Les lacs du littoral aquitain partagent un patrimoine naturel et culturel exceptionnel. Mais ces dernières décennies, la colonisation de ces lacs par des macrophytes aquatiques exotiques, tend à affecter leur fonctionnement écologique et à perturber diverses activités humaines, avec des conséquences sur la biodiversité et l’économie régionale. Chaque année, des centaines de m3 de ces plantes sont ainsi récoltées mais sans aucune valorisation des biomasses qui sont actuellement séchées et épandues en zone forestière. Or il est aujourd’hui démontré que les hydrophytes constituent une source potentielle de biomolécules d’intérêt, composés antimicrobiens, antifongiques, antialgaux, antitumoraux et antioxydants, ce qui ouvre des perspectives de valorisation des biomasses récoltées.
D’après la littérature, une voie de valorisation de ces extraits semble prometteuse, à savoir le biocontrôle des blooms de cyanobactéries toxiques dans les eaux de baignade. Il est effectivement démontré que les macrophytes peuvent inhiber la croissance des communautés phytoplanctoniques par la sécrétion de composés bioactifs, notamment les polyphénols.
Dans ce contexte, l’objectif du stage proposé est de confirmer cette action modulatrice par une approche de métabolomique non ciblée basée sur la spectrométrie de masse haute-résolution (HRMS). Il s’agira tout d’abord de tester différentes concentrations des extraits bruts de macrophytes sur une culture de cyanobactéries en vue d’identifier l’extrait le plus actif, puis de réaliser son fractionnement afin d’en isoler la fraction responsable de cette activité.
Le stage (Master 2, 6 mois) sera basé au centre INRAE de Cestas (50 avenue de Verdun, 33612 Cestas).

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].