Contexte du stage :
De nombreuses études conduites en France et à l’étranger montrent que les cires sur lesquelles vivent les colonies d’abeilles domestiques contiennent des résidus de pesticides. Dans le cadre des travaux de l’UMT PrADE réalisés pour l’observatoire national des résidus de pesticides dans les matrices apicoles, les analyses de cires réalisées sur plus de 250 colonies entre 2014 et 2015 ont révélé par exemple que plus de 98% des prélèvements étaient contaminés par les résidus d’au moins un pesticide.
Certains de ces contaminants chimiques peuvent s’accumuler dans la cire et aujourd’hui, il n’existe encore aucune technique disponible permettant l’élimination complète de ces contaminants durant le processus de recyclage pour réutiliser la cire (Schryve, 2016).
L’exposition à des cires contaminées peut-être un facteur de risque pour les abeilles. Des travaux conduits en Europe et en Amérique ont par exemple montré que le développement (Orantes-Bermejo et al. 2010 ; Medici et al. 2012) et la longévité des adultes d’ouvrières (Wu et al. 2011) pouvaient être affectés. Cependant, il est nécessaire de définir à quel niveau de contamination un risque de toxicité peut apparaître (seuils de risque). Dans le cadre d’un projet porté par l’ITSAP-Institut de l’Abeille en partenariat avec l’INRA, l’objectif général est de définir des seuils toxicologiques de référence permettant aux professionnels (apiculteurs, ciriers…) de qualifier la qualité toxicologique des cires sur la base des résultats d’analyses chimiques. Pour cela, un des axes de travail se concentrera sur la mesure des effets d’un gradient de contamination défini au préalable sur le développement et la longévité des ouvrières.

Objectifs du stage :
Ce stage aura comme objectif d’étudier les effets d’un gradient de contamination chimique de la cire sur le développement, l’émergence et la longévité des ouvrières afin de tester et d’identifier les meilleurs indicateurs de risque. Pour cela, des lots de cire contaminés ou non (témoin) seront utilisés. Des cadres constitués pour moitié d’une cire témoin et pour l’autre d’une cire d’une des modalités de contamination testée permettront d’homogénéiser les conditions expérimentales (élevage du couvain…) au sein des colonies. Les cadres construits sur lesquels la reine aura pondu seront placés au sein de colonies éleveuses. Les effets du gradient de contamination seront suivis en premier lieu sur le taux d’éclosion, de mortalité larvaire et nymphale. Des photographies des cadres seront prises et seront analysées à l’aide d’un logiciel adapté (Fiji/Nextreat Bee Brood Analysis Software Package). Un peu avant émergence adulte, les cadres seront transférés au laboratoire afin de suivre l’émergence et la longévité des adultes. Ces cadres seront ensuite réutilisés selon le même protocole. En tout, chaque cadre sera utilisé pour étudier au moins 2 cycles de développement. L’analyse des résultats permettra de définir et de sélectionner des indicateurs de risque de la contamination des cires.

Activités confiées au stagiaire et résultats attendus :
Le stagiaire devra participer aux étapes suivantes :
1. Appropriation du sujet : bibliographie, préparation et manipulation du matériel
2. Protocole et mise en place des expérimentations
3. Participation à la préparation des cadres et des colonies
4. Photographies des cadres de couvain et analyse des images à l’aide du logiciel adapté
5. Suivi de l’émergence et de la longévité adulte au laboratoire
6. Collecte, organisation et structuration des données
7. Analyses statistiques sous R

Indemnité mensuelle de 554,40 €

Coordonnées :
[email protected]

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].