Contexte & problématique
La conservation ou restauration de la connectivité des habitats est une stratégie fréquemment mise en œuvre pour concilier aménagement du territoire pour les activités humaines et conservation de la biodiversité (Heller & Zavaleta 2009). Cela requiert d’identifier pour un certain nombre d’espèces ou d’habitats représentatifs quelles sont les zones à conserver en priorité dans le territoire afin de conserver des habitats variés, en quantité et en qualité suffisantes et suffisamment bien connectés pour maintenir les processus écologiques et la biodiversité sur le long terme. C’est l’idée générale sur laquelle reposent la mise en œuvre des Trames Vertes et Bleues sur les territoires Français. Les développements récents des outils de conservation et d’analyse de la connectivité des paysages (ex. basés sur la théorie des graphes) permettent maintenant de contrebalancer les exigences et enjeux liés à différentes espèces et différents critères de conservation (ex. différentes distances de dispersion, différentes types de mouvements et différentes échelles de connectivité) (Albert et al. 2017) afin d’identifier les zones à prioriser dans les plans de conservation. Cependant, il semble limitant de ne se baser que sur un diagnostic des continuités actuelles pour identifier les zones à conserver. En effet, l’importance relative de différentes zones d’habitat pour les continuités dans le territoire peut changer drastiquement avec les modifications de l’arrangement spatial des habitats (sous l’influence des changements d’usage des sols ou d’autres changements du territoire). Anticiper l’effet des changements à venir sur les continuités semble donc un point clé pour l’identification des continuités et pour développer un projet de territoire durable (Zetterberg et al. 2010).

Déroulement du stage et résultats attendus
Ce stage s’intègrera dans le projet « Ecologie du paysage dans la Plaine orientale corse et analyse des conséquences des cumuls d’impacts des perturbations anthropiques » (bureau d’étude ECOMED). Dans ce stage il est proposé de travailler sur le cas d’étude de la plaine Orientale Corse et de procéder en quatre étapes : 1) Modéliser les continuités écologiques et identifier les priorités de conservation actuelles en utilisant la méthodologie développée dans Albert et al. (2017) et pour les (groupes d’) espèces identifiées au préalable. 2) Faire une mini-review de la littérature sur les approches de modélisation utilisées en géo-prospective pour projeter des changements d’usage des sols sur un territoire. 3) Créer des scénarios alternatifs de développement pour la plaine Orientale Corse en collaboration avec les acteurs locaux (approche, par exemple par questionnaire, à définir dans le cadre du projet). 4) Analyser les continuités écologiques telles que obtenues pour les différents scénarios futurs.

Mots-clés
Conservation de la biodiversité, Connectivité & continuités écologiques, Aménagement du territoire, Scénarios, Modélisation, Cartographie et priorisation spatiale.

Compétences requises de l’étudiant
– Etudiants de M2 ou dernière année d’Ecole d’Ingénieur (ou césure)
– Motivation vis à vis des questions d’écologie, de conservation & d’aménagement du territoire
– Curiosité et aisance en modélisation (environnement R)
– Volonté de maîtrise d’un environnement de cartographie (SIG)
– Bon niveau en anglais

Contact, encadrement et laboratoire d’accueil, équipe
Cécile ALBERT et Mathilde HERVE, Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Ecologie, site d’Aix-en-Provence
Europôle Méditerranéen de l’Arbois, Pavillon Villemin
BP 80 – 13545 Aix-en-Provence Cedex 04 France
Mail : [email protected], Tel: +33 (0)4 42 90 84 54

Informations complémentaires
Durée du stage – 6 mois préférentiellement dans la période Mars – Septembre 2018
Indemnités règlementaires : ~ 500€/mois

References
Albert et al. (2017) Applying network theory to prioritize multi-species habitat networks that are robust to climate and land-use change. Conservation Biology, 31 (6), 1383–1396
Heller NE, Zavaleta ES (2009) Biodiversity management in the face of climate change: a review of 22 years of recommendations. Biological Conservation 142:14-32.
Zetterber et al. (2010) Making graph theory operational for landscape ecological assessments, planning, and design. Landscape and Urban Planning 95 (2010) 181–191

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].