Description
Contexte
Le haut de l’estran, se caractérise par la concentration sur une surface linéaire étroite i) de fortes contraintes physiques, biologiques et anthropiques marquées par une importante variabilité saisonnière et spatiale et ii) et de forts enjeux écologiques et socio-économiques. Dans cette zone, la laisse de mer joue un rôle crucial dans la dynamique biologique : progressivement décomposée par une faune spécialisée elle-même à la base d’un réseau trophique diversifié, elle constitue une source de nutriments également importante pour les plantes colonisatrices du haut de plage, élément clé de la dynamique du trait de côte. Cet espace se trouve actuellement confronté à la fois à des changements globaux (remontée du niveau de la mer, élévation des températures) mais aussi à de profondes modifications de gestion à l’échelle locale (« nettoyage des plages », enrochement) qui affecte sa dynamique naturelle. Cette gestion plus ou moins intensive se fait le plus souvent en réponse à des attentes des citoyens perçues par les élus, gestion dont les résultats pourraient aller à l’encontre des objectifs poursuivis. Aussi parait-il important non seulement d’améliorer les connaissances sur le fonctionnement global de ce système mais surtout de mettre en œuvre des dispositifs qui permettent à la fois un suivi de sa dynamique et une appropriation par le citoyen des enjeux de conservation et de gestion de ces espaces. Dans ce contexte de forts enjeux patrimoniaux et d’accroissement des pressions sur le littoral, un programme de Sciences participatives « Plages vivantes » est ainsi développé par le CESCO en partenariat étroit avec les Aires Marines Educatives (aires marines protégées, AFB) et Planète Mer.
Un premier volet consiste plus particulièrement à suivre la dynamique de la composition algale des laisses de mer. L’objectif est d’évaluer de manière quantitative sa dynamique au cours des saisons et des années selon les caractéristiques environnementales des sites et donc les impacts directs et indirects des changements globaux sur ces assemblages d’algues. Si relativement peu d’études ont jusqu’à présent été réalisées sur la composition en algues de ces échouages (hormis bien sûr le cas des marées vertes), elle serait largement influencée par la composition en algues des zones intertidales et subtidales proches. Le suivi des laisses de mer a même été suggéré comme un indicateur de l’état de la biodiversité marine (Martin et al. 2014; Suursaar et al., 2014; Torn et al. 2016). Cette possibilité mérite cependant d’être confirmée par des études complémentaires.

Objectifs
Le stage proposé vise ainsi à mieux définir les déterminants environnementaux de la composition algale de cette laisse, sa variabilité spatio-temporelle et surtout sa potentielle valeur indicatrice vis-à-vis de la diversité des communautés algales des sites (intertidal et subtidal) ? Il s’agira entre autres d’évaluer dans quelle mesure, quelles conditions, et à quelles échelles spatiales et temporelles, sa composition peut être représentative des communautés en algues des sites. Dans ce contexte, deux études complémentaires seront réalisées :
– la première consistera à préciser les déterminants environnementaux de la composition algale de cette laisse via des comparaisons spatiales et temporelles et la mise en relation de sa composition avec les paramètres environnementaux des sites étudiés. L’étude sera basée sur l’analyse des relevés réalisés par l’étudiant au cours de son stage et de ceux réalisés par les participants au programme Plages vivantes. Les biais potentiels seront naturellement identifiés, évalués et restitués de manière à améliorer le protocole de suivi.
– la seconde étude visera à évaluer dans quelle mesure la composition algale de cette laisse peut être représentative des communautés algales des sites (milieux intertidaux et subtidaux) via la comparaison de relevés qui seront réalisés dans le cadre du stage.

Le stagiaire participera ainsi à l’évaluation des sources de variations spatio-temporelles de la laisse de mer et l’évaluation des limites et des biais inhérents aux protocoles appliqués dans le cadre de sciences participatives (biais d’échantillonnage, biais observateurs). Il contribuera à l’évaluation de la qualité des données et à l’amélioration du protocole.

Le stage comprendra ainsi une forte composante terrain et analyse de données.

Bibliographie :

Martin G. et al. 2014. List of indicators for assessing the state of marine biodiversity in the Baltic Sea”. LIFE+ Nature & Biodiversity project MARMONI, N°LIFE09 NAT/LV/000238). ttp://marmoni.balticseaportal.net/wp/category/biodiversity-indicators/

Orr M., Zimmer M., Jelinski D.E., Mews M. 2005 Wrack deposition on different beach types: spatial and temporal variation in the pattern of subsidy. Ecology 86: 1496–1507.

Torn K., Martin G., Suursaar ü. 2016. Beach wrack macrovegetation index for assessing coastal phytobenthic. Biodiversity. Proceedings of the Estonian Academy of Sciences 65 (1): 78–87.

Suursaar U., Torn K., Martin G., Herkül K., Kullas T. 2014. Formation and species composition of stormcast beach wrack in the Gulf of Riga, Baltic Sea. Oceanologia 56 (4): 673-695

Zemke-White W. L., Speed S. R & McClary D. J., 2005. Beachcast seaweed: a review. New Zealand Fisheries Assessment Report 2005/44.

Laboratoire ou structure d’accueil :
Centre d’écologie et des Sciences de la conservation (CESCO-UMR7204), Museum national d’Histoire naturelle. Station de biologie marine de Concarneau.
Responsables du stage : Isabelle Le Viol et Christian Kerbiriou,

Condition de stages :
Localisation : MNHN – Station de biologie marine de Concarneau.
Période : février à juillet 2018.

Profil recherché :
Etudiant de master 2 en écologie (Vue la période de stage, un master pro serait un plus)
Compétences en écologie (si possible écologie marine).
Forte motivation et goût pour le terrain
Compétences en analyse de données
Qualités rédactionnelles,
Langues : anglais lu (recherche bibliographique).
Des compétences naturalistes sur les milieux littoraux et le milieu marin seraient un plus.
Permis voiture indispensable.

Candidature
Envoyer CV et LM (au format « Stage_M2_PlagesVivantes_NOM_Prenom » à [email protected], [email protected], pour le 30 novembre 2017.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].