Contexte. Le développement durable de l’aquaculture repose en partie sur une diversification des espèces produites. Cette diversification nécessite la domestication de nouvelles espèces. Cependant, la domestication reste un processus long et difficile. Les programmes de domestication les plus récents tentent d’améliorer et de rationaliser ce processus en sélectionnant les taxons qui ont un haut potentiel de domestication (c.-à-d. qui peuvent facilement être maintenus et reproduits en captivité et qui présentent un potentiel socio-économique élevé). Néanmoins, les programmes actuels négligent la différenciation géographique intraspécifique communément observée entre les populations. Pourtant, celle-ci conduit à des spécificités locales qui peuvent influencer le potentiel de domestication et l’attractivité socio-économique des populations en vue d’une exploitation aquacole. L’intégration d’une telle information dans les programmes de domestication pourrait libérer le potentiel spécifique des populations et améliorer les taux de réussite de ces programmes.

But et description du stage: L’estimation directe du potentiel de domestication pour chaque population sauvage demande de nombreuses expérimentations en milieu contrôlé. D’un point de vue pratique, ceci n’est pas envisageable à large échelle géographique ou sur de nombreuses espèces. Dès lors, une classification a priori des populations sauvages basées sur des traits qui peuvent influencer le potentiel de domestication est nécessaire. Le but de ce stage est de développer ce système de classification basé sur la différenciation génétique (marqueurs neutres), phénotypique et écologique observée entre populations et groupes de populations allopatriques. Ce système de classification sera dérivé des approches de délimitation des unités évolutives significatives (UES) utilisées en biologie de la conservation.
Le(la) stagiaire participera à la sélection des traits pertinents pour définir des ce système de classification. Il(elle) réalisera la mesure et l’analyse statistique de ces traits chez une espèce modèle (Perca fluviatilis). Il(elle) proposera un cadre de classification intégratif sur base de l’ensemble des traits mesurés. Il(elle) exemplifiera l’utilisation de ce cadre chez l’espèce modèle. Des expérimentations animales conduites en parallèle (réalisées par l’équipe d’accueil) permettront de valider la capacité du système de classification à identifier des groupes de populations avec des potentiels de domestication différents

Compétences attendues: Nous recherchons une personne inscrite dans un master en zoologie, écologie, systématique, agronomie ou disciplines apparentées. Un fort intérêt pour la zoologie et la systématique est requis. La connaissance ou la volonté de maîtriser le langage R est également requis. Le candidat doit (1) être capable de rechercher, lire et comprendre la littérature scientifique y compris en anglais, (2) avoir l’esprit d’équipe et (3) avoir le sens des responsabilités.

Bénéfices à tirer du stage: Le(la) stagiaire pourra accroître ses connaissances de la systématique intégrative (multicritères), de la biologie et l’écologie des poissons. Il(elle) sera guidé(e) / formé(e) pour la recherche et la synthèse bibliographique et l’exploitation des données. En fonction de l’implication du(de la) stagiaire, il(elle) sera associé(e) à la valorisation scientifique (publications, communications) des résultats obtenus.

Gratification de stage : 554,40 € net mensuel. ATTENTION, NOUS SOMMES EN ATTENTE DE FINANCEMENT POUR CE STAGE. NOUS N’AURONS LA CERTITUDE D’OUVRIR CE STAGE QU’EN NOVEMBRE 2017.

Environnement de travail: L’équipe Domestication en Aquaculture Continentale (Unité de Recherche Animal et Fonctionnalités des Produits Animaux, Université de Lorraine) travaille au développement d’une aquaculture durable. Nos travaux visent à favoriser la diversification des productions aquacoles par la domestication de nouvelles espèces. Nous étudions (1) les conséquences de la domestication sur la biologie des poissons et (2) le processus de domestication par une approche générique au niveau interspécifique et intraspécifique. Nous disposons d’équipement de pointe pour l’analyse ADN et d’une nouvelle plateforme expérimentale en aquaculture (Reseau AquaExcel 2015-2020).

Encadrant: Dr. Thomas LECOCQ (MCF); URAFPA EA 3889, INRA USC 340 Université de Lorraine, Faculté des Sciences et Technologies, 54506 Vandœuvre les Nancy Cedex email : [email protected]

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].