La compensation est un mécanisme visant à obtenir, par des opérations de création, restauration ou réhabilitation de milieux naturels, un gain de biodiversité au moins équivalent aux pertes de biodiversité causées par un projet d’aménagement. Elle s’inscrit dans une démarche globale visant à éviter et réduire les impacts avant de compenser les pertes résiduelles (non évitables et non réductibles). Cette obligation de compensation est une composante importante des dispositifs visant à stopper la perte de biodiversité. La conception et le dimensionnement des mesures compensatoires est supposé reposer sur une évaluation correcte des états initiaux de conservation des milieux impactés afin d’évaluer les pertes de biodiversité et de fonctionnalité de ces milieux.

Dans le cas des milieux humides, une première version d’une méthode d’évaluation des fonctions des zones humides a été développée par des chercheurs de plusieurs instituts de recherche (MNHN, IRTEA, CNRS), en collaboration avec un bureau d’étude. Elle est destinées à l’ensemble des acteurs de la compensation, qu’il s’agisse des acteurs du secteur privé (bureaux d’étude, aménageurs…) ou des services de l’état impliqués (DREAL, DDT…). Le guide méthodologique permettant d’appliquer la méthode est mis à disposition gratuitement sur le site de l’ONEMA. Cette méthode est cependant appelée à évoluer rapidement suite aux retours d’expérience de la première année de mise en œuvre sur des cas réels.

L’objectif de ce stage est de contribuer à la consolidation et la diffusion de cette méthode pour le département de l’Isère, en collaboration avec la DDT et les différents organismes qui travaillent sur cette méthode (ONEMA, bureaux d’étude, Instituts de recherche). L’objectif sera double :
1/ affiner les indicateurs de la fonction habitats relatifs au site pour l’Isère afin d’avoir une meilleure évaluation de cette fonction pour le département,
2/ appliquer la méthode à des cas réels afin de l’adapter à une utilisation courante par les bureaux d’étude et les services instructeurs (pouvant aller jusqu’à la création d’une plateforme en ligne pour entrer et visualiser les résultats).

Le stage nécessitera une bonne connaissance des SIG et la capacité à collaborer avec différents organismes (bureaux d’étude, instituts de recherche, services instructeurs).

Lieu du stage : Grenoble
Durée du stage et période souhaitée : Aout 2016 – Janvier 2017
Indemnisation prévue : 554 €/mois

Contact : Stéphanie GAUCHERAND
Mail : [email protected]
Tel : 04 76 76 27 45
Adresse : Irstea ; 2 rue de la Papeterie ; BP 76 ; 38 402 St Martin d’Hères Cedex

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].