Désartificialisation des sols pour retour à des terres agricoles :
Méthodes et outils de diagnostic de sols agricoles modifiés lors de chantiers

EDF R&D- Laboratoire National d’Hydraulique et d’Environnement
Groupe Gestion Hydro-Environnementale des Ouvrages
Chatou (78)

Contexte
Les chantiers associés à la création d’équipements de production d’électricité occasionnent des perturbations de diverses natures, susceptibles d’avoir des effets négatifs sur l’environnement et notamment sur les sols. Lors des chantiers, EDF peut être contraint, du fait de l’ampleur de son projet, d’utiliser temporairement des sols agricoles (ex : création de voiries, zones de stockage, parking).
Dans une volonté de limiter au maximum la consommation et l’artificialisation de ces sols, EDF ambitionne de mettre en œuvre des chantiers, et si besoin des opérations de désartificialisation, compatibles avec un retour vers des usages agricoles de ces sols.
Objectifs
EDF R&D souhaite identifier les méthodes et les outils de diagnostic des sols agricoles permettant de les caractériser avant, pendant et après le chantier.
Les résultats obtenus doivent permettre, in fine, de sélectionner les moyens les plus pertinents à mettre en œuvre à court terme pour répondre aux besoins opérationnels de l’entreprise.
Ils viendront nourrir des travaux de recherche, à plus long terme, menés par la R&D d’EDF avec le BRGM visant notamment à : 1) établir une méthode de diagnostic du foncier d’EDF basée sur les fonctions écosystémiques des sols ; et 2) identifier les recommandations en termes de réhabilitation/génie écologique nécessaires pour améliorer la fonctionnalité des sols.
Il sera demandé au stagiaire de se mettre dans le rôle d’un ingénieur ayant à 1) conduire une étude de faisabilité, allant de la collecte d’informations scientifiques et techniques à leur analyse critique argumentée, et 2) être force de proposition dans une optique de mise en œuvre pratique sur le terrain des méthodes et outils identifiés. Son travail visera à proposer des éléments d’aide à la dé-cision dans le choix des outils pertinents et à leur mise en œuvre pratique dans le contexte EDF.

Attendus
Après avoir défini ce qu’est un sol fertile propre à usage agricole, le/la stagiaire aura à réaliser un état de l’art :
1. des méthodes et outils de caractérisation des sols agricoles,
2. des techniques de désartificialisation permettant de retrouver des sols agricoles fertiles.
Cet état de l’art s’attachera à identifier les diagnostics et techniques de désartificialisation de routine, et plus approfondis actuellement disponibles, leur niveau de maturité, leur robustesse, leurs lacunes et les verrous techniques, leur faisabilité opérationnelle et les modalités de mise en œuvre, leurs coûts…
Il/elle proposera, en parallèle, une démarche pour suivre et capitaliser les usages des sols étudiés avant, pendant et après le chantier. Cette démarche doit permettre de disposer d’une traçabilité des opérations et de réaliser un historique des perturbations de la qualité des sols.

Le/la stagiaire devra réfléchir au moyen de construire un premier arbre de décision, selon :
– les objectifs d’usages post-chantier (ex : retour à une production agricole identique) ;
– le projet et les contraintes associées : adéquation du projet, des solutions techniques, faisabilité.
Pour cela, des échanges techniques avec les entités en charge l’ingénierie et des projets/chantiers à EDF seront à prévoir pour cerner aux mieux les interventions réalisées et les modifications des sols lors des projets ainsi que les paramètres et facteurs d’influence associés.
Cet arbre de décision permettra par ailleurs de synthétiser et de mettre en forme les résultats de l’état de l’art.

Le/la stagiaire aura par ailleurs à identifier les acteurs et les partenaires potentiels maitrisant : 1) les techniques de caractérisation des sols agricoles et 2) susceptibles de tester in situ des solutions techniques de désartificialisation (opérations permettant un retour à des sols de bonne qualité agronomique).

Le/la stagiaire aura à sa disposition comme base de travail un certain nombre de travaux déjà réalisés. Il pourra s’appuyer sur les résultats d’études réalisées dans le cadre de précédents stages me-nés avec le BRGM et le Cerema et sur la phytoremédiation et les solutions fondées sur la nature notamment. Cependant, il/elle devra mener des recherches complémentaires.

Profil recherché
Élève ingénieur d’école d’agronomie ou étudiant de master 2 en écologie ou en géographie spécialité environnement, possédant de solides bases en : agronomie, pédologie, écologie et évaluation des impacts environnementaux en particulier sur les sols. Connaissance du milieu agricole et des acteurs.
Autonomie, organisation, rigueur, curiosité, esprit de synthèse, capacités rédactionnelles

Informations pratiques
Stage rémunéré (selon la formation)
Durée : 5 à 6 mois
Lieu d’accueil : EDF – R&D – Laboratoire National d’Hydraulique et d’Environnement – Groupe GHEO (Chatou, 78 – RER A / gare de Rueil-Malmaison)

Contacts : Mme Julie Charton-Bissetta (Ingénieur Chercheur)
EDF – R&D – LNHE – 6 quai Watier – 78401 Chatou Cedex
mail : [email protected]
Merci d’envoyer votre candidature (CV + lettre de motivation) uniquement par mail

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].