Il est admis que les variations de l’environnement lumineux via les ouvertures de la canopée sont un des facteurs déterminant de la dynamique forestière (Brokaw, 1985; Chambers et al., 2013). Cependant le facteur lumière étant difficile et cher à appréhender (Baraloto and Couteron, 2010). Ceci constitue un réel handicap pour comprendre et mesurer « l’effet lumière » sur les populations d’arbres, surtout si l’on s’intéresse à des espèces semi héliophiles, dont l’écologie est en partie dépendante de la lumière (Laurans et al., 2012). C’est le cas de la plupart des espèces exploitées, en en forêt tropicale humide et notamment en Guyane Française.
Aujourd’hui, les progrès dans l’acquisition et le traitement des données LiDAR (Light Detection And Ranging) permettent d’avoir une description reproductible et précise de la canopée (de l’ordre du m2), sur de très grandes surfaces de l’ordre de la centaine voire du milliers d’hectares.
L’objectif du stage est d’utiliser des modèles numériques de canopée (MNC) construits à partir de données LiDAR et des indices lumière spatio-temporel qui en découlent pour construire des modèles de régénération sur les espèces d’arbres les plus exploitées de Guyane. (Essences Commerciales Majeures Principales, dont Dicorynia guianensis, Qualea rosea, Sextonia rubra, ….(Guitet et al., 2014)). Dans le cadre d’une thèse en cours, ces modèles seront insérés à terme dans un simulateur forestier à des fins d’identification et de comparaison des pratiques sylvicoles ou types d’exploitation qui optimisent la régénération de ces espèces après exploitation.
Le travail s’appuiera sur les données du dispositif de Paracou (CIRAD) et des données LiDAR disponibles sur des parcelles de forêt gérées par l’ONF en Guyane, qui ont subi une exploitation ces dernières années.
Le travail de terrain consistera à inventorier la régénération (arbres entre 30cm de haut et de moins 10 cm de dbh) des espèces cibles, sur des placettes de 5 m de rayon. La parcelles de “forêts exploitées” qui seront inventoriées, se situent dans la forêt de Régina-St Georges dans l’Est de la Guyane. Outre la présence de données LiDAR répétées, les parcelles ont été choisies selon deux critères : l’année de l’intervention sylvicole et le protocole d’exploitation suivi (exploitation
2
conventionnelle, exploitation fable impact de plusieurs types). Au sein de ces parcelles au moins deux types de zones seront différenciées, les zones impactées par les pistes et les zones d’abattage. Le site de Paracou sera également inventorié comme site de référence pour la forêt non perturbée. Ce site est constitué de près de 90ha de parcelles dont les arbres de plus de 10cm DBH sont inventoriés depuis au moins 20 ans et qui bénéficie de multiples passage lidar depuis 15 ans. Le travail de terrain est estimé à 2,5 mois
Le travail d’analyse se fera en deux étapes, (i) Construction des variables “régénération” et des différentes variables explicatives à l’échelle des placettes d’inventaire; (ii) Inférence des modèles de régénération, qui se feront à l’aide du logiciel R et sous le paradigme bayésien. Le temps consacré à l’analyse sera de 1,5 mois.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected] / [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].