L’entreprise Environnement XM Coop (www.exmcoop.com) et le laboratoire CESCO (cesco.mnhn.fr ; co-encadrement Jean-Baptiste Mihoub, Marine Robuchon et Romain Julliard) souhaitent s’associer pour monter un projet de thèse: «Étude d’indicateurs multi-facettes de la biodiversité des petits aménagements de rivières (barrages, seuils) dans la perspective de la mise en place d’un suivi participatif par les parties-prenantes ».
Nous recherchons un candidat pour un tel projet susceptible de démarrer effectivement le 1er novembre 2017.
Les candidats à cette candidature doivent envoyer leur CV et un texte expliquant en quoi ce projet les intéresse particulièrement (éviter les lettres de motivation passe-partout) à [email protected]
Date limite de candidature : 20 septembre 2017
Audition : entre le 24 septembre et le 2 octobre.

Profil recherché :
Nous recherchons un candidat ayant :
– une formation à la recherche (master 2 recherche) en écologie ou dans une discipline voisine avec une expérience en écologie ;
– la maîtrise des notions de mesures de la biodiversité, d’indicateurs, de protocole, de plan d’échantillonnage ;
– une familiarité avec les outils statistiques appropriés à l’analyse de données de biodiversité ;
– de plus, seront appréciées : une bonne connaissance des sciences participatives, une compétence naturaliste dans un domaine particulier, une expérience professionnelle en lien avec le projet.

Contexte du projet

Les eaux continentales sont des éléments structuraux importants dans un paysage représentant une source d’eau et de nourriture importante pour les êtres vivants (Dudgeon et al. 2006). Avec l’objectif primaire de préservation et restauration de la ressource en eau, les rivières ont subi au cours des années de nombreux aménagements sous la forme de seuils ou de petits barrages. Par contre, ces différentes activités anthropiques peuvent amener des impacts négatifs comme la pollution, la modification de l’écoulement d’eau, la destruction ou la dégradation des habitats naturels avec la menace d’extinction d’espèces animales et végétales (Dudgeon et al. 2006).
Aujourd’hui les aménagements des petites rivières françaises sont sous une double injonction : d’un côté la restauration du caractère naturel des rivières et leurs fonctions écologiques, d’un autre côté le maintien des activités et usages humains comme le développement des énergies renouvelables. Le Code de l’Environnement, la loi sur la biodiversité et la loi sur la transition énergétique, sont à y appliquer. Dans certains cas ces aménagements font aussi partie du patrimoine culturel, par exemple lorsqu’ils sont associés à des moulins ou autres ouvrages historiques (Dudgeon et al. 2006).
La santé des rivières et des ces petits aménagements est traditionnellement mesurée par des paramètres physico-chimiques (Barbour et al., 1999 ; Boulton, 1999). Cependant les cours d’eau ont aussi des composantes fonctionnelles importantes (physiques et écosystémiques) qui justifie l’utilisation de mesures alternatives prenant en compte les fonctions écologiques de l’écosystème ou les relations trophiques (Gallardo et al., 2011 ; Meyer, 1997) en corrélation avec le fonctionnement même de la rivière (inondation en lit majeur, inter connectivité des réseaux hydrauliques locaux, maintien des nappes, maintien des usages pour l’eau potable, respect de l’écosystème…).
C’est dans cet objectif qu’ont été développées ces dernières années des études au sujet des groupes écologiques naturels ou anthropiques caractérisées selon deux approches majeures : la structure taxonomique et la structure fonctionnelle (Heino, 2008). Il existe une gamme d’indices pour évaluer l’intégrité écologique d’un écosystème aquatique (Gallardo et al. 2011). La mise en place de la Directive Cadre sur l’Eau (DCE) et l’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatique (ONEMA, maintenant AFB (Agence Française pour la Biodiversité) ont développé des bio-indicateurs pour établir l’état des écosystèmes aquatiques, notamment continentaux. Ces bio-indicateurs permettent de couvrir de nombreux compartiments biotiques comme l’Indice Biologique Macrophytique en Rivière (IBMR), Indice Poissons Rivière (IPR+) et Indice Invertébrés Multi-métriques (I2M2).
Les relations entre les différents critères de mesures de biodiversité sont encore peu étudiées et représentent un enjeu important pour l’évaluation des conditions écologiques (Heino, 2010 ; Young et al., 2008). Elles sont d’autant plus complexes qu’elles varient en fonction du degré d’hétérogénéité des milieux.
C’est dans cet esprit de corrélations entre optimisation des aménagements et diversification de l’écosystème que vient s’inscrire cette définition d’indicateurs multi-facettes permettant une mesure d’impact en terme dévolution potentielle de la biodiversité locale.
La mise en place de bio-indicateurs, sur la base de protocoles précis mais complexes, est difficile à mettre en œuvre par des particuliers non-professionnels, comme par exemple l’échantillonnage à l’aide de pêche électrique, l’identification de micro-organismes, la détection de polluants (REF). C’est pourquoi, le recours à la science participative impose des contraintes sur le type de protocole et de plan d’échantillonnage qui peuvent être proposés et qui doivent tenir compte des compétences hétérogènes des observateurs et intervenants multidisciplinaires.
La thèse consiste à développer une recherche collaborative avec la production de mesures multi-facettes du bon état structurel et fonctionnel de la biodiversité liée aux petits aménagements de la rivière. Cette innovation devra correspondre à la demande sociale d’évaluation de l’impact des aménagements sur la biodiversité et à la mise en place d’un programme de science participative permettant une production de données durable.
Objectifs du projet

