CONTEXTE DE LA MISSION:

Les TAAF, l’IUCN ainsi que les partenaires du Consortium BEST III ont obtenu un financement de la Commission Européenne pour un projet européen de très grande envergure : « Mesures de soutien de l’action de BEST visant à promouvoir la conservation et l’utilisation durable de la
biodiversité et des écosystèmes dans les régions isolées et les pays et territoires d’Outre-mer de l’UE (projet appelé le Consortium BEST III) ».

La réalisation de ce projet se fera au travers d’un ensemble de réunions organisées par l’équipe de travail et par le développement de profils d’écosystème rédigés avec l’aide directe d’acteurs locaux. Les finalités de ces profils sont multiples : déclencher une importante communication,
engendrer des financements et finaliser 7 documents régionaux couvrant l’ensemble des pays et territoires d’outre-mer de l’UE. L’ensemble de ces activités collaboratives, participatives et pratiques devrait fournir les partenariats nécessaires au maintien de l’initiative BEST.

Le consortium BEST – IUCN inclut 10 partenaires nationaux, régionaux, européens et internationaux. Selon la division du travail décidée par le Consortium, les connaissances régionales associées à l’implémentation de 7 hubs régionaux caractérisent l’équipe de travail de BEST en mettant en évidence le profil volontaire du projet.

Les hubs régionaux sont situés au sein de chacune des 7 régions suivantes : Pacifique, Amazonie, Atlantique Sud, Macaronésie, Océan Indien, pôles et sub-pôles. Chaque hub a un coordinateur qui applique les objectifs de l’équipe de travail de BEST dans chaque région. Les TAAF
coordonnent le hub polaire.

La personne recrutée travaillera donc sous la direction du coordinateur régional du hub et bénéficiera du soutien et des conseils de l’équipe centrale de BEST ainsi que des experts de CEPF (Critical Ecosystem Partnership Funds) pour plusieurs types d’activités. En particulier, il
participera activement au développement du profil d’écosystème régional et à la définition de la stratégie BEST.

Les langues de travail du poste proposé sont l’anglais et le français.

OBJECTIFS SPECIFIQUES DE LA MISSION:

Le Critical Ecosystem Partnership Fund investit dans les hotspots de biodiversité. Ces investissements sont constitués d’un processus d’évaluation d’environ un an, appelé profil d’écosystème, suivi par 5 années d’appels à subventions auprès des associations de la société civile.

Le profil d’écosystème est à la fois un document et un processus. C’est un processus d’engagement et de définition de consensus au sein des autorités locales, des investisseurs, de la société civile et des acteurs du secteur privé résultant en un document unique servant de support à large échelle. La rédaction du profil d’écosystème nécessitera un processus de consultation approfondi pour définir les priorités biologiques et écologiques en vue de la mise en place d’actions concrètes de conservation. Le contexte dans lequel ces actions seront mises en place devra être largement documenté. Les actions prioritaires devront être identifiées pour renforcer la sensibilisation et l’engagement de la société civile dans le maintien de la biodiversité et dans le développement d’une économique durable de la région. Le profil d’écosystème fournit une liste exhaustive des priorités, des menaces, et de la politique environnementale vis-à-vis de la biodiversité. Il présente aussi le contexte dans lequel la biodiversité s’inscrit en termes de société civile, et des plans de conservation déjà établis par d’autres sources de subvention. Enfin, le profil d’écosystème élabore une stratégie d’investissement issue d’un consensus établi entre tous les partis impliqués dans la région.

Plus précisément, le profil d’écosystème :
– Fixe un cadre logique de recherche associe à la gestion et à la préservation des écosystèmes à large échelle.
– Décrit les facteurs socio-économiques impliqués dans les risques pesant sur les ressources naturelles.
– Fournit une vue d’ensemble des divers partenaires impliqués dans la conservation de la région,
– Définit les priorités, les niches et les stratégies d’investissement,
– Définit les bio-indicateurs principaux de la biodiversité et des menaces.

Les profils d’écosystème régionaux s’articuleront autour des concepts principaux de conservation et des zones clés de biodiversité en fonction de la méthodologie établie par le CEPF. Les objectifs de conservation regrouperont l’ensemble des cibles spécifiques de conservation d’un hotspot qui devront être atteintes en prévention de l’extinction d’espèces et de la perte de biodiversité. Les stratégies et les niches de financement de BEST se baseront sur ces objectifs de conservation, d’une part pour s’assurer que les investissements seront orientés vers des projets pertinents, et d’autre part pour permettre d’évaluer le succès de ces projets d’investissement.

