Encadrement :
Jean-Baptiste Baudet (Doctorant), Benoit Xuereb (MCF), Romain Coulaud (MCF)

Structure d’accueil :
UMR Stress Environnementaux et BIOsurveillance des milieux aquatiques (SEBIO), site Université Le Havre-Normandie
https://sebio.univ-lehavre.fr

Date et durée du stage :
6 mois ; début possible dès janvier 2021

Contexte :
Les écosystèmes aquatiques sont généralement considérés parmi les plus productifs en termes de services écosystémiques rendus à l’homme tout en étant également les plus exposés aux pressions anthropiques qui peuvent altérer leur fonctionnement. Ainsi, l’évaluation de la qualité écologique de ces milieux constitue un enjeu majeur. Pour cela, l’utilisation de marqueurs basés sur des mesures biologiques au niveau des organismes chez différentes espèces sentinelles représentatives de la diversité trophique et taxonomique des écosystèmes aquatiques a été proposée ces dernières décennies comme une méthode pertinente. Cependant, en particulier concernant les écosystèmes marins, la grande majorité des efforts de recherche ont été portés sur un petit nombre d’espèces, essentiellement commerciales, de mollusques et de poissons. Dans un objectif d’évaluation global de l’impact des pressions anthropiques sur la faune sauvage, une classification de la qualité des masses d’eau basée uniquement sur de tels taxons semble à la fois peu extrapolable et peu protectrice pour de nombreuses autres espèces. En ce sens, le groupe des crustacés, principal représentant des ecdysozoaires dans les milieux aquatiques, reste encore peu étudié en milieu marin en dépit de son importante représentativité au sein du règne animal et du rôle clé de ses représentants dans les chaines trophiques et les processus écosystémiques. Il apparait alors indispensable de prendre en compte ce groupe clé dans les démarches d’évaluation de la qualité écologique des milieux.

Dans ce contexte, l’UMR I-02 SEBIO travaille depuis quelques années à proposer des indicateurs basés sur l’utilisation des crevettes palémonidés (la crevette rose ou crevette bouquet Palaemon serratus en milieu marin et la crevette blanche Palaemon longirostris en milieu estuarien) pour la biosurveillance des milieux aquatiques. Jusqu’à présent, les travaux ont porté principalement sur le développement et la mise en œuvre in situ de biomarqueurs sub-individuels (Erraud et al. 2018a,b et 2019a,b ). Maintenant, il apparait essentiel de développer des outils permettant de diagnostiquer les impacts des activités anthropiques sur des niveaux d’organisation biologique supérieurs plus pertinents d’un point de vue écologique tels que les traits d’histoire de vie (e.g, reproduction, croissance) ou la santé des populations. Cependant, les connaissances sur traits d’histoire de vie de ces espèces restent encore limitées. L’objectif de ce stage résidera donc dans l’étude des traits de vie de la crevette bouquet Palaemon serratus afin 1) d’améliorer les connaissances générales sur cette espèce, 2) en étudiant l’influence de la température et de la qualité de nourriture, de définir des conditions optimales pour l’étude de la reproduction et de la croissance de la crevette bouquet au laboratoire et 3) d’identifier des marqueurs qui pourraient être utilisés dans le cadre de l’étude des impacts des activités anthropiques sur les traits de vie de la crevette bouquet.

Dans un premier temps, le stage sera focalisé sur la réalisation d’une expérimentation au laboratoire sur environ 3 mois. Des couples de crevettes seront placés dans différentes conditions de température en vue de se reproduire. Les femelles durant la phase de développement embryonnaire, puis les larves et juvéniles après la ponte seront nourris avec différentes qualités de nourriture (i.e, différentes teneurs en acides gras). Le développement des descendants ainsi produits sera examiné à chaque stade de vie : le stade œuf, larvaire, et juvénile. Une attention particulière sera portée sur la survie des individus, les temps de développement des différents stades embryonnaires et larvaires, ainsi que sur l’apparition d’éventuelles anomalies morphologiques durant les différents stades. A chaque étape du développement, les organismes seront isolés des autres stades afin de ne pas engendrer de cannibalisme et dans un but d’améliorer la lisibilité, ainsi qu’in fine l’interprétation des paramètres étudiés. Dans un second temps, l’accent sera porté sur l’analyse des résultats de l’expérimentation et les dosages des acides gras dans la nourriture et dans les organismes.
Pour la réalisation de ce stage, les expérimentations envisagées bénéficieront notamment du financement du programme FEAMP (Fonds Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche) GéDuBouq (analyse préalable à une gestion durable des pêcheries de bouquet en Normandie). De plus, le stagiaire pourra s’appuyer sur l’expertise de l’UMR SEBIO sur la biologie et l’écologie des crustacés (en particulier Palaemon serratus) et travaillera en collaboration directe avec un doctorant.

Profil recherché :
– Connaissances en écologie des milieux aquatiques (si possible marins)
– Connaissances en physiologie des crustacés
– Notions d’élevage/maintenance d’organismes en conditions de laboratoire
– Le candidat devra être dynamique, enthousiaste et montrer une bonne autonomie.

Formalités de candidature :
Pour candidater : les candidat(e)s intéressé(e)s devront envoyer une lettre détaillée décrivant leurs motivations et leurs compétences et un CV (avec les coordonnés d’un ou deux référents).
Contact : [email protected]

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].