Problématique
Les modifications de l’environnement dues à l’urbanisation contraignent les populations et communautés animales et végétales à se réarranger, s’accommoder et/ou s’adapter. Comprendre les processus amenant à ces différentes réponses est essentiel pour concevoir des villes plus écologiques et résilients. Le projet de Recherche EvolVille a pour but d’analyser et comprendre la distribution, la dynamique et les mécanismes évolutifs régissant la diversité végétale des espaces herbacées urbains dans différents contextes de densification et de gestion. Pour cela, nous analysons les variabilités intra et interspécifiques des traits fonctionnels liés à la survie, la croissance et la reproduction des populations de différentes espèces. Au total, 60 sites sont étudiés, tous localisés dans l’Eurométropole de Strasbourg, au sein de formes urbaines plus ou moins artificialisées et dans des espaces herbacés soumis à des gestions plus ou moins intenses. In fine, ce projet renseignera les aménageurs et gestionnaires sur l’état fonctionnel des espaces de nature urbains, et les influences bénéfiques, neutres ou nuisibles de leurs actions sur les communautés végétales.

Missions du stagiaire
En 2021, la première phase du projet EvolVille a permis de mesurer des traits fonctionnels sur de nombreuses populations et espèces in situ, sur le terrain. Pour démontrer que la variation des traits fonctionnels observées sur le terrain est le résultat d’une adaptation à l’urbanisation, il est nécessaire de vérifier que ces différences sont génétiquement fixées. Pour cela, l’objectif du stage sera de réaliser des mesures de traits sur des individus issus de graines récoltés sur les 60 sites d’études et cultivés en jardin botanique, dans des conditions favorables identiques pour tous. En parallèle, une analyse de génétique des populations avec des marqueurs hautement résolutive (RAD-sequencing) sera menée sur deux espèces choisies afin d’observer l’impact des gradients d’urbanisation sur la distribution de la diversité génétique de ces plantes herbacées.

Profil et compétences souhaités
Ce stage de master 2 en écologie requiert un étudiant très rigoureux dans les cultures expérimentales et les mesures morphologiques, à l’aise avec les outils informatique tel que l’environnement de programmation R, ayant des connaissances dans l’analyse fonctionnelle des populations et communautés et de l’intérêt pour la botanique. Intérêt et implication sur les questions de conservation de la nature en ville et en lien avec les acteurs de l’environnement.

Lieu, période et durée du stage
Le stagiaire sera accueilli à l’Institut de Botanique de l’Université de Strasbourg, dans le Laboratoire Image Ville Environnement (UMR 7362 Unistra, CNRS). Il y sera co-encadré par Audrey Muratet et Laurent Hardion. La durée du stage est de 6 mois et débute en mars 2022.
Les réponses sont à transmettre avant le 8 novembre 2021.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected]ecologie.org.