Contexte :
Les études de biomonitoring en rivière portent principalement sur le groupe des diatomées en termes de diversité et d’amplitude écologique (IBD : Indice Biologique Diatomées, Coste et al. 2009). Dans les eaux continentales, la micro-méiofaune et les relations qu’elle entretient avec les producteurs primaires sont souvent négligées. Cette composante biologique peut représenter 50% à 97% des individus inventoriés dans des biofilms matures (Neury-Ormanni et al. 2016). La méiofaune module les relations de diversité-fonction des producteurs primaires. Elle favorise l’apport de nutriments par leur régénération (fèces, mort) et/ou leur dispersion (bioturbation) et induit l’action d’un contrôle top-down par le broutage (Lubchenco 1978, Sterner 1990, Rakowski and Cardinale 2016). Les herbivores consomment en moyenne 51% de la production primaire annuelle dans les systèmes aquatiques (Cyr and Face 1993). Leur comportement alimentaire est grandement influencé par la diversité spécifique des communautés algales (Rakowski and Cardinale 2016). La micro-méiofaune permanente des biofilms dispose d’une panoplie d’organisations buccales adaptées à leur régime alimentaire, ce qui permet de discriminer les brouteurs spécialistes des généralistes. La complémentarité des organismes étudiés (microalgues, hétérotrophes et méiofaune) et les changements opérant dans leurs interactions au niveau morpho-fonctionnel pourraient améliorer les connaissances et les pratiques dans l’évaluation des risques en écotoxicologie et la préservation de la biodiversité aquatique.

Références :
Coste, M., S. Boutry, J. Tison-Rosebery, and F. Delmas. 2009. Improvements of the Biological Diatom Index
(BDI): Description and efficiency of the new version (BDI-2006). Ecological Indicators 9:621-650.
Cyr, H., and M. L. Face. 1993. Magnitude and patterns of herbivory in aquatic and terrestrial ecosystems. Nature 361:148-150.
Lubchenco, J. 1978. Plant species diversity in a marine intertidal community: importance of herbivore food preference and algal competitive abilities. American Naturalist:23-39.
Neury-Ormanni, J., J. Vedrenne, and S. Morin. 2016. Who eats who in biofilms? Exploring the drivers of microalgal and micro-meiofaunal abundance. Botany Letters 163:83-92.
Rakowski, C., and B. J. Cardinale. 2016. Herbivores control effects of algal species richness on community biomass and stability in a laboratory microcosm experiment. Oikos:n/a-n/a.
Stanca, E., M. Cellamare, and A. Basset. 2013. Geometric shape as a trait to study phytoplankton distributions in aquatic ecosystems. Hydrobiologia 701:99-116.
Sterner, R. W. 1990. The Ratio of Nitrogen to Phosphorus Resupplied by Herbivores: Zooplankton and the Algal Competitive Arena. The American Naturalist 136:209-229

Questions problématiques/Objectifs du stage :
Quelle est la variabilité saisonnière des traits morpho-fonctionnels de la micro-méiofaune potentiellement brouteuse dans les biofilms d’eau douce ?
Quels sont les impacts potentiels sur les communautés de microalgues ?

Méthodologie/Outils :
L’étudiant(e) utilisera et complètera au besoin une base de données des traits morpho-fonctionnels de la micro-méiofaune alimentée régulièrement par l’équipe depuis 2014. A partir de données qualitatives descriptives et quantitatives de comptage issues des suivis saisonniers du plan d’eau de Gazinet-Cestas, il s’agira de déterminer, à l’aide d’outils statistiques, la dynamique de la micro-méiofaune en fonction des traits morpho-fonctionnels trophiques des brouteurs pour répondre aux questions suivantes :
– quelles sont les dynamiques saisonnières de la micro-méiofaune potentiellement brouteuse d’un biofilm hypereutrophe ?
– Quelle est la variabilité saisonnière des traits liés à la stratégie de sélection de proies (spécialisation ?) ?

Résultats attendus de la part du stagiaire :
Variabilité saisonnière des traits de la microméiofaune potentiellement brouteuse.

Calendrier prévisionnel :
Mois 1 et mois 2 : alimentation si nécessaire de la base de données
Mois 1 : recherche d’outils statistiques
Mois 2 : test des outils
Mois 2 : premiers résultats : variabilité saisonnière des traits morphofonctionnels de la micromeiofaune
Mois 3 : rédaction du rapport master 1 « Dynamique saisonnière des traits morphofonctionnels de la microméiofaune dans un biofilm d’eau douce ».

Date de début du stage souhaitée :
Premier semestre 2018

Durée du stage :
3 mois
+ éventuellement une prolongation de 2 mois du stage, au cours de laquelle l’étudiant(e) confrontera les résultats de l’analyse des traits des brouteurs à une étude de la variabilité saisonnière de la morphologie des proies (diatomées).

Profil du candidat :
Il est attendu du candidat de la rigueur, de l’autonomie et un goût prononcé pour le traitement de données (biostatistiques)

Modalités pour candidater :
Lettre de motivation et curriculum vitae détaillé à envoyer par courriel à
– Julie Neury-Ormanni : [email protected]
– Maud Pierre : [email protected]
– Jacky Vedrenne : [email protected]

Responsables de l’encadrement :
– Encadrante : Julie Neury-Ormanni (doctorante)
– Co-encadrants : Maud Pierre (IE) et Jacky Vedrenne (IE)

Informations complémentaires :
Le stage sera effectué à Cestas (à proximité de Bordeaux).
Le site bénéficie d’une possibilité de restauration sur place au tarif préférentiel « stagiaire ».
Le stage sera encadré par une convention entre Irstea et l’organisme de formation du candidat.
Ce stage est doté d’une gratification d’un montant d’environ 500 €/mois selon le temps de présence.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].