Contexte scientifique:

La déprédation (retrait partiel ou total de poissons capturés du matériel de pêche) par les cétacés à dents de légine australe (Dissostichus eleginoides) sur les palangres démersales et de thon (Tuna spp.) et espadons (Xiphias gladius) sur les palangres pélagiques constitue un problème croissant auquel sont exposées les pêcheries françaises à la palangre opérant depuis l’île de la Réunion. Les palangriers démersaux exercent dans les zones économiques exclusives (ZEE) françaises du plateau de Kerguelen et autour des îles de Crozet, tandis que les palangriers pélagiques opèrent dans les eaux tropicales et subtropicales de l’océan indien. En plus de la réduction des revenus résultant directement des captures perdues, les entreprises de pêche ont des coûts indirects supplémentaires liés à la perte d’engins, au coût supplémentaire de carburant pour quitter une zone exposée à la déprédation, à la perte de temps et d’énergie, etc. La déprédation peut également avoir des impacts directs et indirects sur les ressources halieutiques, par exemple par le risque de mortalité par enchevêtrement pour les mammifères marins, et par l’introduction de mortalité supplémentaire sur les stocks exploités (Roche et al., 2007 ; Read, 2008 ; Guinet et al., 2015).

La pêche a également un impact sur les peuplements, les habitats et les écosystèmes, d’où l’intérêt grandissant pour la mise en place d’approches écosystémiques pour une gestion viable des pêcheries. L’approche écosystémique de la pêche intègre dans sa définition la notion de développement durable et précise la nécessité de préserver les biens et les services fournis par les socio-écosystèmes marins. Ce paradigme fondé sur les écosystèmes est la base de travaux de recherche qui visent à mieux comprendre les dimensions écologiques, économiques et sociales qui interviennent dans la dynamique de ces socio-écosystèmes. Plusieurs travaux soulignent l’intérêt de l’approche de viabilité (Mullon et al., 2004 ; Curry et al., 2005 ; Cissé et al., 2013 ; Gourguet et al. 2013 ; Doyen et al., 2017) pour la modélisation d’une telle gestion écosystémique des pêches. L’approche de viabilité, en combinant diverses contraintes (telles que biologiques et socio-économiques) peut contribuer à réconcilier des objectifs portant sur la protection de l’écosystème et sur la profitabilité des pêcheries.

Objectifs:
Ce stage propose de mettre en place un modèle bioéconomique intégrant les dynamiques de stocks exploités et non exploités, les dynamiques de déprédation, ainsi que les activités de pêche. Différents scénarios de gestion des pêcheries à la palangre et de taux de déprédation seront simulés dans le temps afin d’analyser les réponses du système en terme de viabilité écologique, et économique. Ce stage rentre dans le cadre du projet ANR intitulé, « Evaluation des conséquences écologique et socio-économiques et écosystémiques de la déprédation exercée par les cétacés sur les pêcheries à la palangre: Mise en œuvre d’une approche technico-économique en vue de sa suppression (OrcaDepred) ».

Sous-objectifs − Ce stage se décline en trois sous-objectifs :
1. Analyse de la littérature existante sur la déprédation et les estimations de coûts associés : quel(s) type(s) de problème(s), quelle(s) approche(s), quel(s) modèle(s), quel(s) besoin(s) en données.
2. En fonction des données disponibles (ou ‘collectables’), identifier les types de modèles potentiellement mobilisables dans le cas étudié, et développer un modèle bioéconomique.
3. Etudier qualitativement et quantitativement les effets de divers scénarios de gestion des pêcheries à la palangre et de taux de déprédation sur la viabilité écologique et économique du socio-écosystème.

Profil souhaité :
• Profil ingénieur ou master 2
• Intérêt pour les travaux analytiques et numériques/informatiques et les méthodes de modélisation ;
• Connaissance en programmation (en particulier logiciels Scilab, Matlab et/ou R)
• Des connaissances sur le milieu marin, en particulier en écologie des espèces marines et/ou en économie maritime seraient appréciées.
• Langue lue et écrite : français et anglais
• Le stagiaire devra faire preuve de rigueur, d’autonomie et d’organisation.

Lieux du stage :
Ce stage aura lieu au Centre de Bretagne de l’IFREMER, Brest.

Période du stage : Février 2017, 6 mois, dates précises à convenir avec l’étudiant

Encadrants principaux:
Ching-Maria VILLANUEVA, Cadre de recherche, Ifremer, ZI Pointe du Diable, BP 70, Plouzané, France, Tél : 02.98.22.46.10, Courriel : [email protected]
Sophie GOURGUET, Cadre de recherche, Ifremer, Unité d’Economie Maritime, IUEM – UMR 6308 AMURE, Rue Dumont D’Urville, 29280 Plouzané, France Tél. : 02.90.91.56.41, courriel : [email protected]

Ce stage pourra éventuellement se poursuivre par une thèse.

Les candidatures (CV + Lettre de motivation) sont à adresser par mail à Ching VILLANUEVA ([email protected]) et Sophie GOURGUET ([email protected]), avant le 17 novembre 2017.

Références citées :
Cissé A.A., Gourguet S., Doyen L., Blanchard F., Péreau J.-C., (2013). A bio-economic model for the ecosystem-based management of the coastal fishery in French Guiana, Environment and Development Economics, 18, 245-269
Cury, P., Mullon, C., Garcia, S., Shannon, L. J. 2005. Viability theory for an ecosystem approach to fisheries. ICES Journal of Marine Science, 62(3), 577–584.
Doyen L, Béné, C., Bertignac, M., Blanchard, F., Cissé, A., Dichmont, C., Gourguet, S., Guyader, O., Hardy, P-Y., Jennings, S., Little, R., Macher, C., Mills, D., Noussair, A., Pereau, J-C., Pascoe, S., Sanz, N., Schwarz, A-M., Smith, T., Thébaud, O, (2017) Ecoviability for Ecosystem Based Fisheries Management. Fish and Fisheries. DOI: 10.1111/faf.12224
Gourguet, S., Macher, C., Doyen, L., Thébaud, O., Bertignac, M., Guyader, O., 2013. Managing mixed fisheries for bio-economic viability. Fisheries Research 140, 46–62.
Guinet, C., Tixier, P., Gasco, N., Duhamel, G., 2015. Long-term studies of Crozet Island killer whales are fundamental to understanding the economic and demographic consequences of their depredation behaviour on the Patagonian toothfish fishery. ICES Journal of Marine Science 72, 1587–1597.
Mullon, C., Cury, P., Shannon, L., 2004. Viability model of trophic interactions in marine ecosystems. Natural Resource Modeling 17 (1), 71–102.
Read, A.J., 2008. The looming crisis: interactions between marine mammals and fisheries. Journal of Mammalogy 89, 541–548.
Roche, C., Guinet, C., Gasco, N., Duhamel, G., 2007. Marine mammals and demersal longline fishery interactions in Crozet and Kerguelen Exclusive Economic Zones: an assessment of depredation levels. CCAMLR Science 14, 67–82.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].