Les ongulés sauvages influent sur la structure et la composition de la végétation forestière, en consommant toute ou partie des plantes, perturbant le sol, transportant des graines et fertilisant localement le sol. Les effets des fortes densités limitent la régénération des arbres, cependant ces effets ne sont pas clairement identifiés concernant la strate herbacée et arbustive, et semblent dépendants du contexte local, pouvant ainsi diminuer la richesse en espèces ou l’augmenter. L’objectif de ce projet de stage est d’analyser la diversité spécifique et fonctionnelle du sous-bois (herbacée, arborée) et des milieux ouverts sous contrainte d’une forte pression par les ongulés sauvages. Ce stage s’insère dans un projet financé par la Région Centre, mené en collaboration avec le DNC de Chambord.

Compétences attendues et motivations : Master 2 (ou M1 selon type de master et compétence) ou équivalent. Le (la) stagiaire devra porter un intérêt certain pour l’écologie végétale et le travail de terrain. Des bonnes connaissances en botanique et en analyses de données sont requises. Le sujet de stage est plutôt orienté « recherche » mais peut cadrer avec une orientation plus « professionnelle » de certains masters.

Durée du stage : 4-5 mois – début flexible en fonction des Master : de préférence mi mars, à fin juillet.
Disposer d’un permis voiture et d’un véhicule (déplacements sur le terrain).

Lieu du stage et laboratoire hébergeur : à Tours, UMR CNRS CITERES équipe IPAPE, Université François Rabelais, département d’Aménagement et d’Environnement, en partenariat avec IRSTEA de Nogent/Vernisson.

Contact pour envoi d’un CV avec lettre de motivation, ou demande de renseignement, par email à [email protected]

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].