Description du poste / de la mission

L’équipe Aquabios – Aquaculture, Biodiversité, Santé (https://isem-evolution.fr/equipe/equipe-aquaculture-biodiversite-sante/) de l’UMR ISEM (Institut des Sciences de l’Evolution de Montpellier) mène des recherches pour développer une aquaculture d’eau douce durable dans les pays tropicaux. Dans le contexte particulier du changement climatique, l’agroécologie devra jouer un rôle important pour répondre aux nombreux défis contraignant l’aquaculture et la santé humaine (réduction des impacts environnementaux, valorisation de la biodiversité, efficience et résilience des systèmes aquacoles, lutte biologique contre les vecteurs de maladies). Afin de lutter contre la schistosomiase, deuxième endémie parasitaire après le paludisme, il est nécessaire d’améliorer la résilience des élevages aquacoles. Les stratégies de lutte biologique contre les vecteurs de parasites doivent devenir partie intégrante des systèmes de production agroécologiques, dans une perspective One/Eco Health.

Les travaux que vous réaliserez contribueront à traiter la question suivante :

Quelles mesures de prévention (diversité des espèces cultivées, polyculture, biodiversité des ennemis naturels, lutte biologique) promouvoir pour contrôler les vecteurs de parasites de la schistosomiase et concevoir des systèmes d’élevage plus résilients ?

Pour répondre à cette question générale, vous développerez des recherches permettant de (i) caractériser les réseaux trophiques pour renforcer la régulation par les ennemis naturels (poisson, crevette) des vecteurs de schistosomes ; (ii) renforcer la prédation ou la dilution dans les conditions naturelles au niveau du système d’élevage et (iii) étudier les paramètres favorisant une interaction positive entre prédateurs et vecteurs (escargots hôtes intermédiaires).

Vous réaliserez des expérimentations auprès des pisciculteurs ou en milieu expérimental afin de (i) déterminer et tester les paramètres favorisant le contrôle biologique des vecteurs (mollusques hôtes des schistosomes principalement), et (ii) évaluer les pratiques agroécologiques (IMTA, rizipisciculture) et leurs impacts sur le contrôle des vecteurs aux différentes échelles.

Plus spécifiquement, dans le cadre d’une première affectation à Madagascar, vous étudierez :
i) Les espèces prédatrices des vecteurs présents dans le système ou disponibles localement (poissons/crevettes) ;
ii) Les paramètres du milieu aquatique susceptibles de favoriser le cycle des prédateurs des vecteurs hôtes (e.g. saison, température, nourriture) ou l’effet dilution de l’hôte; les mesures pour conserver / introduire les ennemis naturels dans le milieu ;
iii) Les facteurs d’interaction entre prédateur et prédaté ; les densités optimales de prédateurs pour maintenir le contrôle sur le vecteur.

Le profil recherché est le suivant :

– Titulaire d’une thèse de Doctorat en Biologie de poisson ou Écologie aquatique
– Une première expérience (2-3 ans) serait souhaitable mais elle n’est pas indispensable
– Connaissances sur la biodiversité des espèces et la santé des élevages piscicoles
– Aptitude à l’expatriation en région tropicale (en particulier Madagascar)
– Maîtrise de l’anglais scientifique et technique (oral/écrit)
– Aptitude du travail en équipe
– Pratique des outils d’analyse multicritères, SIG

Candidature à déposer sur : https://recrutement.cirad.fr/offre-de-emploi/emploi-biologiste-du-poisson-ecologue-specialiste-en-lutte-biologique-dans-les-systemes-piscicoles_5397.aspx

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].