Diversité des services écosystémiques et diversité des prairies : analyse dans la Chaine des Puys

Durée du stage : 5 à 6 mois, possible dès janvier 2022.
Site d’étude : Chaîne des Puys, Auvergne (63)

Contexte et problématique :
Les prairies de la Chaîne des Puys, en Auvergne, doivent répondre à une grande diversité d’usages et d’enjeux (agro-pastoraux, touristiques, paysagers, naturels …). Ce territoire est en effet animé par une diversité d’usages : touristique, agricole, forestier, récréatif, … et constitue un lieu de vie pour des populations aussi bien rurales que rurbaines.
Ce projet vise à analyser si, et comment, la diversité des écosystèmes prairiaux peut satisfaire la diversité des attendus des différents acteurs socio-économiques, via la notion de services écosystémiques (SE). La diversité de SE potentiellement disponibles via les prairies naturelles de la chaîne des Puys, et leurs niveaux, seront analysés en s’intéressant aux liens entre services écosystémiques, structure des habitats et leur biodiversité. L’hétérogénéité biotique et abiotiques des écosystèmes prairiaux sera prise en compte à l’échelle de la communauté végétale et de la mosaïque d’habitats.
Le stage proposé comportera une phase de terrain visant à acquérir des données sur les potentialités en SE et disSE présents pour différents habitats prairiaux dans la chaîne des Puys. Il débutera par une étape de prise de connaissance des habitats agro-pastoraux, du contexte territorial et de la bibliographique pertinente, déjà largement identifiée.
1re étape : Les données seront acquises sur un panel de six écosystèmes prairiaux, qui différent par leurs compositions végétales et/ou par les conditions stationnelles (sol et ressources associés). Les services écosystémiques mesurés seront notamment relatifs à : l’érosion des sols, la qualité et quantité de fourrages, la dynamique et stockage du carbone des sols et de la végétation, la pollinisation, la patrimonialité et esthétisme de la prairie.
La 2e étape consistera à analyser et interpréter les relations entre ces panels de SE, la biodiversité et des conditions stationnelles des différents types d’habitats étudiés. Ces analyses seront réalisées à l’échelle de la communauté végétale. Elles chercheront également à distinguer la part disponible des effets positifs et éventuellement négatifs de la diversité des écosystèmes prairiaux sur la fourniture d’une diversité de SE du territoire, en lien avec les enjeux locaux. Une partie des données a déjà été récoltée sur l’année 2021 et pourra être mobilisée lors de ce travail.
L’ensemble des résultats produits permettront de contribuer à la connaissance utile pour évaluer le rôle des écosystèmes (semi)naturels pour la multifonctionnalité du territoire d’étude et des bassins de vie associés.

Références bibliographiques :
Brauman et Thoumazeau, 2020. Biofunctool® : un outil de terrain pour évaluer la santé des sols, basé sur la mesure de fonctions issues de l’activité des organismes du sol. Etude et Gestion des Sols, vol. 27, pp289-303.
Diaz et al, 2018. Assessing nature’s contributions to people. DOI : 10.1126/science.aap8826
EFESE, 2014. L’Évaluation française des écosystèmes et des services écosystémiques (EFESE) : Volume 1 – Objectifs, Cadre conceptuel et glossaire analytique. Paris, Évaluation française des écosystèmes et des services écosystémiques (EFESE), 72p.
Lavorel et al, 2011. Using plant functional traits to understand the landscape distribution of multiple ecosystem services. DOI : 10.1111/j.1365-2745.2010.01753.x
MEA, 2005. Ecosystems and Human Well-being: Synthesis. Washington DC., Island Press, p155.
Manning et al, 2018. Redefining ecosystem multifunctionality. DOI: 10/gfz2bz

Profil recherché :
Niveau :
– Master 2 ou dernière année d’école d’ingénieur
– Formation en écologie ou en gestion des milieux naturels.
Compétences :
– Compétences en analyses statistiques, maîtrise du logiciel R
– Compétence en écologie des communautés et écologie fonctionnelle
– Pratique de la cartographie (SIG)
– Intérêt et expérience du travail sur le terrain
– Intérêt pour la démarche scientifique et pour les services écosystémiques
– Motivation, rigueur, sens relationnel, curiosité
– Autonomie, capacité d’initiative et d’adaptation, capacité de travail en équipe
– Capacités rédactionnelles et de synthèse
– Connaissances en botanique seront un plus.

Gratification et conditions d’accueil :
Gratification selon le barème en vigueur.
Lieu du stage : M.S.H, 4 rue Ledru 63000 Clermont-Ferrand
Unité d’accueil : UMR 6042 GEOLAB Université Clermont Auvergne – CNRS (https://geolab.uca.fr/)
Encadrement : Anne Bonis (HDR), Benjamin Allard (doctorant)
Contacts et candidature :
Envoyer une lettre de motivation, un CV et relevés de notes par mail aux adresses ci-dessous avant le 1er décembre 2021 :
– Anne Bonis ([email protected])
– Benjamin Allard ([email protected])

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].