Niveau du stage : Stage libre de recherche rémunéré
Période du stage : Avril à Juillet 2018 (4 mois)
Laboratoire d’accueil : iEES Paris, Université Pierre et Marie Curie

Responsable du stage :
Nom: Jean-François LE GALLIARD & Sandrine MEYLAN
Tel: 06 11 02 39 19
Email: [email protected] & [email protected]

Résumé
La disponibilité en eau dans l’environnement influence la balance hydrique d’un animal et donc l’état physiologique et le comportement individuel. Malheureusement, alors que l’impact des ressources nutritives ou des conditions thermiques a reçu une attention particulière des écologues, notre compréhension des réponses éco-physiologiques et démographiques à la disponibilité en eau dans l’environnement reste lacunaire. Au moment de la gestation, l’eau est une ressource capitale pouvant être potentiellement limitante et faisant l’objet de conflits d’allocation entre la mère et les jeunes. L’objectif de ce stage de recherche sera d’évaluer les réponses fonctionnelles liées à la disponibilité en eau chez des femelles gestantes du lézard vivipare (Zootoca vivipara) en fonction du stade de gestation. L’hypothèse générale est qu’une restriction hydrique contrôlé forcera les femelles gestantes à des compromis physiologiques et comportementaux, particulièrement tard dans la gestation quand les besoins en eau sont plus importants.

Objectifs
1) Caractériser les effets directs d’une restriction hydrique sur l’état hydrique, le stress physiologique, le métabolisme basal et les pertes hydriques de femelles au cours de la gestation.
2) Quantifier les conséquences sur le comportement individuel de thermorégulation.
3) Quantifier les conséquences sur la reproduction en terme d’effort reproducteur et de caractéristiques des jeunes à la naissance.

Modèle biologique
Le lézard vivipare (Zootoca vivipara), est un petit Lacertidae réparti sur l’ensemble du continent Européen. Cette espèce est intéressante pour tester nos hypothèses car elle est naturellement inféodée aux zones humides et des études préalables ont notamment montré sa forte dépendance à la disponibilité en eau dans l’habitat (Lorenzon et al. 1999). Nous étudions dans notre laboratoire la forme vivipare de cette espèce dont l’aire de distribution couvre l’ouest de la France, le centre jusqu’au Massif Central et l’est jusqu’aux Alpes centrales en dehors de la zone pyrénéenne habitée par la forme ovipare de l’espèce.

Méthodes
Des femelles gestantes seront capturées en mai dans des populations semi-naturelles en enclos au CEREEP-Ecotron IleDeFrance puis maintenues en captivité pour des expérimentations en conditions contrôlées au moment de la gestation. Deux épisodes de restriction hydrique de 10-15 journées environ seront appliqués tôt ou tard dans la gestation. Un suivi individuel de l’état physiologique, des dépenses énergétiques basales, et du comportement des femelles gestantes sera effectué au laboratoire pendant la gestation. Les caractéristiques de la reproduction seront enregistrées à la naissance et les mères ainsi que leurs nouveaux nés seront lâchés dans des enclos pour un suivi à long terme. L’étudiant aura la responsabilité de suivre le protocole du début à la fin, devra participer à la récolte des données physiologiques, et sera amené à mettre en forme et analyser les données.

Profil recherché
Nous recherchons un(e) étudiant(e) sérieux, motivés et appréciant à la fois le travail de terrain et de laboratoire. Le stage est idéal pour un étudiant en césure disposant d’une expérience préalable de la recherche en écologie ou éco-physiologie, ou pour un projet de master avec soutenance en septembre. Merci de joindre un CV et une lettre de motivation à votre demande.

Contexte du stage
Ce projet bénéficie d’un financement de l’ANR via le programme de recherche AQUATHERM impliquant les laboratoires CEREEP-Ecotron IleDeFrance (Saint-Pierre-lès-Nemours), iEES Paris, CEBC (Chizé) et SETE Moulis (Saint Girons). L’étudiant sera logé sur le site du CEREEP-Ecotron pendant la durée du stage et tous les frais de séjour et de mission seront pris en charge. Rétribution au montant de 550 € par mois. Le projet sera mené en collaboration avec l’équipe de SETE Moulis (Andréaz Dupoué) qui effectuera une expérience parallèle sur des femelles gestantes de la forme ovipare de l’espèce. Des horaires de travail décalés s’appliqueront pendant la durée de l’expérience.

Références bibliographiques dans le domaine
1) Dupoué, A., Le Galliard, J.-F., Josserand, R., DeNardo, D., Decencière, B., Agostini, S. and S. Meylan. 2017. Water restriction causes an intergenerational trade-off and delayed mother-offspring conflict in a viviparous lizard. Functional Ecology. In press.
2) Dupoué, A., Brischoux, F., Angelier, F., DeNardo, D.F., Wright, C.D. and O. Lourdais. 2015. Intergenerational trade-off for water may induce a mother-offspring conflict in favour of embryos in a viviparous snake. Functional Ecology, 29, 414–422.
3) Meylan,S., Miles, D. B. and J. Clobert. 2012. Hormonally mediated maternal effects, individual strategy and global change. Philos Trans R Soc B 367:1647-1664.
4) Lorenzon, P., Clobert, J., Oppliger, A. and H. John-Alder, H. 1999 Effect of water constraint on growth rate , activity and body temperature of yearling common lizard (Lacerta vivipara). Oecologia, 118, 423–430.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].