Contexte:

L’intensification agricole, caractérisée notamment par une augmentation de l’utilisation des produits phytosanitaires, une diminution de la diversité végétale cultivée et des habitats semi-naturels a entrainé une réduction importante de la biodiversité dans les paysages agricoles. De manière à réduire les effets négatifs des activités agricoles il y a donc nécessité de développer une agriculture plus durable et plus respectueuse de l’environnement. Le service de régulation naturelle des bioagresseurs est reconnu comme une fonction écosystémique majeure et comme l’un des leviers mobilisables pour le développement d’une agriculture plus durable. Cependant, le développement de telles stratégies de protection des cultures nécessite une bonne compréhension des facteurs influençant les communautés d’ennemis naturels et les services de régulation naturelle. Il a été démontré que la complexité du paysage influence l’abondance et la diversité des ennemis naturels et que la simplification des paysages tend à homogénéiser les communautés d’auxiliaires en réduisant leur diversité. Cependant, relativement peu d’études existent sur les effets de ces changements dans les structures des communautés sur la régulation naturelle des ravageurs et aucune comparaison méthodologique des moyens expérimentaux de quantifier les niveaux de régulation.

Objectifs et déroulement du stage:

L’objectif de ce stage est (i) de mener une étude comparative de deux méthodes permettant de mesurer les niveaux de prédation des pucerons du blé et (ii) d’analyser l’influence de la proportion d’infrastructures agroécologiques sur les niveaux de régulation. Les deux méthodes expérimentales permettant de mesurer la prédation des pucerons (i.e., cartes de prédation, phytométre) ainsi que le suivi des parcelles se feront au sein d’un réseau de parcelles agricoles sur la Zone Atelier Plaine & Val de Sèvre (http://www.za.plainevalsevre.cnrs.fr/). Ce stage s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche européen (ECODEAL) qui vise à étudier l’influence de différentes mesures agroécologiques sur les communautés d’insectes et les niveaux de services. Le stagiaire sera intégrée à deux équipes de recherche (UMR SAVE et CEBC Chizé) et bénéficiera de leurs appuis scientifiques et techniques.

Profil recherché / compétences / Conditions matérielles:

Master en Ecologie / Agroécologie. Compétences ou intérêt pour l’entomologie. Goût pour le travail de terrain et de laboratoire. Une bonne connaissance des outils propres à l’écologie du paysage (logiciel SIG) et des compétences en statistiques seront les bienvenues. Permis B requis. Le stagiaire sera accueilli par l ‘équipe Agripop du CEBC de Chizé et UMR SAVE (Bordeaux) et bénéficiera de l’ensemble des moyens techniques et scientifiques de l’unité. La rémunération sera d’un montant net de 554.50 euros par mois environ.

CV + lettre de motivation à envoyer (avant le 11 Décembre) à: Vinent Bretagnolle, [email protected] et Adrien Rusch, [email protected]

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].