État de l’art

Les écosystèmes lacustres Aquitains sont des milieux offrant d’importants services écosystémiques. Outre le fait qu’ils sont le support d’une biodiversité remarquable, ils sont largement utilisés pour les activités humaines de loisir telles que le motonautisme, la chasse, la pêche, la baignade, mais ils participent également à la régulation des cycles biogéochimiques et parfois même à l’approvisionnement en eau potable. Par conséquent, ces lacs sont des écosystèmes particulièrement suivis par les organismes publics de gestion des eaux ou de recherche, diverses associations, ou encore par les organisations politiques régionales. Ainsi IRSTEA possède de nombreuses données accumulées au travers de différents programmes de recherche au cours des dernières décennies (depuis les années 1970). Cependant, très peu d’études se sont intéressées à la dynamique écologique temporelle de ces lacs depuis leur suivi. C’est aujourd’hui à la fois une question de recherche particulièrement intéressante, mais aussi un réel besoin de la part des gestionnaires, qui souhaitent apprécier l’effet des actions effectuées les années passées, et évaluer la trajectoire écologique de chaque lac.

Question problématique

L’intérêt pour les gestionnaires est de connaître la tendance évolutive globale des lacs aquitains. L’intérêt scientifique réside dans l’analyse de ces tendances, dans l’étude du lien entre les différents maillons biologiques, du retour critique sur les mesures effectuées de manière réglementaire mais aussi dans le fait d’aborder les processus d’assemblage des communautés sur des échelles de temps plus longues que celles habituellement étudiées. L’objectif de ce stage est donc l’étude de la dynamique temporelle écologique des lacs au travers de leur composition chimique et taxonomique. Plus précisément, il s’agira : i) de tester si la dynamique est identique entre les différents lacs, ii) d’identifier les principales causes de la variation temporelle des structures des communautés afin de iii) tester si les mesures mis en œuvre depuis la mise en place de la directive cadre sur l’eau (DCE) ont contribué à l’amélioration de l’état écologique de la masse d’eau. Selon le niveau de disponibilité des données, le temps nécessaire à la réalisation de ce travail, et considérant les besoins des gestionnaires, la priorité sera portée sur certains lacs avec l’objectif de formalisation de fiches synthétiques par lac.

Méthodologie-outils

L’objet de ce stage consistera dans un premier temps à rassembler les informations écologiques disponibles sur les lacs Aquitains suivis dans le cadre de la DCE : données sur les macrophytes, le périphyton, le phytoplancton, les macro-invertébrés, les poissons et la chimie de l’eau. Ces informations sont disponibles pour partie au sein d’IRSTEA (collaboration acquise sur le sujet avec le pôle d’Aix), mais il conviendra également de réunir d’éventuelles informations complémentaires au cours de recherches bibliographiques et auprès d’ acteurs socio-économiques. Les données seront ensuite analysées, de manière descriptive (analyse de la dynamique de composition ou de variation de la physico-chimique) mais aussi au travers des indices réglementaires d’évaluation de l’état écologique (IBML, IPLAC, OCDE … ).

Résultats attendus de la part du stagiaire

Analyse bibliographique sur les dynamiques temporelles des communautés dans les écosystèmes lacustres,
Participation forte à la recherche de données écologiques en vue de la constitution et de l’alimentation d’une base de données sur les lacs Aquitains,
Analyses temporelles de la composition des communautés taxonomiques et de la composition physico-chimique de l’eau, ainsi qu’une analyse de la variation des indices réglementaires, en lien avec les biostatisticiens de l’équipe. La variation temporelle de la structure des communautés sera mis en en corrélation avec les conditions environnementales du milieu pour comprendre les causes de la variation observée.

Calendrier prévisionnel

Stage de 6 mois de niveau Master 2, divisé en environ 4 mois de recherche et récupération de données, 1 mois d’analyse des données et 1 mois de rédaction de rapport.

Responsables encadrement :

Aurélien Jamoneau (CR)
[email protected]
05 57 890 820

Co-encadrement :

Vincent Bertrin (IE), Christophe Laplace-Treyture (IE), Juliette Rosebery (CR) : écologie des producteurs primaires et bioindication

Nicolas Mazzella (IR)  : interprétation des données de chimie environnementale

Structure d’accueil
IRSTEA
Unité EABX Ecosystèmes Aquatiques et Changements Globaux
Equipe CARMA – Contaminants Anthropiques et Réponses des Milieux Aquatiques
50 avenue de Verdun
33612 Cestas Cedex

Date limite de dépôt d’envoi des candidatures : 31 janvier

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].