Au regard de la baisse de la diversité et des effectifs des poissons présents sur l’axe Seine (le fleuve et ses affluents de la source à l’estuaire) depuis plus d’une centaine d’année, les efforts d’ores-et-déjà entrepris en termes de réglementation, de planification et d’aménagements commencent à porter leurs fruits en termes d’amélioration pour certaines espèces. Le projet CONSACRE [Continuité écologique de la Seine et intérêt des acteurs pour sa restauration] a pour objectif d’analyser, d’un point de vue global et local, la continuité écologique de l’axe Seine, afin de dégager des pistes d’actions, qui permettraient de renforcer ces signes d’amélioration. Ces pistes concernent d’une part les possibilités d’aménagements pour la préservation et la restauration des milieux naturels, et d’autre part l’amélioration de l’association des différents publics impliqués dans cette problématique. Piloté par l’INRAE et le GIP Seine aval, le projet CONSACRE est financé par l’Agence de l’Eau Seine-Normandie et les Régions Ile-de-France et Normandie. https://www.consacre.fr

Direction du stage : Marie-Anne GERMAINE (Maitresse de Conférences en Géographie, Université Paris Nanterre, UMR LAVUE 7218 CNRS), Elise TEMPLE-BOYER (Maitresse de Conférences en Géographie, Université Paris Nanterre, UMR LAVUE 7218 CNRS), Céline LE PICHON (INRAE)

Le stage porte sur les passes à poissons, dispositif mis en place pour assurer le passage des poissons migrateurs sur les ouvrages tels que des barrages. Il s’agit d’interroger ce dispositif sur le plan de la mise en visibilité des poissons. Les espèces piscicoles sont peu visibles et difficilement accessibles pour les usagers. Paradoxalement, les obstacles (barrages, écluses, chaussées de moulins) aménagés en travers des cours d’eau permettent parfois de les compter, de les filmer, de les voir. Plusieurs passes à poissons sont en effet équipées de dispositif de comptage, de vidéosurveillance ou encore de case piège qui sont utilisés pour observer le passage (montaison ; dévalaison) des poissons afin de mesurer l’efficacité des passes. Ces installations sont aussi valorisées dans un but pédagogique : les salles d’observation peuvent ainsi être ouvertes aux visiteurs régulièrement ou lors d’évènements.
Ce stage a pour but de rendre compte des installations accompagnant plusieurs passes à poissons en France. Pour cela, le stage s’articulera en plusieurs étapes :
1. Documenter les installations les plus emblématiques (Vichy, Gambsheim, Poses, Bazacle) : historique, gestionnaire, valorisation proposée.
2. Analyser de manière plus fine les installations du bassin Seine Normandie (Poses, Carendeau, Le Breuil en Auge, Claies de Vire, etc.). Il s’agira de rendre compte du fonctionnement, de l’histoire de ces outils, de faire un état de qui les gère, les met en valeur et quels sont les résultats en termes de fréquentation. Il s’agira également de décrire comment les observatoires sont ou pas intégrés dans des stratégies (pédagogiques, scolaires, touristiques, etc.) plus larges ou pas.
3. Enquêter les responsables et animateurs des sites identifiés.
4. Mener des enquêtes de retour d’expérience auprès des visiteurs.

Le stage doit permettre de qualifier les fonctions attribuées aux différentes passes à poissons et aboutir à une comparaison de l’usage de celles-ci dans des stratégies d’éducation à l’environnement. Il s’agit en particulier d’interroger le rôle des passes à poissons comme outil de sensibilisation à l’environnement aquatique.

Offre de stage : Février – Septembre 2022
Cette offre de stage s’inscrit dans le cadre du volet 3 (Resp. M.-A. Germaine, Univ. Nanterre) du programme scientifique CONSACRE (Resp. C. Le Pichon, INRAE). L’étudiant stagiaire sera intégré à cette équipe et participera aux différentes réunions et séminaires de travail programmés pendant la période de son stage.

Niveau requis Master 2 en géographie, sciences de l’environnement, écologie
– Intérêt pour les milieux humides/rivières et la gestion de l’environnement
– Intérêt pour la biodiversité et les poissons
– Intérêt pour l’éducation à l’environnement
– Compétences en analyse de discours et techniques d’enquêtes
– permis B requis

Le stage couvre une durée de 6 mois (à partir de janvier 2022).
– L’étudiant sera accueilli dans les locaux de l’Université Paris Nanterre au laboratoire Mosaïques LAVUE (bâtiment Max Weber), et sera amené à se rendre sur le terrain.
– Les frais de missions seront pris en charge.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].