Contexte
Le Conservatoire Botanique National Alpin est un organisme public dédié à la connaissance et à la préservation de la flore et des végétations des alpes françaises et de leurs piémonts. Le territoire d’intervention est centré sur la zone alpine française. Il couvre 7 départements à travers les régions Rhône-Alpes Auvergne et Provence Alpes-Côte d’Azur.
Moraines et torrents alpins sont des milieux créés par les glaciers. Les débris rocheux qu’ils transportent, accumulés à la surface, sur les côtés et à l’avant constituent des moraines. Dès la fin du printemps, les eaux de fonte génèrent et alimentent des torrents. Glaciers, moraines et torrents constituent des éléments paysagers signature des Alpes françaises. Au niveau écologique, on trouve à leur interface une végétation originale façonnée par des processus de régénération naturelle et des espèces végétales patrimoniales comme le trèfle des rochers (Trifolium saxatile All.).
Jouant un rôle important dans les services écosystémiques, ils sont largement utilisés par l’homme : ressource en eau, activités touristiques (ski, alpinisme, randonnée), activités pastorales (alpages), activités industrielles (prélèvements de graviers). Ils sont donc le support d’aménagement humains qui impactent leur qualité et leur fonctionnement. En outre, ces milieux subissent de plein fouet l’impact du réchauffement climatique.

Le trèfle des rochers est une plante endémique des Alpes centrales. Elle est inscrite aux annexes II/ IV de la Directive Habitat et à l’annexe I de la Convention de Berne. En France, elle est protégée au niveau national et a le statut VU (vulnérable) sur la liste rouge Rhône-Alpes et sur la liste rouge PACA.
Les menaces qui pèsent sur cette espèce sont liées à la modification de son habitat :
– destruction de son habitat et d’individus lors d’aménagement
– modification défavorable de son habitat en conséquence du changement climatique : stabilisation du milieu induisant une compétition avec la végétation s’installant sur les moraines, incision des cours d’eau induisant la disparition de bancs ou de berges favorables à l’espèce…
Un recul drastique de l’espèce a été constaté en Suisse. Les Alpes françaises, malgré des impacts et dégradations avérées, abritent encore des populations importantes de cette espèce, dans une large gamme altitudinale mais aussi dans une large gamme écologique.
De ce fait, la France a donc une responsabilité particulière dans la préservation de cette espèce et la configuration de ses populations est particulièrement pertinente pour étudier la capacité adaptative de l’espèce aux changements globaux.

Présentation du projet :
La problématique de cette étude est d’étudier la réponse de la végétation des moraines et bords de torrents alpins aux changements globaux, changement climatique et changement d’utilisation des sols, à travers l’étude de l’adaptation locale d’une plante caractéristique de ces milieux : le trèfle des rochers.
Pour cela, nous proposons d’évaluer la vigueur du trèfle des rochers, en fonction :
– des milieux qu’il occupe et a occupé caractérisés d’un point de vue floristique à l’aide de relevés de végétation et d’un point de vue géomorphologique
– de l’altitude
– de la granulométrie et de l’humidité du sol, composition chimique (notamment éléments nutritifs)
– des interactions avec les micro-organismes présents dans le sol
– de la diversité génétique des populations

Missions
Les actions prévues sont les suivantes :
– sur site : des cartographies des populations, des mesures de traits sur le trèfle des rochers, des relevés floristiques, des prélèvements de sol, de feuilles
– en laboratoire : des analyses de sol, taux de nodulation et de colonisation mycorrhizienne racinaire
– au bureau : comparaison des cartographies et caractérisation géomorphologique (distance par rapport au lit du cours d’eau à partir de photos aériennes…) des populations anciennes et récentes de trèfle des rochers, analyse de données
Cette étude sera menée sur 3 secteurs tests :
– Isère : Oisans (vallée du Vénéon, la Bérarde)
– Savoie : Maurienne (St Jean de Maurienne, Polset, plan du Clos)
– Hautes-Alpes : Vallouise (Pré de Madame Carle…)

Durée du stage :
De février/mars à août/septembre 2018

Localisation et encadrement :
Le stage se déroulera dans les locaux du CBNA à Gap et sera encadre par Noémie Fort (CBNA).Des déplacements sont à prévoir en Vanoise et dans les Ecrins

Profil :
Formation : Ingenieur, Master en ecologie
Compétences, connaissances : écologie, botanique, mise en place et suivi d’expérimentations, analyse de données, géomatique
Qualité, aptitudes : aptitude à travailler en équipe, autonomie, prise d’initiative, sens de l’organisation, sérieux et rigueur, curiosité et dynamisme, bon relationnel et bonnes qualités rédactionnelles.

Conditions :
Permis B obligatoire, véhicule fortement souhaité
Stage indemnisé

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Il leur appartient notamment de fournir les éléments pratiques tels que date, lieu, coordonnées de contact, etc. Cela est d'ailleurs précisé sur la page de dépôt des offres. Les modérateurs de SFEcodiff n'ont pas accès à ces informations.

Pout toute autre question, merci de contacter [email protected].