Acquisition et gestion de données géographiques pour contribution aux demandes européennes de modélisation et de cartographie des Charges Critiques pour la France métropolitaine

Contexte

La « cellule charges critiques » de l’UMR EcoLab (équipe « BIZ Biogéochimie Intégrative de la Zone critique ») est le point focal national français pour le programme international de coopération sur la modélisation et la cartographie des charges critiques 1 (convention internationale sur la pollution atmosphérique transfrontalière à longue distance). L’objectif général du point focal national est d’évaluer, à l’échelle du territoire français, la sensibilité des écosystèmes forestiers et des agrosystèmes aux intrants de contaminants par voie atmosphérique. Il s’agit de déterminer l’impact des contaminants acides, azotés ou métalliques et de déterminer les quantités maximales tolérables par ces écosystèmes à l’aide de modèles de « charges critiques ».

Mission

La mission de l’ingénieur d’études est de gérer la base de données charges critiques, de mettre en forme les résultats des modèles de charges critiques pour les écosystèmes et de spatialiser les résultats à différentes échelles en France. Ces modèles visent à rechercher l’impact des dépôts de contaminants (azote, notamment) sur le fonctionnement des sols et sur la réponse de la végétation associée. Ces travaux sont réalisés en collaboration avec un ingénieur chargé des développements des modèles en vue de leur applicabilité aux écosystèmes français en lien avec les avancées de la recherche. Ce travail s’effectue en interface avec des experts scientifiques européens et français ainsi qu’avec les organismes de valorisation au niveau national (Ademe, Ineris) comme international (Coordination Center for Effects, NL).

Concrètement, la mission consistera à :

– appliquer les méthodes et modèles de charges critiques, proposés ou développés/améliorés au sein des projets spécifiques (nouveaux indicateurs de perte de biodiversité et modélisation couplée géochimique-écologique), aux données d’une large gamme d’écosystèmes français et leur spatialisation, ainsi que celles de leurs dépassements (vis-à-vis des dépôts mesurés par les réseaux de mesures) aux différentes échelles (locales, régionales, nationales)
– gérer et implémenter la base de données charges critiques, en assurer son évolution
– bancariser et formater les données nécessaires à la calibration et la validation des modèles utilisés, et aux attentes de l’appel à données européen
– développer des outils pour l’extraction de données et améliorer l’ergonomie de la base de données charges critiques, ainsi que l’interface wepmapping (import de données SIG, consultation automatisée de données)
– collecter les données auprès des spécialistes de différents domaines pour renseigner la base en vue d’appliquer les modèles ; analyser la représentativité des données et les besoins en nouvelles données, et les incorporer dans la base
– réaliser des simulations numériques et assurer leur extrapolation spatiale, spatialiser les sorties des modèles et assurer des traitements statistiques des données
– diffuser et valoriser les réalisations et les résultats sous forme de rapports techniques, participer à des publications scientifiques, réaliser des présentations orales auprès des communautés académiques et non académiques
– assurer la transmission des données associées au CCE (coordination Center for Effects) en réponse aux appels à données selon les recommandations du PIC M & M
– participer aux différents meetings européens dédiés (déplacement à l’international)
– enfin, mettre à jour le site web « charges critiques » pour assurer la communication

Profil

– Niveau Master 2 ou Ecole d’ingénieur,
– Connaissance de l’outil informatique : connaissances indispensables en systèmes de gestion bases de données (Access, SQL…), système d’information géographique (ArcGIS notamment), connaissances dans la mise en place, la gestion et l’évolution de sites internet avec interface web-mapping vivement souhaitées.
– Des connaissances en modélisation et statistiques sont souhaitées,
– Connaissances recommandées en biogéochimie (sol, écosystèmes terrestres, cycle de l’azote) et en écologie (milieux, végétation, flore),
– Bonnes capacités rédactionnelles et didactiques,
– Maîtrise de l’anglais scientifique oral et écrit,
– Aptitudes à travailler en équipe et à se déplacer ponctuellement à l’international.

Conditions de travail

CDD de la fonction publique (CNRS) pour une durée de 2 ans avec période d’essai. Salaire brut mensuel (1972.50 € grille CNRS brut <3 ans d’expérience).
Prise de fonction souhaitée pour début janvier 2016.

Contacts

Anne Probst, Chercheur responsable du Point Focal National et des projets « charges critiques », UMR 5245 EcoLab, CNRS, [email protected], tél : 05.34.32.39.42.

Simon Rizzetto, Ingénieur Point Focal National « Charges critiques », UMR 5245 EcoLab, CNRS, [email protected], tél : 05.34.32.39.00

Candidature

Curriculum vitae + lettre de motivation (candidature électronique bienvenue) à envoyer à :
Anne Probst : [email protected]
et
Simon Rizzetto : [email protected]

UMR EcoLab
Campus Ensat-INP
BP 32607
31 326 Castanet-Tolosan cedex

Réponse souhaitée avant le 30 novembre 2015

1 : Quantité maximale de polluant en dessous de laquelle des effets significatifs indésirables n’apparaissent pas
sur des composantes sensibles de l’écosystème, en l’état actuel des connaissances.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].