Des enjeux de conservation existent à trois échelles différentes : (1) les espèces mondialement menacées présentes dans la région, (2) les sites qui les abritent (les zones clés de biodiversité, ou KBAs), et (3) les milieux nécessaires au maintien des processus écologiques et évolutifs desquels ces sites dépendent.

Les profils d’écosystème doivent mettre en évidence la pertinence du bien-être de l’humain en tant que déterminant et que résultat positif d’un projet de conservation. De manière plus spécifique, le chapitre « socio-économie » fournit une vision d’ensemble de la situation socio-économique d’un hotspot, une analyse de l’impact de cette situation sur la conservation et de son impact sur les directions stratégiques des actions de CEPF. Les contextes politiques et civils doivent aussi être décrits dans le document.

Enfin, chaque profil d’écosystème régional devrait permettre au coordinateur régional du hub BEST, avec l’aide de l’équipe centrale de BEST et de CEPF, de définir une stratégie régionale d’investissement.

La personne recrutée sera impliquée dans les éléments principaux du processus d’élaboration du profil d’écosystème régional. Plus particulièrement, la personne devra :
1. Collecter des données, des informations et des rapports disponibles au niveau local, régional et national et qui serviront à la rédaction du profil d’écosystème,
2. Lister les profils d’écosystèmes CEPF, les profils environnementaux, les statuts environnementaux des pays et les stratégies des régions, pays, et territoires d’Outre-mer existants,
3. Créer une liste régionale de contacts d’experts, d’acteurs et d’autorités,
4. Produire des cartes (pour les KBAs au sein des hotspots, les corridors de biodiversité, etc.) mettant en évidence les zones prioritaires de mise en place d’actions et d’investissements aux niveaux régional et sous-régional,
5. Commencer une ébauche du profil d’écosystème régional,
6. Contribuer au développement de la stratégie BEST,
7. Préparer des réunions de consultation des acteurs locaux,
8. Echanger avec l’équipe centrale de BEST et les experts de CEPF sous la supervision du coordinateur du hub,
9. Fournir les documents du profil d’écosystème régional sous la supervision du coordinateur du hub,
10. Faciliter la préparation de documents de communication et de rapports techniques, et participer à leur finalisation en collaboration avec le coordinateur du hub,
11. Aider le coordinateur du hub à :
– Etablir et coordonner un groupe de conseillers
– Compléter une feuille de caractéristiques de chaque de région
– Assurer le processus de consultation rassemblant les perspectives, les priorités et la capacités des acteurs locaux de développer leurs besoins, comme par exemple les NGOs intermédiaires et les groupes communautaires, ainsi que celles du gouvernement, du secteur privé, des donateurs et des acteurs de la société civile internationale
– Assurer le bon flux des informations au sein de l’équipe centrale de BEST, y compris rapporter les réunions des acteurs locaux si nécessaire ;

QUALITES REQUISES

– Enthousiasme et engagement dans la conservation environnementale et dans les enjeux du développement durable, en particuliers ceux de l’outre-mer et du milieu marin,

– Expérience et capacités dans la préparation et dans la supervision de réunions, ainsi que dans la prise de contacts au sein d’environnements multi-culturels composés d’un large rayon d’experts et d’acteurs locaux,

– Capacités de compréhension et de synthèse d’une large gamme d’enjeux différents (biologiques, économiques, sociaux, politiques, etc.),

– Bonne connaissance et maîtrise du SIG (Système d’informations géographiques) nécessaire pour la cartographie (en particulier de ArcGIS),

– Bonne connaissance des enjeux propres à l’outre-mer et à la zone subantarctique,

– Bilingue français et anglais (écrit et parlé),

– Diplôme universitaire (BAC +5) dans un domaine lié à la gestion environnementale, aux lois environnementales, à la conservation du milieu marin et/ou au développement durable,

– Un minimum d’expérience professionnelle (stages ou volontariats inclus) dans les domaines de la conservation et/ou du développement durable,

– Aptitudes à travailler en équipe, ici en tant que membre du Consortium BEST.

MODALITES DE RECRUTEMENT:

Type de contrat : VSC (possible CDD en fonction de l’âge et de l’expérience)

Durée du contrat: 12 (renouvelable).

Poste basé au Siège des Terres Australes et Antarctiques Françaises – St Pierre – La Réunion

Dossiers de candidature (CV et lettres de motivation) à envoyer avant le 31/01/2016 à
[email protected]
En précisant impérativement dans l’objet du message : BEST, nom, prénom

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].