Stage de Master 2 Année académique 2019-2020

Ecologie et biologie du moustique tigre : effets sur la compétence vectorielle

• Laboratoire d’accueil : UMR PIMIT (Processus Infectieux en Milieux Insulaire Tropical) avec comme tutelles : l’Université de La Réunion, le CNRS, l’IRD et l’INSERM.
• Lieu du stage : Sainte Clotilde, Ile de La Réunion, plateforme technologique CYROI.
• Durée du stage : janvier-juin 2020.
• Encadrement : Célestine ATYAME, Maître de Conférence à l’Université de La Réunion, Chaire-mixte IRD.

Contexte et objectifs
La transmission des arbovirus (Arthropod-Borne Viruses) par les moustiques vecteurs résulte d’interactions dynamiques et complexes entre les virus, les moustiques et les hôtes vertébrés. Ces interactions peuvent être affectées d’une part par la génétique du virus et du moustique, et d’autre part par les facteurs environnementaux abiotiques (par exemple la température et la pluviométrie). Si l’évaluation de la compétence vectorielle (i.e. capacité du moustique à s’infecter et à transmettre un virus) en laboratoire reste une méthode indispensable pour estimer la capacité d’une population de moustiques à transmettre un virus, cette évaluation ne tient pas souvent compte de certains paramètres de l’écologie et de la biologie des moustiques comme par exemple la nature des gîtes larvaires ou encore le nombre de repas de sang pris par les femelles, des paramètres clés pouvant affecter l’issue de la compétence vectorielle. L’objectif de ce stage est d’évaluer les effets de la nature des gîtes larvaires et du nombre de repas de sang pris par les femelles du moustique Aedes albopictus (ou moustique tigre) sur leur capacité à transmettre le virus Chikungunya (CHIKV).

Méthodologie
Des populations naturelles d’Ae. albopictus seront collectées à différents stades (nymphes, larves et œufs) dans trois sites sur l’île de La Réunion. Les femelles adultes issues de ces collectes et âgées de 7 jours seront ensuite infectées par une souche du CHIKV isolée à La Réunion. Plusieurs repas de sang infectieux et/ou non infectieux seront donnés aux femelles et les paramètres de la compétence vectorielle (infection, dissémination et transmission) seront comparés en tenant compte des stades de collecte des moustiques, du site de collecte et du nombre de repas de sang pris par les femelles. Les résultats de cette étude pourront permettre de mieux comprendre le rôle la biologie et l’écologie des moustiques dans les flambées épidémiques des arbovirus.

Ce stage s’inscrit dans le cadre du projet VECTOBIOMES, un projet de coopération territoriale européenne (FEDER INTERREG) qui a pour but de caractériser la composition et la fonction des microbiomes des moustiques des îles du Sud-Ouest de l’Océan Indien et d’évaluer leur contribution dans la compétence vectorielle.

Compétences recherchées
L’étudiant(e) devra avoir une formation en écologie et/ou santé. Un intérêt pour la collecte de moustiques sur le terrain et une affinité pour le travail en milieu de confinement de type 3 seront indispensables.

Contact
Les candidatures devront être envoyées par mail ([email protected]) et devront obligatoirement comprendre un CV et une lettre de motivation (1 page au maximum).

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].