Mandataire :
Etc Terra – Rongead est le fruit de la fusion entre deux associations à but non lucratif : Etc Terra et Rongead. Leur mission commune est d’assurer le développement de territoires ruraux tout en assurant la préservation de l’environnement naturel et le dynamisme des filières agricoles. L’objectif historique d’Etc Terra se résume dans la volonté de démontrer, par des projets de terrain, qu’il est possible et bénéfique de concilier dynamisme économique et préservation du capital naturel dans les territoires ruraux des pays du Sud. Etc Terra a donc saisi l’opportunité de la dynamique REDD+ pour promouvoir cette approche car elle peut rassembler : agriculture et forêts, sécurité alimentaire et déforestation, finance carbone et financements traditionnels, secteurs public et privé, arbres et fertilité des sols, etc. RONGEAD, créé en 1983, couvre les secteurs des filières agricoles, agro-industrielles et PFNL pour faciliter l’accès au marché des acteurs de la chaîne de valeur, le renforcement des capacités des organisations de producteurs, la réduction des externalités environnementales dans les processus de transformation et des politiques agricoles dans les pays en développement. Les actions conduites avec des partenaires de terrain visent l’amélioration du fonctionnement des filières et l’augmentation des revenus et de la valeur ajoutée sur les territoires d’intervention en renforçant les organisations de producteurs.

Contexte du projet et problématique :
Etc Terra – Rongead travaille au niveau de la Réserve Nationale de Gilé (RNG) au Mozambique depuis 2014 à la demande de la Fondation François Sommer – Fondation Internationale pour la Gestion de la Faune (FFS-IGF), initialement pour développer la stratégie REDD+ de la zone (stratégie de développement agricole – en partenariat avec Agrisud International – et comptabilité et valorisation carbone du projet ). FFS-IGF cogère la RNG avec l’ANAC dans un objectif de conservation de la biodiversité floristique et faunistique.
La RNG héberge une petite population d’éléphants de savane <100 individus. Longtemps épargnée par la vague de braconnage qui a touché le Mozambique depuis les années 2000, plusieurs carcasses d’éléphants braconnés ont été retrouvées à partir de 2016. Dans ce contexte, parmi d’autres mesures, 3 éléphants ont été équipés de colliers GPS à retransmission satellite en octobre 2014 et 3 éléphants en Juillet 2016. Des analyses préliminaires ont révélé que les éléphants passaient la moitié de leur temps à l’extérieur de la RNG, en particulier pendant la saison des pluies. Ces excursions donnant lieu à des cas de déprédations par les éléphants au niveau de champs de culture, sources de conflits avec les communautés d’agriculteurs autour de la réserve. La compréhension des déplacements au sein et à l’extérieur de la RNG selon les saisons et les usages du sol est un enjeu important pour la gestion de la faune de la Réserve et la coexistence avec les communautés rurales vivant en périphérie.
Pour le développement de la stratégie de réduction de la déforestation dans la Réserve, Etc Terra – Rongead a produit plusieurs cartes d’occupation du sol, des feux de brousses ou de la déforestation historique .
Le croisement des données de déplacement et des données extraites des cartes (type de végétation, âge des formations forestières secondaires, distance aux villages, etc) devrait permettre de mieux comprendre les déplacements en identifiant les habitats sélectionnés par les éléphants au cours du temps. Une attention particulière sera donnée à l’utilisation des zones conflictuelles (cultures, jachères) et les habitats clefs ou vulnérables (ripisylves). Cette meilleure compréhension pourra mener au développement d’une stratégie de gestion de la grande faune plus adaptée.

Objectifs du stage :
L’objectif du stage est de croiser les données cartographiques et de déplacement afin de mieux décrire les déplacements des éléphants et identifier leurs déterminants spatiaux (ressources et risques). L’ensemble des données de déplacements et les cartographies sont acquises. Certaines données de déplacement doivent encore être traitées avec les scripts existants à adapter. Les informations des cartes devront être extraites afin de définir des variables explicatives d’un modèle de sélection d’habitat. Les résultats de cette analyse seront présentés sous la forme d’un article scientifique (en anglais) à soumettre à une revue d’écologie ou de conservation dans le courant du stage.
Les tâches à réaliser sont les suivantes :
– État de l’art sur la coexistence entre faune sauvage et activités humaines, et des méthodes d’analyse en écologie du déplacement,
– Si besoin, formation aux outils utilisés en écologie du déplacement,
– Mise à jour et analyse des données de déplacement,
– Acquisition de données cartographiques (disponibles gratuitement) supplémentaires si nécessaire,
– Extraction des informations utiles des données cartographiques existantes,
– Construction de modèles de sélection d’habitat,
– Interprétation des résultats et rédaction de l’article.
L’ensemble de ce travail est initié. Le/la stagiaire se basera sur les premiers résultats et outils développés qu’il/elle complétera. Toute proposition d’analyse ou méthode complémentaire sera toutefois bienvenue.

Profil recherché :
• Etudiant Ingénieur, en Master 1 ou 2 ou en année de césure en écologie, bio-statistique ou géographie ;
• Bonnes compétences en statistique et cartographie. Connaissances en écologie du déplacement appréciées ;
• Compétences en SIG ;
• Maitrise du logiciel R et de QGIS ;
• Compétences rédactionnelles en anglais ;
• Autonomie et adaptabilité.

Organisation et conditions :
Le stage aura une durée de 6 mois en 2018, idéalement d’avril à septembre mais les dates sont flexibles. Il se déroulera en France à Montpellier (pas de mission prévue à l’étranger). Le stage sera rémunéré selon l’indemnité légale de stage (~ 550 euros par mois).
Le stage sera encadré par Marie Nourtier (Etc Terra – Rongead – Chargé de Projet EtcLab’ – [email protected]), Hugo Valls-Fox (CIRAD – Écologue, analyse des données de déplacements – [email protected]) et Alessandro Fusari (FFS-IGF – Spécialiste de la gestion des aires protégées – [email protected]).
Pour tout complément d’information concernant le contenu du stage ou les dates/durée du stage contacter Marie Nourtier ([email protected]). Les candidatures (CV et lettre de motivation) sont à envoyer à Marie Nourtier ([email protected]) avant le 30 avril 2018.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].