Les pucerons des céréales transmettent le virus de la jaunisse nanisante de l’orge (JNO) en automne et au début de l’hiver, à l’origine de dégâts et de perte de rendement importants dans les cultures de céréales. Dans un contexte de réchauffement climatique et avec l’interdiction récente des néonicotinoïdes, on s’attend à une augmentation de l’abondance des pucerons à cette période et donc à une augmentation des dégâts. Augmenter la diversité végétale en implantant des couverts fleuris hivernaux pourrait constituer une alternative à la lutte chimique. Ces couverts fleuris peuvent directement agir sur l’abondance des vecteurs de virus via des effets barrières ou dilution ou indirectement en favorisant la communauté d’ennemis naturels via les ressources ou l’habitat qu’ils fournissent. La lutte biologique est peu étudiée en contexte hivernal avec des effets sur la dynamique des vecteurs et des virus qui restent à démontrer.

L’objectif de ce stage est d’étudier l’impact de l’implantation de couverts fleuris hivernaux en hiver sur le contrôle biologique des pucerons par leurs ennemis naturels. Les abondances de pucerons et l’activité des ennemis naturels seront comparées au sein d’une parcelle à proximité d’une végétation herbacée spontanée et à proximité d’un couvert fleuri. Un réseau de parcelles sera suivi dans 2 régions différentes aux contextes paysagers et climatiques différents, la Bretagne et les Pays de la Loire, dans laquelle on s’attend à des abondances plus fortes en pucerons et des dégâts plus importants.

La première partie du stage (octobre à novembre 2020) sera consacrée à la mise au point du protocole et à l’analyse des données récoltées dans le cadre d’une précédente campagne d’échantillonnage. Le/la stagiaire sera amené.e dans un deuxième temps (novembre 2020 à février-mars 2021) à participer aux échantillonnages et à l’identification des insectes collectés. Le stage se déroulera dans les locaux d’ECOBIO à Rennes avec des déplacements à prévoir en Bretagne et en Pays de la Loire.

Un fort intérêt pour le travail de terrain et l’entomologie sont nécessaires pour ce stage. Le/la stagiaire sera amené.e à travailler au sein d’une équipe et devra faire preuve d’autonomie et de sens de l’organisation. Ce stage sera l’occasion pour l’étudiant.e de développer ses compétences en entomologie, en analyses statistiques des données et en écologie des communautés.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].