Structure d’accueil : Centre de Recherche et d’enseignement sur les systèmes côtiers (CRESCO) -Muséum National d’Histoire Naturelle – Station Marine de Dinard

Durée : 6 mois

Date de début de contrat : 03/01/22

Contexte :
Le projet CORAIL (Influence des conditions environnementales sur la croissance et la survie des coquilles Saint-Jacques de la côte d’Emeraude et de la Rance Maritime) est porté par le Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN) en partenariat avec l’Ifremer (LERBN – Station de Dinard) et en collaboration avec le CDPMEM d’Ille et Vilaine.

Le projet vise à caractériser la variabilité de la croissance et la survie des coquilles Saint-Jacques sur les différents gisements de la Côte d’Émeraude et de la Rance Maritime. Il explorera les effets des conditions environnementales et de la disponibilité et l’abondance des ressources nutritives sur la croissance et la survie des coquilles Saint-Jacques.

Le projet se décompose en trois grandes parties complémentaires:
– La première vise à comparer les croissances et structures en taille des coquilles dans les différentes baies et sites exploités de Côte d’Emeraude et en Rance Maritime. Pour cela, des naissains de coquilles issus d’écloserie ont été immergés en septembre 2021 et un suivi est initié pour deux ans.
En parallèle, des campagnes de prospection seront réalisées pour évaluer la structure en taille et en âge des gisements de coquilles aux différents sites.

– La seconde partie a pour objectif d’identifier et d’évaluer la contribution des différentes sources nutritives au régime alimentaire des coquilles Saint-Jacques. Les régimes alimentaires des coquilles des naissains d’écloserie et des différents gisements (mer et bassin maritime de la Rance) seront comparés et mis en parallèle des croissances et structures en tailles afin d’évaluer une potentielle influence du régime alimentaire des coquilles.

– La troisième partie a pour objectif de suivre la qualité de l’eau et les sources de nourriture des coquilles Saint-Jacques présentes dans les différents gisements étudiés. Pour cela l’étude s’appuie sur les stations du Réseau SOMLIT (Système d’Observation des Milieux Littoraux) suivis par le MNHN et du réseau REPHY (réseau de surveillance du phytoplancton et des phytotoxines) suivi par l’Ifremer le long de la côte d’Émeraude et dans le bassin maritime de la Rance.

Contenu du stage :
Intitulé : Influence des conditions environnementales sur la croissance et la survie des coquilles Saint-Jacques de la côte d’Emeraude et de la Rance Maritime.

L’objectif est ici de dresser un premier bilan de l’influence des facteurs abiotiques et biotiques (uniquement les ressources nutritives) sur la croissance et la survie de naissains de coquilles Saint-Jacques cultivés en mer et en Rance ainsi que sur les coquilles « sauvages » prélevées en parallèle.

Une comparaison sera réalisée entre les différents sites (en mer et en Rance) afin d’observer s’il existe des différences significatives de croissance (aussi bien pour les naissains mis en culture et que pour les coquilles « sauvages »). S’il existe des différences, à quel(s) facteur(s) pourrait-on les attribuer ?

Le/la stagiaire s’appuiera sur les données issues de la première année (septembre 2020 – septembre 2021) d’expérimentation en mer et d’acquisition de données. Les données sont de natures variées : hydrologiques (biologiques et physico-chimiques en lien avec les suivis REPHY et SOMLIT), isotopiques (hydrologie et muscle de coquille Saint-Jacques), et croissance des coquilles Saint-Jacques (taille des coquilles et lecture de stries).
Le/la stagiaire participera à la poursuite du suivi avec l’acquisition de données en mer et la suite des expérimentations in situ. Il/Elle participera au travail de laboratoire (filtrations, traitement des échantillons, analyses chimiques, prélèvements de muscle de coquilles, lecture de stries) en lien étroit avec l’équipe SOMLIT et REPHY.

Le stage fait appel à des compétences pluridisciplinaires, le/la stagiaire devra donc faire preuve d’adaptabilité. Il/Elle contribuera à l’acquisition de données dans un réseau national (SOMLIT) et devra être rigoureux. Possibilité de participer aux plongées si le/la stagiaire possède le CAH classe 1B.

Compétences attendues :
 Bonnes connaissances en biogéochimie et biologie marine ;
 Capacité à suivre précisément et rigoureusement des protocoles expérimentaux ;
 Aptitude au travail en laboratoire :
 Aptitude au travail en mer et en équipe ;
 Maitrise des outils statistiques.

Profil souhaité :
 Master 2 en cours;
 Posséder un niveau de plongée professionnelle CAH Classe 1B serait un plus ;
 Permis B.

Merci d’envoyer un CV détaillé, une lettre de motivation et si possible des références avant le 8 novembre 2021 à [email protected]

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].