Plusieurs comportements sociaux ont évolués au sein des fratries de Chouettes effraies afin de limiter la compétition liée à l’alimentation. Premièrement, les jeunes négocient vocalement en l’absence des parents afin d’obtenir l’accès à la prochaine proie. L’individu le plus motivé dissuade ses frères et sœurs d’entrer en compétition avec lui en émettant beaucoup de cris. Deuxièmement, il a été montré que les jeunes coopéraient entre eux. Les poussins les plus âgés donnent des proies aux plus jeunes. Troisièmement, les jeunes communiquent pour prévenir les frères et sœurs lorsqu’ils sont sur le point de manger une proie faisant partie du surplus.
Les poussins se livrent également à des sessions d’épouillages mutuelles plus ou moins longues. L’utilité primaire de ce comportement à laquelle on penserait serait de retirer les ectoparasites situés dans des zones du corps peu accessibles de ses congénères. Cependant, chez cette espèce la présence d’ectoparasites dans ces zones est rare. C’est pourquoi nous émettons l’hypothèse que ce comportement a plus un rôle de lien social entre frères et sœurs comme le suggère une précédente étude qui a démontré un lien entre ces sessions d’épouillages et les dons de proie. En effet, un poussin sera plus à même de donner une proie à un frère/sœur si celui-ci l’a épouillé auparavant. Cependant, ces relations entre épouillage mutuel et interactions sociales n’ont été étudiées qu’en laboratoire, avec une forte réduction de taille de nichée. En effet, seules les interactions entre 2 ou 3 jeunes ont été analysées alors que la taille de nichée moyenne en condition naturelle est de 4 à 6 poussins. De plus les liens avec les autres comportements sociaux n’ont pas encore été étudiés. Le rôle de ces sessions d’épouillage mutuelles chez la chouette effraie n’est donc toujours pas élucidé.
Le but du stage sera de déterminer le lien entre épouillage mutuel et les autres comportements sociaux présents chez cette espèce afin de déterminer si l’épouillage mutuel joue un rôle de renforcement des liens sociaux. Les données pour cette étude ont été récoltées durant la saison de reproduction de 2016 au sein de nichées complètes in natura sous différentes conditions écologiques. En effet, les nichées étaient naturellement nourrit par les parents et durant une nuit un ajout de nourriture a été fait pour limiter le conflit au sein de la fratrie. Des vidéos et enregistrements sonores ont été enregistrés durant 3 jours et 3 nuits par nichée. Les données concernant la communication vocale ont déjà été récoltées ainsi que les comportements de nourrissage et de don. L’étudiant devra tout d’abord récolter les données d’épouillage mutuel et ensuite d’analyser statistiquement ces données.

Référence :
Dreiss, A.N., et al., Vocal communication regulates sibling competition over food stock. Behavioral Ecology and Sociobiology, 2016. 70(6): p. 927-937.
Roulin, A., et al., Reciprocal preening and food sharing in colour-polymorphic nestling barn owls. Journal of Evolutionary Biology, 2016. 29(2): p. 380-394.

Profil recherché :
Niveau Master 2 en écologie
Goût pour l’observation et la statistique (modèles mixtes avec R ou SAS), bonne gestion de base de données (Excel, Access)

Conditions de stage :
Le stage se déroulera à l’Université de Lausanne (Suisse)
Durée du stage : de 4 à 6 mois
Le stage est non rémunéré

Contacts :
Dr Andrea Romano : [email protected]
Pauline Ducouret : [email protected]
Prof Alexandre Roulin : [email protected]

Veuillez envoyer votre CV et une lettre de motivation à Andrea Romano et Pauline Ducouret

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].