Offre de Stage de Master 2 – Année 2022
« Dynamique biogéochimique des retenues hydrauliques : Approche méthodologique et modélisation de l’influence des flux de nutriments sur la qualité d’eau »

EDF R&D, Laboratoire National d’Hydraulique et Environnement (LNHE)
6 Quai Watier, 78401 Chatou Cedex

Contexte de l’étude
Les nutriments présents dans les retenues hydrauliques (principalement azote et phosphore) peuvent être issus d’apports externes (i.e. apports par les tributaires du bassin versant) et/ou d’apports internes (i.e. processus biologiques dans la colonne d’eau et dans la zone d’interface eau-sédiment). L’accumulation de ces nutriments au sein des retenues peut induire des nuisances liées à l’eutrophisation (blooms de cyanobactéries, hypoxie, etc.) affectant les différents usages (baignade, pêche, eau potable, etc.).
Dans le cadre de la Directive Cadre sur l’Eau (DCE) et de l’atteinte du bon état, il est important de mieux comprendre et d’évaluer les perturbations associées à la dégradation de la qualité de l’eau des retenues dans un objectif de gestion adaptée.
La zone d’interface entre la colonne d’eau et les sédiments (i.e. interface eau-sédiment) est un lieu privilégié d’échanges et de transformations de matière et d’énergie qui contribue significativement au fonctionnement biogéochimique des retenues. Les apports de nutriments dans la colonne d’eau à l’interface eau-sédiment ne sont pas toujours pris en compte dans les bilans biogéochimiques, alors qu’ils peuvent représenter des flux importants sous certaines conditions environnementales (i.e. anoxie, remise en suspension).
Aujourd’hui, EDF souhaite mettre en place des outils de modélisation permettant d’évaluer les effets des apports de nutriments issus des tributaires externes sur la qualité de l’eau de ses retenues, et améliorer la prise en compte des flux de nutriments à l’interface eau-sédiment. L’utilisation d’outils de modélisation permettra de mieux quantifier les apports externes et/ou internes en nutriments dans les retenues et d’évaluer leurs influences sur la qualité d’eau et sur les phénomènes d’eutrophisation afin de proposer des méthodes de gestion adaptées.

Objectifs du stage
(1) Quantifier les apports externes en nutriments (azote et phosphore) des retenues étudiées pour mieux comprendre leur fonctionnement biogéochimique ;
(2) Quantifier les flux de nutriments à l’interface eau-sédiment assimilables par les microorganismes phytoplanctoniques et benthiques (algues filamenteuses, cyanobactéries, etc.) en fonction de différents processus (remise en suspension, oxygénation, bioturbation, etc.) et évaluer la contribution de ces différents processus à la dynamique biogéochimique des retenues ;
(3) Implémenter le modèle couplé hydrodynamique-biogéochimique GLM-AED2 1D aux retenues étudiées et analyser les résultats du modèle.
http://aed.see.uwa.edu.au/research/models/GLM/
https://aed.see.uwa.edu.au/research/models/aed/modules.html

Profil recherché
Etudiant(e) en Master 2 (en stage de fin d’études, ou a minima de niveau bac+4), orientation modélisation en biogéochimie/écologie. Avoir un fort intérêt pour l’analyse de données et la modélisation. Posséder les connaissances de base en écologie et biogéochimie (cycle des éléments biogènes : carbone, azote, phosphore) des milieux aquatiques est un avantage. Capacité de recherche et de synthèse documentaire (en français et en anglais), capacité à travailler de manière autonome et en équipe.

Modalités du stage
Il s’agit d’un stage de master 2 (niveau bac + 5), rémunéré, qui commencera entre janvier et mars 2022 pour une durée de 6 mois. Le stage aura lieu au LNHE, département Recherche et Développement d’EDF situé à Chatou (Yvelines). Le stagiaire pourra être amené à participer à une campagne de prélèvement sur une retenue hydraulique EDF. Il mènera son travail de recherche en collaboration avec les entités opérationnelles de la production électrique d’EDF et avec leurs partenaires académiques sur le sujet.

Poursuite en thèse
Une poursuite en thèse pourra être envisageable en fonction des motivations de l’étudiant et des financements disponibles.

Contacts
Merci d’envoyer votre dossier de candidature (CV et lettre de motivation) aux personnes suivantes :

Mathieu CAFFIN
EDF Recherche et Développement
Laboratoire National d’Hydraulique et Environnement
6 Quai Watier
78401 Chatou
Tél. : 07 60 47 02 19
Mail : [email protected]

Javier VIDAL-HURTADO
EDF Recherche et Développement
Laboratoire National d’Hydraulique et Environnement
6 Quai Watier
78401 Chatou
Tél. : 01 30 87 77 29
Mail : [email protected]

Géraldine NOGARO
EDF Recherche et Développement
Laboratoire National d’Hydraulique et Environnement
6 Quai Watier
78401 Chatou
Tél. : 01 30 87 82 91
Mail : [email protected]

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].