Contexte
En Méditerranée, les plantes sclérophylles résistent aux fortes sécheresses grâce à des adaptations morpho-anatomiques et structurales particulières des feuilles. C’est le cas des oliviers (Olea europaea subsp. europaea L.), espèce méditerranéenne emblématique, dont le degré de sclérophyllie dépend des variétés. Face à l’aridité croissante, la sclérophyllie des oliviers pourrait globalement s’accentuer, entraînant des modifications dans le fonctionnement écologique des oliveraies. En particulier, la productivité, la qualité et la digestibilité de la biomasse foliaire pourraient être directement affectées, altérant les cycles biogéochimiques et les interactions plante-herbivores au sein des oliveraies. Du point de vue agricole, ces modifications questionnent aussi le devenir des valorisations des litières foliaires comme mulch ou fourrages qui sont de plus en plus plébiscitées. Comprendre comment l’évolution des traits des plantes influencent les propriétés des agro-éco-systèmes est un préalable incontournable pour anticiper les conséquences du changement climatique.

Problématique et hypothèses
La sclérophyllie se définit principalement par des valeurs de traits morpho-anatomiques (ex. forte masse surfacique) qui confèrent aux feuilles une grande capacité à résister à la sécheresse. Mais elle a aussi été définie par des traits structuraux et chimiques (ex. fort rapport fibres/protéines) qui renforcent la défense contre l’herbivorie. Les covariations intraspécifiques de ces traits de natures différentes doivent être davantage documentées pour comprendre les causes de la sclérophyllie et ses conséquences sur la qualité et la digestibilité des litières foliaires. Nous faisons l’hypothèse que la sclérophyllie est le résultat d’une double adaptation des plantes à l’aridité et à l’herbivorie, et par conséquent (1) que le degré de sclérophyllie des variétés d’oliviers augmente avec le niveau d’aridité de leur aire d’origine, mais que la qualité et la digestibilité de leur litière diminuent ; (2) que les traits foliaires morpho-anatomiques associés à la résistance à la sécheresse sont négativement corrélés aux traits structuraux qui contrôlent la qualité et la digestibilité des litières ; et (3) que des traits chimiques associés à la défense contre l’herbivorie (ex. composés secondaires) sont aussi liés au degré de sclérophyllie des oliviers.

Objectifs du stage
Le stage a pour objectifs (1) de déterminer les variations de sclérophyllie des oliviers en considérant les composantes morpho-anatomiques, structurales et chimiques de la sclérophyllie, et (2) d’évaluer leurs conséquences sur la qualité et la digestibilité des litières foliaires. L’analyse tirera profit de la diversité variétale de la collection des oliviers du Conservatoire Botanique National Méditerranéen de Porquerolles. Nous proposons de comparer une sélection de 35 variétés d’oliviers cultivés et 17 variétés d’oléastres (oliviers sauvages), d’origines géographiques variées, et dont le degré de sclérophyllie a été décrit antérieurement sur la base des traits morpho-anatomiques des feuilles. Pour ces variétés, il s’agira de compléter l’approche de phénotypage et de déterminer (1) les teneurs en fibres (cellulose, lignine), (2) en éléments minéraux majeurs (azote, phosphore) et si possible (3) en composés secondaires complexes (alcaloïdes, phénols, terpènes), en utilisant les échantillons de litières acquis lors des campagnes de terrain précédentes. L’analyse des litières sera réalisée en collaboration avec des laboratoires spécialisés, en combinant des analyses chimiques destructives (méthodes standards) et des analyses par spectrométrie dans le proche infrarouge (SPIR). Les résultats aideront à décrire comment la sclérophyllie et la qualité, digestibilité des litières des oliviers répondent à l’aridité.

Missions du stagiaire
• Faire une synthèse sur la composition chimique des feuilles d’oliviers
• Organiser et suivre les analyses chimiques avec les laboratoires spécialisés
• Préparer les échantillons pour les analyses chimiques (tri, broyage, pesées…)
• Analyser les données obtenues (analyses multivariées, modèles mixtes)
• Rédiger un document présentant les résultats

Accueil et conditions du stage
Le stage se déroulera au CIRAD, à l’UMR ABSys « Agrosystèmes Biodiversifiés » à Montpellier sous la responsabilité de Karim BARKAOUI, chercheur en agro-écologie. Une indemnité de stage sera versée au stagiaire, à la hauteur définie selon la réglementation en vigueur en France. Tous les frais de fonctionnement et de déplacements professionnels seront pris en charge par le CIRAD.

Profil recherché
• Être motivé.e par la recherche en écologie/ agro-écologie (possibilité de thèse)
• Avoir un goût prononcé pour le travail de laboratoire (mesures de traits)
• Être organisé.e, rigoureu.x.se (gestion des échantillons, des données)
• Avoir des bases en analyse de données (logiciel R)
• Être à l’aise avec la lecture de l’anglais (lecture d’articles scientifiques)

Candidature
Avant le 15 décembre 2021 :
Envoyer une lettre de motivation et un CV à Karim Barkaoui : [email protected]
Un court entretien sera ensuite programmé.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].