La régénération forestière est une phase clé du renouvellement des peuplements forestiers. Or ces dernières décennies de nombreux peuplements font face à des difficultés de régénération. Leurs causes restent difficiles à identifier. Cependant l’une en particulier est la compétition pour les ressources du milieu entre les jeunes plants d’arbres et diverses espèces herbacées du sous-bois. Si les mécanismes favorisant la captation des ressources par certaines espèces (compétition par exploitation) sont assez bien connus, d’autres plus indirects comme le contrôle à distance de la plante adverse (compétition par interférence) restent plus énigmatiques. Le rôle des champignons mycorhiziens dans ces interactions entre plantes reste en particulier à préciser. Il sera ici abordé dans le cas des chênaies tempérées à molinie en contexte de sol temporairement engorgé, fréquemment rencontré dans le bassin ligérien.

Le stage proposé vise à tester l’hypothèse selon laquelle la molinie (Molinia caerulea) contrôle l’abondance et les espèces de mycorhizes associés au chêne (Quercus petraea) et conduisant à une réduction des capacités d’absorption des éléments minéraux par le chêne. Une expérimentation sur les conditions de régénération du chêne en Forêt Domaniale de Vierzon servira de support à ce stage. Elle compare différentes modalités de travail du sol, de contrôle de la molinie et de disponibilité en ressources dans l’installation du chêne. L’étudiant aura en charge la mesure du développement des plantes et de la disponibilité en ressources sur le terrain, la détermination des mycorhizes en laboratoire et l’analyse des données. La rédaction d’une publication est visée à l’issue du stage.

Laboratoire d’accueil :
Irstea – Unité de Recherches sur les écosystèmes forestiers, Domaine des Barres, F-45290 Nogent-sur-Vernisson. Collaboration avec l’UMR PIAF (INRA – Université d’Auvergne) de Clermont-Ferrand et l’ONF, pôle R&D de Boigny (45).

Dates de stage : Environ de avril à septembre 2018.

Profil candidat(e) :
Master 2ème année, stage de fin d’études d’ingénieur, ou équivalent, en biologie, écologie ou sciences de l’environnement. Autonomie, esprit d’initiative, d’analyse et de synthèse. Goût pour le travail de terrain et en laboratoire. Connaissances en statistiques appréciées. Pratique de l’anglais.

Indemnisation :
Indemnités de stage d’environ 550 Euros par mois. Possibilité d’hébergement sur le domaine des Barres dans des chambres étudiantes (suivant disponibilité), pour un montant d’environ 100 euros par mois.

Contacts :
Envoyer CV et lettre de motivation (en précisant vos dates de stage) à :
P. Balandier ([email protected]) et M. Fernandez ([email protected])

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].