Les lacs de haute altitude (> 1800m) sont des écosystèmes de petite taille aux réseaux trophiques simplifiés. Ils peuvent répondre de façon rapide et forte aux changements globaux (Parker BR, 2008) et à d’autres impacts humains (Schmidt & Psenner, 1992, Psenner, 2002). En conséquence, ils peuvent être utilisés comme des détecteurs sensibles des changements environnementaux (Battarbee et al. 2002) (Kernan M, 2009). Ils constituent de véritables témoins ou « sentinelles » des effets des changements climatiques (Williamson CE, 2008), et d’excellents modèles pour étudier les effets des apports d’éléments nutritifs sur les écosystèmes lacustres et leurs services. L’objectif de ce travail est de tester l’influence de la température sur les communautés phytoplanctoniques et zooplanctoniques de 4 lacs de haute altitude du Parc national des Ecrins.
Le parc et l’IMBE possèdent des données sur la température de l’eau et les communautés zooplanctoniques et phytoplanctoniques respectivement depuis 2005 et 2010. Le but de ce stage est d’analyser l’ensemble des données et de
– tester l’influence de la température sur les communautés planctoniques.
– de comparer les peuplements observés lors des années chaudes aux peuplements des années froides (densité, composition) ?
– de voir si la réponse varie en fonction des lacs et de leurs caractéristiques.

L’étudiant devra compléter le jeu de données avec l’analyse des prélèvements de 2017 (phyto et zooplancton). Il devra soit posséder une bonne maîtrise de R soit une réelle motivation pour l’apprentissage de cet outil. Il est également demandé une bonne capacité de rédaction.

Personnes à contacter :
Eric Meineri : [email protected]
Laurent Cavalli : [email protected]

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].