Contexte
Le laboratoire EEP est partie prenante du projet CPER « Climibio » (2015-2020) qui vise notamment à étudier l’impact du changement climatique sur la biodiversité. C’est dans le cadre de ce financement qu’intervient le présent recrutement.
L’objectif général du projet est d’évaluer les impacts potentiels du changement climatique le long d’un gradient d’urbanisation sur la structure des communautés de pollinisateurs sauvages et sur la santé de ces auxiliaires écologiques précieux. L’urbanisation croissante du milieu s’accompagne de deux types de modifications majeures qui peuvent impacter la santé des pollinisateurs sauvages : une modification très nette des populations florales et une augmentation progressive de la température de la périphérie vers les centres urbains, en raison du phénomène d’ilots de chaleur prédit en zone urbaine. En effet, en raison des caractéristiques même de l’environnement urbain, on s’attend à des augmentations possibles de la température ressentie en centre-ville (de l’ordre de + 3 à + 9°C, notamment en période caniculaire) par rapport à la périphérie. Nous visons à évaluer l’impact de ces modifications sur les aptitudes immunitaires d’espèces témoins (bourdons) par l’évaluation et la comparaison de l’immunocompétence d’individus prélevés en différents points de ce gradient. L’analyse de l’expression différentielle de gènes immunitaires candidats, préalablement sélectionnés à partir des connaissances disponibles quant à l’effet des pathogènes et des paramètres nutritionnels sur l’immunité des apoïdés, nous fournira une cartographie du statut immunitaire des pollinisateurs le long d’un gradient d’urbanisation.
Au cours de la première phase du projet (année 2017), 180 ouvrières appartenant à 2 espèces de bourdons sauvages ont été collectées sur 9 sites d’études répartis sur 3 niveaux d’urbanisation. Une quinzaine de gènes immunitaires candidats ont été caractérisés chez chacune. Il s’agit maintenant de quantifier l’expression de ces gènes candidats chez les bourdons collectés par RT-qPCR. L’immunocompétence d’une espèce témoin selon le site de capture sera estimée par la réalisation de tests antibactériens. Enfin la charge parasitaire subie sera évaluée par détection PCR.

Prises de responsabilités attendues :
Le technicien aura à assurer les taches liées à la mesure de l’expression différentielle des gènes candidats entre échantillons, à detecter la présence et l’abondance de parasites connus par approche PCR et à réaliser les mesures de différents traits immunitaires. A l’été 2018, il participera à la 2e session de capture des bourdons sur le terrain (Lille et alentours), et à cette occasion assurera de façon autonome le prélèvement et le stockage des échantillons biologiques à tester.

Principales missions
• Analyse de l’expression différentielle de gènes candidats (Extraction des ARN totaux, RT-qPCR)
• Estimation du niveau d’infestation parasitaire par détection PCR
• Évaluation de marqueurs d’immunocompétence (tests antibactériens)
• Participation à la 2e session de captures des bourdons sur le terrain (Lille et alentours) – Prélèvements et conditionnement des échantillons biologiques

Compétences / Pré-requis
De formation supérieure (Bac +2 à +3), vous justifiez d’une expérience minimum d’au moins 1 an en laboratoire de biologie moléculaire. Une expérience en microbiologie serait un plus mais la formation pourra être complétée sur place. Autonome, rigoureux et fiable, le (la) candidat(e) est orienté résultats et a le sens du professionnalisme.

Contact
[email protected]

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].