Contexte du stage

Depuis 2014, le Parc naturel régional des Landes de Gascogne (PNRLG) est engagé dans l’accompagnement des différents acteurs de son territoire pour la définition, la persévération et la remise en bon état des continuités écologiques au sein de la Trame Verte et Bleue (TVB) du Parc. Afin de répondre à cet engagement, une première démarche d’identification des continuités a été menée à plusieurs échelles spatiales. La méthodologie utilisée visait alors à identifier les continuités écologiques dites « structurelles » (c’est-à-dire les zones perméables aux déplacements des espèces et aux flux des processus naturels selon les caractéristiques physiques et la disposition des habitats naturels) et a permis d’engager un travail de cocréation avec les collectivités locales pour la prise en compte de la TVB, notamment au sein de leurs documents d’aménagement et de planification du territoire.
Le PNRLG souhaite aujourd’hui aller plus loin dans le diagnostic de l’état des continuités écologiques présentes sur son territoire afin de définir, par la suite, une stratégie de préservation et de remise en bon état de ces continuités.
Dans ce contexte, l’objectif du stage vise à repartir des analyses déjà réalisées sur l’identification des continuités écologiques et des points de conflits (avec le tissu urbain, le réseau routier, etc.) et de compléter le diagnostic par une analyse de la connectivité dite « semi-fonctionnelle », c’est-à-dire de la connectivité basée sur les potentialités d’utilisation des habitats naturels par les espèces pour se déplacer et réaliser leur cycle de vie, selon les connaissances actuellement disponibles. Il s’agira notamment d’évaluer plusieurs critères associés aux zones d’habitats, tels que leur degré de fonctionnalité théorique ou leur contribution au réseau écologique global, qui seront utilisés pour identifier les zones à protéger en priorité et celles à restaurer. Cette démarche sera utilisée, in fine, dans le but de hiérarchiser, dans le temps et dans l’espace, des orientations et des actions de préservation et de remise en bon état des continuités écologiques.

Missions principales

Plus spécifiquement, le/la stagiaire aura pour missions de :
– Prendre connaissance des études déjà réalisées en amont et faire un état des lieux des données géoréférencées actuellement mobilisables ;
– Vérifier la faisabilité de la méthode pressentie pour analyser la fonctionnalité théorique des continuités écologiques et l’adapter si besoin ;
– Définir les paramètres de l’analyse à partir d’une analyse bibliographique et de la consultation d’experts naturalistes ;
– Appliquer la méthodologie d’analyse et interpréter les résultats ;
– Réaliser, sur la base des résultats obtenus, une première hiérarchisation des enjeux et une première définition des actions de préservation et de remise en bon état des continuités écologiques.

Profil, connaissances et expériences recherchés

• Master 1 ou 2 en Ecologie/Gestion des espaces naturels/Aménagement du territoire, Système d’Information Géographique (SIG) ou équivalent ;
• Goût prononcé et bonnes connaissances en analyse de données, notamment de données géoréférencées ;
• Connaissances générales concernant l’écologie et la biologie des espèces faunistiques ;
• Maitrise des outils SIG (ArcGIS ou QGis) ;
• Des connaissances de base du logiciel Graphab seraient un plus.

Qualités professionnelles requises

• Esprit d’équipe ;
• Esprit d’analyse et de synthèse ;
• Rigueur scientifique ;
• Force de proposition ;
• Autonomie.

Détails du poste à pourvoir

• Encadrement : Le stage sera encadré par Julie Simon, chargée de mission au pôle Patrimoine Naturel, qui bénéficie de plusieurs années d’expérience en analyse de données pour des projets de recherche ou d’aménagement du territoire.
• Localisation : Maison du Parc, Belin-Béliet (33)
• Durée : 5 ou 6 mois
• Début de stage souhaité : février/mars 2022
• Temps plein (35h hebdomadaires), télétravail possible en fonction de l’évolution de la situation sanitaire
• Aucune mission de terrain n’est proposée dans le cadre du stage mais le/la stagiaire pourra accompagner, s’il/elle le souhaite, des agents du Parc ou d’autres stagiaires sur le terrain lors de plusieurs journées.
• Gratification légale (stage conventionné)
• Permis B et véhicule personnel fortement conseillé (le lieu de travail se situe en zone rurale)
• Ordinateur personnel nécessaire

Candidature

Les candidatures sont à adresser par mail à [email protected] avant le 20 janvier 2022. Celles-ci devront se composer d’une lettre de motivation, d’un CV à jour et, si possible, d’une lettre de recommandation d’un encadrant d’un stage précédent. Les entretiens sont prévus la dernière semaine de janvier.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].