Titre du stage :
Biodiversité et distribution spatiale des élasmobranches au sein de l’archipel des Mascareignes.

Lieu du stage : La Réunion

Contexte et objectif du stage :
Avec Madagascar, les Comores et les Seychelles, l’archipel des Mascareignes constitue le principal « point chaud » de la biodiversité du bassin ouest de l’océan Indien, définit par Conservation International (Myers et al 2000). Cela signifie que la biodiversité de l’archipel est très importante mais que celle-ci est néanmoins menacée par les activités anthropiques (Mauremootoo et al. 2003 ; Letourneur et al. 2004). L’endémisme des îles, la biodiversité marine associée, mais aussi l’impact des activités humaines et du changement climatique font de cette zone un enjeu majeur pour la préservation de la biodiversité mondiale. A l’heure actuelle, le manque de connaissance de cette biodiversité limite fortement les actions mises en œuvre pour sa conservation, sa gestion et son utilisation durable.
Dans le monde, on estime que 50% des espèces d’élasmobranches sont menacées d’extinction. Sachant qu’une grande partie de ces espèces est encore très peu connue à l’heure actuelle (classées comme « Données manquantes (DD) » sur la Liste Rouge IUCN), il est fortement possible que ce chiffre soit sous-estimé. L’archipel n’échappe pas à ce constat sur le manque de connaissances des élasmobranches et le statut de leurs populations. Dans une volonté de préservation du patrimoine naturel et du maintien de la biodiversité mondiale, il apparaît donc crucial de combler rapidement ce manque de connaissances sur les élasmobranches présents dans l’archipel.
C’est ainsi, qu’en avril 2021, l’Observatoire des élasmobranches au sein de l’archipel des Mascareignes (MAEO) a été créé par l’association ARBRE en collaboration avec l’Université de Maurice. Il est cofinancé par l’Union européenne dans le cadre du PO INTERREG V OI et la Région Réunion. Il constitue le premier projet scientifique et éducatif sur les élasmobranches à l’échelle des Mascareignes.

Basé à La Réunion, MAEO a 5 objectifs principaux :
1. Caractérisation des populations d’élasmobranches présentes dans l’archipel des Mascareignes
2. Dynamique spatio-temporelle des espèces observées à l’échelle des Mascareignes
3. Sensibiliser le grand public à la richesse et aux besoins de la conservation des écosystèmes marins
4. Eduquer dès le plus jeune âge
5. Participer à la gestion et conservation des espèces

Pour remplir ces objectifs, MAEO a mis en place un réseau éco-participatif pour référencer le plus d’observations d’élasmobranches à La Réunion, à Maurice et à Rodrigues. Ces données sont complétées par des observations « in situ » réalisées pour l’observatoire à travers le déploiement de caméras sous-marine et de plongées d’observation (UVC).

L’objectif du stage sera de définir la diversité des espèces d’élasmobranches présentes dans les eaux de l’archipel et ainsi actualiser les inventaires existant de la biodiversité marine dans ce point chaud. Dans la mesure du possible, il s’agira de déterminer les espèces présentes et leurs caractéristiques morphologiques externes (stade de maturité/sex ratio). Dans un deuxième temps, l’objectif sera de définir la répartition spatiale des espèces observées au sein des Mascareignes et d’identifier la présence de zones préférentielles pour chaque espèce.

Missions confiées au stagiaire :

1. Participer à la récolte des données issues du réseau éco-participatif et des campagnes de terrains réalisées en 2021 : dépouillement des vidéos de surveillance sous-marine pour identifier les espèces d’élasmobranches observées.
2. Participation aux campagnes de terrain des observations « in situ » en 2022 : Sorties en bateau pour déployer des caméras sous-marines et faire des plongées scientifiques (UVC).
3. Faire des analyses statistiques afin d’estimer la distribution spatiale des espèces et des individus de chaque espèce et identifier l’existence potentielle de zones préférentielles.
4. Analyser et interpréter les résultats, rédiger un rapport en rendant compte du travail fourni et des résultats trouvés
5. Participer à la rédaction et la publication d’un article scientifique
6. Participer aux conférences organisées autour du projet.

Profil recherché :

Niveau d’études : Etudiant(e) en Master 2 ou dernière année d’école d’ingénieur (spécialités statistiques, science des données, SIG, biologie des populations et écologie)

Connaissances :
• Statistiques,
• SIG,
• Science des données,
• Des connaissances en biologie marine et sur les élasmobranches seraient un plus

Compétences :
– Maitrise des logiciels d’analyse de données (au moins R ou Rstudio)
– Maitrise des logiciels SIG (au moins QGIS)
– Bon niveau en anglais
– Savoir-être professionnel : Sens du relationnel (travail en équipe) /autonomie/respect de la hiérarchie/loyauté
– Capacités rédactionnelles et de synthèse
– Rigueur, capacités d’initiative

– Maitrise de logiciel vidéo (DaVinci Resolve) serait un plus
– Niveau 2 ou 3 (CMAS ou équivalent PADI) de plongées serait un plus

Autres :
– Permis de conduire et véhicule personnel serait un plus (pas obligatoire)
– Permis côtier serait un plus (pas obligatoire)

Caractéristiques du stage :
Durée : 6 mois
Contrat : Stage indemnisé selon la règlementation en vigueur (convention de stage avec l’association ARBRE et l’Université/école d’ingénieur)
Date de début du stage : Entre janvier et février 2022

Modalités des candidatures :
Merci de faire parvenir un CV, une lettre de motivation, et les résultats M1 par mail à [email protected] à l’attention de Dr. Antonin Blaison, en précisant comme objet « candidature stage M2 – projet MAEO », au plus tard le 5 novembre 2021.
Les candidats retenus sur dossier se verront fixer un oral par visioconférence.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].