Les changements climatiques actuels affectent la biodiversité et notamment les populations d’oiseaux, de multiples façons (ex. dates de migration, dates de ponte, succès reproducteur, etc… ; Pautasso 2011). Celles-ci sont affectées sur le long terme par les variations de températures et de précipitations et sur le court terme par des évènements extrêmes ponctuels. En ville, les effets du changement climatique sur la biodiversité sont peu connus. Pourtant, le processus d’urbanisation modifie les conditions climatiques locales et crée des îlots de chaleur urbains. Ces effets sont cependant complexes car ils rentrent en interaction avec la modification des habitats qui a des conséquences fortes sur la distribution des oiseaux. Ce stage a donc pour but l’étude des effets climatiques sur les paramètres de reproduction des oiseaux en interaction avec la modification d’usage des sols et des habitats en ville.
Nous souhaitons comprendre la phénologie de la reproduction (ex. date de ponte) et le succès reproducteur (ex. nombre de poussins, nombre de nid) d’oiseaux le long d’un gradient spatial urbain-non urbain en lien avec les variations climatiques (approche synchronique). Egalement, nous souhaitons comprendre la réponse temporelle des populations aux évènements particuliers de températures et de précipitations (approche diachronique). Nous souhaitons également voir si les espaces végétalisés en ville le long de ce gradient peuvent être des habitats efficaces pour la reproduction et s’ils jouent un rôle de tampon par rapport aux variations climatiques. Les modèles retenus sont des passereaux qui acceptent facilement de se reproduire en nichoirs : étourneaux, mésanges charbonnières et bleues. Des données obtenues (sur environ 500 nichoirs) sur des gradients d’urbanisation à Rennes, Paris et Marseille depuis 4 ans seront complétées cette année et permettront d’analyser et de discuter les rôles respectifs des contextes locaux, paysagers et climatiques.

Le stage consistera à :
– Vérifier et organiser les bases actuelles basées sur les pourcentages d’occupation des nichoirs, nombres de jeunes et date du premier œuf (2 semaines)
– Caractériser les contextes spatiaux, d’habitats (SIG) et climatiques (météo France) des données (1 mois)
– Compléter les données pour 2016 (travail de terrain) et les intégrer à l’analyse (2 semaines)
– Tester les variations et les effets relatifs des facteurs spatiaux et climatiques (3 mois)

Laboratoire d’accueil : Laboratoire Ecologie, Systématique, Evolution (UMR 8079), Université Paris-Saclay à Orsay (ex Paris-Sud) et Muséum national d’Histoire naturelle (CESCO, UMR 7204)

Responsable du stage :
Philippe Clergeau, professeur MNHN, [email protected] et François Chiron, Maître de conférences AgroParistech, franc[email protected]

Références dans le domaine :
Clergeau P. & Machon N. (2014) Où se cache la biodiversité en ville ? Quae ed., 168p.
Croci S, Butet A, Georges A, Agueidad R, & Clergeau P (2008). Small urban woodlands as biodiversity conservation hot-spot: a multi-taxon approach. Landscape Ecology 23:1171-1186.
Pautasso M., Bohning-Gaese K. & Clergeau P., et al. (2011). Global macroecology of bird assemblages in urbanized and semi-natural ecosytems. Global Ecology and Biogeography 20: 426-436.
Pellissier V., Cohen M., Boulay A. & Clergeau P. (2012). Birds are also sensitive to landscape composition and configuration within the city centre. Landscape and Urban Planning 104: 181-188.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].