Objectif Général
Les objectifs à atteindre de par les résultats de ce projet de R&D sont :
• collaborer/corréler les usages des aménagements de rivières avec les directives du code de l’environnement ;
• proposer des aménagements conformes, assurant le respect des usages (micro-hydroélectricité, utilisation local d’énergie hydraulique, patrimoine cultural des moulins) avec celui de l’écosystème existant et `de développer ce dernier;
• définir l’état de fonctionnement écologique dans les petits aménagements en se concentrant sur les fonctions écologiques telles que chaîne trophique, dégradation de la matière organique et les compartiments de la biodiversité à échantillonner (aquatique et terrestre), dans le but d’en gérer son cycle de vie ;
• déterminer dans l’échelle d’espace (du micro-habitat au paysage) et de temps (synchronique vs pluriannuel) les contraintes de faisabilité.

Objectifs Spécifiques
Des objectifs plus spécifiques sont associés aux généraux et permettent d’être plus précis pour leur obtention:
• identifier dans les aménagements de petites rivières d’indicateurs multi-facettes déjà décrites dans la littérature ;
• définir les potentiels des indicateurs multi-facettes comme le suivi temporel des oiseaux communs (STOC) et suivi temporel des libellules (STELI) ;
• mettre en place un suivi participatif entre les parties prenantes (propriétaires, entreprises et chercheurs) ;
• mettre en place un plan de conservation et développement de la biodiversité des milieux humides (ainsi que de la rétention des eaux de crues pouvant être associée).
L’atteinte de ces objectifs s’effectue par la caractérisation des milieux en trois familles :
– Hydraulique (HYDRO),
– Substrat (SUBST),
– Biotope (BIOTO).

Organisation du projet

Travail collaboratif entre EXM Coop et le avec le laboratoire du Cesco au (MNHN) à Paris
Partenaires :
– UMR 7204 CESCO, MNHN Paris (Romain Julliard, Marine Robuchon et Jean-Baptiste Mihoub)
43, Rue Buffon CP135 MNHN 75005 PARIS
Fax : 01 40 79 38 35
[email protected]; [email protected]; [email protected]
01 40 79 30 81 01 40 79 80 07
– Environnement XM Coop (Marc et Eric Prido)
4, Rue Georges Brassens 78690 Les Essarts le Roi PARIS
01 30 88 91 88
[email protected]; [email protected]
06 24 27 95 94

Sous la direction de : Romain Julliard (UMR 7204CESCO, MNHN)
Projet également suivi par Marine Robuchon (UMR7204 CESCO, MNHN) et Jean-Baptiste Mihoub (UMR7204 CESCO, MNHN)

Noms/prénoms des personnels de R & D
Diplôme (2) Fonction dans l’entreprise
Fonction sur le projet
Eric PRIDO Ingénieur hydromorphologue Institut Nationale Polytechnique de Grenoble. Gérant salarié en CDI Chef du projet,
Mise en place des processus en science participative
Ana Rita SOUSA COUTINHO Vétérinaire
PhD en Reproduction Animalière et Humaine R&D Mise en place des Taxons et corrélation des données

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].