Des forêts tropicales aux régions boréales, le feu est une perturbation naturelle indispensable au fonctionnement de nombreux écosystèmes. La suppression des feux pendant l’ère moderne est donc considérée comme une dégradation des dynamiques écologiques devant être restaurées. Le feu est également un outil puissant d’ingénierie écologique, utilisé par l’homme pour modifier son environnement depuis des millénaires. Il s’agit donc d’un processus aussi bien naturel que culturel qui a façonné les systèmes socio-écologiques que nous connaissons aujourd’hui. Pourtant le rôle des communautés humaines et des pratiques traditionnelles de gestion est encore peu pris en compte dans la compréhension et dans les projets de restauration de ces régimes. En se basant sur
un système socio-écologique modèle, la forêt boréale, les objectifs de ce doctorat sont : (i) d’étudierles savoirs locaux et autochtones sur les feux sauvages et contrôlés ; (ii) caractériser le régime de feu présent dans un contexte de changement climatique ; (iii) d’analyser les effets des pratiques modernes de brûlage en étudiant les brûlages passés. Les résultats apporteront de nouvelles connaissances sur les questions clés en écologie de la restauration que sont : (1) quels doivent être les régimes de perturbation pour restaurer des systèmes socio-écologiques ? (2) Comment intégrer les savoirs locaux et autochtones, et savoirs scientifiques à une gestion adaptative des systèmes socio-écologiques?

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].