Contexte
La France est le pays qui consomme le plus de médicaments en Europe et une vingtaine de substances ont été retrouvée au moins une fois dans les eaux potables à des concentrations variant de quelques nanogrammes pour les eaux souterraines et de surface à quelques centaines de nanogrammes par litre pour les effluents de station de traitement des eaux usées. L’excrétion dans les selles et les urines des composés médicamenteux parents et métabolisés induit une contamination des milieux aquatiques Face à ces données de présence dans l’environnement, les données d’écotoxicologie sont rares. Or, la maîtrise des risques liés aux résidus de médicaments dans l’eau fait partie des conclusions des tables rondes du Grenelle de l’environnement. Ainsi, le premier Plan national sur les résidus de médicaments dans l’eau a, parmi ses objectifs, celui d’acquérir des connaissances scientifiques et techniques relatives à la présence, au devenir et aux effets des résidus de médicaments sur l’environnement et la santé humaine, afin d’évaluer le risque pour les écosystèmes et l’Homme.
A partir de 2013, le projet DOREMIPHARM (Développement d’Outils Robustes d’Evaluation pour les MIlieux aquatiques du danger des substances PHARMaceutiques) a proposé le développement d’une stratégie de tests écotoxicologiques en appui à l’évaluation du risque lié aux rejets de médicaments dans l’environnement. En particulier, il a été proposé de fournir des données écotoxicologiques (essais au laboratoire et en mésocosmes) sur des médicaments prioritaires et de développer des outils d’évaluation du danger pour les écosystèmes aquatiques des substances pharmaceutiques et des outils de suivi post-AMM (pharmaco-vigilance). Dans ce contexte, deux études ont été effectuées en 2013 et 2014 pour étudier les effets à long terme de deux médicaments respectivement le diclofénac et la carbamazépine dans des conditions écosystémiques (mésocosmes). En effet, l’outil « mésocosmes » offre la possibilité d’accéder à un certain réalisme écologique en créant des écosystèmes simplifiés et autosuffisants permettant d’étudier les effets des substances à différentes échelles d’organisation biologique (individu, population, communauté, écosystème) tout en pouvant contrôler un certain nombre de paramètres. De surcroit, une des particularités de notre plateforme mésocosme est la possibilité d’étudier les effets sur la dynamique d’une population de poisson, l’épinoche à trois épines (Gasterosteus aculeatus). Peu d’installations de ce type offre cette possibilité tant il est difficile techniquement de maintenir une population de poisson en équilibre avec le reste des composants biotiques de l’écosystème.
Lors de ces deux études, des résultats nets et inattendus ont été observées sur les populations de poissons. Afin de mieux comprendre les effets directs et indirects observés lors des études précédentes, une nouvelle expérimentation en mésocosmes va être menée en 2016 sur ces deux molécules. C’est dans ce cadre que nous recherchons un(e) stagiaire.

Mission
L’action de l’étudiant(e) se focalisera principalement sur l’étude des effets du diclofénac et de la carbamazépine sur la dynamique de population de poisson en mésocosme. L’étudiant(e) aura, en particulier, les responsabilités suivantes :
• Suivi des effectifs durant l’expérimentation :
o Suivi visuel,
o Suivi des effectifs au cours du temps par la méthode de capture/marquage/recapture (CMR),
o Suivi des éventuelles malformations des larves
• Une attention particulière sera portée sur les développements méthodologiques suivants :
o Caractérisation du développement embyro-larvaire de l’épinoche au laboratoire et en mésocosmes
o Amélioration de la technique de suivi des effectifs au cours du temps en mésocosmes (CMR)
• •Analyse statistique des résultats obtenus et comparaison avec les résultats obtenus lors des expérimentations précédentes
L’étudiant(e) pourra, grâce à ce stage développer et /ou approfondir leur compétences en écotoxicologie et en écologie des populations tout en contribuant activement à une partie du projet de recherche.

Profil recherché
BAC + 3 à +5, en écotoxicologie ou écologie
Durée De 4 à 6 mois

Rémunération
Salaire/Indemnisation : 530 €/mois + Participation d’indemnisation des transports sous conditions + Participation aux frais de repas

Contact:  [email protected]

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].