Contexte :
La population humaine grandissante ne se distribue pas équitablement sur les territoires et sa proportion habitant des espaces urbains ne cesse d’augmenter. En 2015, 70% des humains habitaient en ville. Le milieu urbain représente déjà un milieu très répandu, notamment dans les pays à fort indice de développement et face à cette empreinte grandissante, il est nécessaire de réfléchir au fonctionnement de ce nouveau socio-écosystème, et notamment de définir les options de gestion et d’organisation des territoires pouvant influencer ce fonctionnement. Ainsi, depuis maintenant près de vingt ans, le fonctionnement de la biodiversité en milieu urbain reçoit une attention grandissante de la part des écologues et des gestionnaires, autant en termes de diversité compositionnelle que fonctionnelle.
Le programme de science participative BirdLab s’inscrit dans cette démarche, ayant pour but d’examiner les facteurs pouvant influencer l’usage des mangeoires par les oiseaux. Des résultats préliminaires on mis en évidence l’influence du contexte paysager sur la diversité des oiseaux à la mangeoire. Même si ce contexte paysager s’avère être dominant, la diversité et encore plus la fréquentation des mangeoires vont également être affectés par d’autres facteurs, tel que la période de l’année (Dufflaut 2016) entrainant leur variation temporelle. Celle-ci peut être due à différents facteurs, notamment à la phénologie des oiseaux, mais également aux variations climatiques. En effet, la vie des oiseaux est ponctuée par des événements périodiques, déterminée par les variations saisonnières du climat. Ainsi, à l’automne, de nombreuses espèces d’oiseaux passeront par des périodes migratoires, de forte mobilité alors qu’à l’approche du printemps, de nombreux oiseaux vont passer par des périodes de sédentarisation et de défense de territoire, construction de nid, appariement, ponte, entre autres. Cet enchainement d’étapes est déterminant pour leur survie et leur succès de reproduction.
Dans les milieux anthropiques, les modifications de la disponibilité spatio-temporelle des ressources nécessaires pour la reproduction peuvent influencer cette phénologie, pouvant changer la temporalité des étapes ou leur valeur adaptive. Ces changements risquent d’être amplifiés par le changement climatique. Nous proposons de tester cette hypothèse en utilisant des mangeoires d’oiseaux en hiver comme système observationnel. En association avec le programme vigie-nature, nous avons proposé au grand public de mener des expériences dans leur jardin pour tester cette hypothèse au travers du programme de recherche « Birdlab ». Dans le cadre de ce programme, nous proposons aux participants d’installer deux mangeoires strictement identiques dans leur jardin, et d’observer l’arrivée et le départ des oiseaux sur ces mangeoires pendant 5 mins. Birdlab s’appuie sur une application sur smartphone/tablette qui permet une saisie de données très rapide et efficace, ainsi qu’une formation des participants à l’observation des oiseaux.

Question :
Le stage proposé vise à examiner le lien entre la phénologie de la reproduction et la variabilité climatique sur l’utilisation des mangeoires durant l’hiver. Nous proposons d’examiner le taux de fréquentation des mangeoires, ainsi que la composition des communautés d’oiseaux en regard de l’avancement des saisons, et de synchronie spatiale, en contrôlant par les variables climatique.

Démarche :
Les données « oiseaux » à analyser seront issues du programme de science participative « BirdLab ». Les données météo seront issues de la base de données « MétéoFrance ». Ainsi, ce travail de stage sera avant tout un travail d’analyse de données. Dans un premier temps, le stagiaire devra procéder à une synthèse des variables explicatives (contexte paysage, local, climatique, type mangeoire & structure jardin) et une analyse spatio-temporelle exploratoire des facteurs confondants.
_
[note : 2016/17 sera la 3eme saison de BirdLab.
Lors des saisons précédents, 9340 observations ont été retenues, dont 4767 pour la saison 1 et 4573 pour la saison 2, sur 647 paires de mangeoires identifiées.]

Contacts:
Carmen Bessa-Gomes ([email protected])
François Chiron ([email protected])
Romain Lorrillière ([email protected])

Laboratoire d’accueil:
UMR 8079 Ecologie, Systématique, Evolution (ESE)
(UPSud / CNRS / AgroParisTech)
Université Paris-Sud, Bât 362 Orsay

Le stage est ouvert à tous les étudiants formés à l’écologie évolutive, l’écologie de la conservation, l’écologie comportemental ou/et l’écologie théorique et la modélisation, etc…

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].