit alliées à l’utilisation des modèles écophysiologiques évoluent au point où les sélectionneurs accèdent à de l’information sur les déterminants physiologiques de l’adaptation des plantes, permettant une sélection précise de variétés adaptées aux environnements cibles (Araus et al., 2018).

Informations complémentaires sur la thèse:
Thèse CIFRE : UniLaSalle (Beauvais)-SECOBRA Recherches
Durée : 3 ans, 1er janvier 2022 au 31 décembre 2024
Salaire brut mensuel : 1957 euros

Unité de recherche de rattachement:
La thèse sera réalisée au sein de l’unité de recherche AGHYLE (UP.2018.C101, FR CNRS 3417) d’UniLaSalle Beauvais à laquelle la Chaire Amélioration des Plantes et Intégration Sociale et Technique est rattachée. L’unité est membre de la SFR Condorcet et de l’École Doctorale « Sciences, Technologie, Santé » de l’Université de Picardie Jules Vernes (UPJV).

Profil recherché :
Master 2 ou ingénieur agri/agro initié aux recherches en écophysiologie végétale et à l’amélioration des plantes.

Compétences demandées :
Rigueur, curiosité scientifique, bonne organisation de son temps, mise en place et suivi d’une expérimentation, bon niveau d’anglais écrit et parlé, maîtrise des statistiques et du logiciel R.

Dépôt des candidatures :
Le dossier de candidature, constitué d’un CV, de vos relevés de notes de Master ou 4ème et 5ème année post-bac ingénieur et d’une lettre de motivation, est à envoyer par email avant le 23 août 2021 aux adresses suivantes :
[email protected] et [email protected]

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].