Contexte et problématique

Avec les pollutions lumineuses, les pollutions sonores sont une des conséquences indirectes majeures de l’anthropisation des milieux qui ont des effets néfastes et bien documentés sur la biodiversité. L’influence des pollutions sonores sur le chant des oiseaux (modification de la fréquence, de l’intensité ou encore de la structure du chant) et, dans une moindre mesure, des pollutions lumineuses (modification de la chronologie du chant principalement) est aujourd’hui bien documentée.
Toutefois, les études explorant l’influence de ces deux perturbations sur le chant des oiseaux souffrent encore de plusieurs manques. (1) L’influence des deux facteurs est rarement testée simultanément. (2) Les autres facteurs d’anthropisation (notamment l’occupation et l’usage des sols) sont rarement pris en compte. (3) Les stratégies d’échantillonnage se résument souvent à des comparaisons entre sites très perturbés d’un côté et sites peu ou pas perturbés de l’autre, faisant abstraction de la notion de gradients d’anthropisation. (4) La chronologie du chant des oiseaux est souvent étudiée sur une seule espèce ou un nombre d’espèces réduit. (5) la chronologie du chant est appréhendée de manière réductrice comme l’heure du début du chorus matinal (heures du ou des premiers chants d’une espèce le matin).
Comprendre l’influence respective de différents marqueurs d’anthropisation sur le rythme d’activité du chant de plusieurs espèces d’oiseaux au cours de cycles nycthéméraux est donc un défi à relever.

Objectifs du stage

Identifier et hiérarchiser l’influence respective des pollutions sonores et lumineuses sur le rythme de chant des passereaux en estuaire de la Loire. Identifier les espèces plus ou moins sensibles à ces perturbations. Eventuellement : identifier l’influence respective des pollutions sonores et lumineuses sur la structure du chorus de l’ensemble de la communauté d’oiseaux.

Déroulement du stage et tâches confiées au stagiaire

– A partir des cartes de pollutions lumineuses et sonores déjà acquises, définir une stratégie d’échantillonnage de stations d’enregistrement de chants d’oiseaux
– Mise en place sur le terrain de capteurs sonores pour l’enregistrement des oiseaux et des pollutions sonores (capteurs SM4 et AudioMoths) et de capteurs des pollutions lumineuses
– Récolte des données
– Analyse des données de chant d’oiseaux par écoute et étiquetage sur un logiciel approprié (Raven) et par l’utilisation d’un outil d’IA (BirdNET )
– Croisement des données sur la chronologie du chant avec les données de pollutions sonores et lumineuses
– Interprétation des résultats

Compétences et profil recherché

– Géomatique
– Statistiques
– Goût pour le terrain
– Compétences naturalistes (ornithologie, reconnaissance des espèces d’oiseaux aux cris et aux chants)

Encadrants

– Dr. Laurent Godet (CNRS, Université de Nantes)
– Dr. Vincent Lostanlen (CNRS, Ecole Centrale)

Modalités pratiques

Stage prévu entre février et juillet 2022.
Une partie du travail sera réalisée au laboratoire LETG-Nantes de l’Université de Nantes et une autre partie au laboratoire LS2N à l’Ecole centrale de Nantes (les deux laboratoires se trouvent à 10 minutes à pied l’un de l’autre).
Deux semaines de terrain sont prévues en estuaire de Loire.
Indemnisations et prise en charge des frais de mission de terrain selon les normes en vigueur.

C.V. et lettre de motivation à envoyer avant le 15 novembre 2021 inclus à :

[email protected]
et
[email protected]

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].