Bonjour,

Nous recherchons un(e) étudiant(e) pour réaliser une thèse sur l’écologie évolutive du chevreuil en paysage agricole hétérogène.

L’objectif de cette thèse est d’identifier les bases génétique et environnementale des tactiques comportementales mises en place par
les individus pour gérer le compromis acquisition des ressources/évitement des risques.

Cette thèse combinera des approches d’écologie spatiale, comportementale, de génétique quantitative et des données de génomique pour
déterminer l’apparentement réalisé entre individus.

Ci-dessous, vous trouverez les détails du projet, un résumé scientifique en anglais et le profil de candidature recherché.

Merci.

Erwan Quéméré et Benoit Pujol.

———————————

Thèse financée par l’IDEX de Toulouse (3 ans) en
Ecologie évolutive/Génétique quantitative sur ongulés sauvages.

Base génétique d’un succès écologique : la colonisation des agrosystèmes par le chevreuil européen (Capreolus capreolus).

Laboratoire d’accueil: UR035 Comportement et Ecologie de la Faune Sauvage (INRA, Toulouse)

Descriptif de l’encadrement :
La thèse sera co-encadré par Erwan Quéméré (Chargé de recherche, INRA, CEFS, Toulouse) et Benoit Pujol (HDR, CR CNRS, EDB, Toulouse). Elle sera également suivie par Mark Hewison, Nicolas Morellet (CEFS) et Joséphine Pemberton (IEB Edinburgh), partenaires du projet.

Résumé du sujet de thèse (find below the abstract in English):

La persistance des populations naturelles dans les habitats gérés par l’Homme dépend des réponses comportementales que les individus mettent en place pour gérer les compromis entre l’acquisition des ressources alimentaires et l’évitement des risques (ex : collision, prédation, chasse, parasites). Un enjeu important est de caractériser les mécanismes évolutifs qui sous-tendent ces réponses : Il faut établir si elles sont inscrites de manière pérenne dans le patrimoine génétique des animaux (réponse micro-évolutive) ou s’il s’agit de réponses directes à l’environnement n’impliquant pas la variabilité génétique (plasticité phénotypique). Dans le cadre de cette étude, nous étudierons une population de chevreuils (Capreolus capreolus) évoluant dans un paysage agricole hétérogène composés de haies, bosquets (habitats refuges), prairies et cultures (où sont présents nourritures de qualité et risques). Cette population présente une importante variabilité comportementale marquée par la présence de tactiques individuelles de gestion du compromis acquisition des ressources/évitement des risques qui reflètent la sensibilité au stress des individus. En combinant des approches d’écologie spatiale, comportementale, de génétique quantitative et des données de génomique, ce projet vise à évaluer (i) l’architecture génétique de ces tactiques comportementales (ii) les corrélations génétiques entre les différents de traits de mouvement, d’occupation de l’espace et de vigilance impliqués dans ces tactiques de réponse (présence de syndromes comportementaux) et (iii) les corrélations génétiques entre ces tactiques et l’état physiologique et immunitaire des individus.
Une version détaillée du projet, des équipes impliquées et du plan de la thèse est décrite ci-dessous.

Profil du candidat : Nous recherchons un(e) candidate avec un excellent dossier académique et de bonnes connaissances en écologie évolutive et en statistiques. Une expérience de génétique quantitative (utilisation du modèle animal) serait bienvenue.

Pour postuler : La thèse débutera en octobre 2016. Les dossiers de candidatures, comprenant un CV, une lettre de motivation, les bulletins de notes de Master 1 et 2 (provisoire), et un ou deux contacts susceptibles de donner un avis sur le candidat devront être adressés à Erwan Quéméré ([email protected]) et Benoit Pujol ([email protected]).

Pour plus d’information : Erwan Quéméré ; Tél : +33 (0) 5 61 28 54 97.

Scientific abstract
The persistence of wild populations living in human-dominated landscapes rely on the behavioral responses that individuals use to manage trade-off between the acquisition of food and the risk avoidance (e.g. collision, predation, hunting, parasites). An important issue is to identify the evolutionary mechanisms underpinning these responses to establish whether they are partly genetically determined (micro-evolutionary response) or only driven by environment (phenotypic plasticity). In this project, we study a roe deer population (Capreolus capreolus) inhabiting a heterogeneous agricultural landscape covered by a mosaic of woodland fragments, hedges (refuge habitats), meadows and crops (where both quality food and risks coexist). This population show a large behavioral variation characterized by the presence of individuals tactics to manage the trade-off of resources and risks. By using approach in spatial and behavioral ecology, quantitative genetics and genomic data (to establish relatedness among individuals), this project aim to assess (i) the genetic architecture of these individual behavioral tactics, (ii) the genetic correlation between the different traits of movement, space use and vigilance involved in these response tactics (i.e. presence of behavioral syndrome) and (iii) the genetic correlation between the tactics and the immunological and physiological state of individuals.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].