Ce travail rentre dans le cadre d’une recherche doctorale intitulée « Dynamiques forestières et activités humaines dans les Préalpes du sud. Approche interdisciplinaire et diachronique sur la longue durée des interactions entre l’Homme et la forêt » et portera plus précisément sur la forêt de Faillefeu (Prads-Haute-Bléone), en lien avec l’abbaye médiévale du même nom, aujourd’hui en ruine. Pendant le Moyen âge, les moines exploitaient les pâturages alentours, dont certains sont aujourd’hui recouverts par la forêt, mais ont surtout vécu de l’exploitation de la forêt locale (les archives mentionnent des hêtres et des sapins) et de leur exportation par flottation vers la Basse-Provence. Or, la forêt actuelle de Faillefeu est aujourd’hui composée de sapins et d’épicéas dans sa partie basse et de mélèzes et pins sylvestres dans sa partie haute, dont certains pluri centenaires. Mais de hêtres, il n’y en a pas, ou plus.
L’objectif de ce stage est de reconstituer, par le croisement de données paléo-environnementales (charbons de bois prélevés dans les sols et en contexte archéologique, datations 14C, dendrochronologie) avec divers documents historiques (manuscrits, archives ONF et RTM, anciennes cartes), le rôle des activités humaines dans la mise en place de la structure et la biodiversité des forêts des Alpes de Haute-Provence, sur la longue durée (de la Préhistoire à l’époque moderne). Quelle est la résilience de forêts très anciennes ayant fait l’objet d’exploitations pluriséculaires ? La pédoanthracologie étudie les fragments de bois carbonisés piégés dans les sols en dehors des sites archéologiques. Elle fournit des indications précises sur les végétaux et les formations végétales incendiées localement au cours du temps (Dutoit et al. 2009, Talon 2010 , Touflan et al. 2010). La question est de savoir si les forêts actuelles issues de la reforestation spontanée ont des trajectoires dynamiques identiques ou différentes de celles qui occupaient naturellement la montagne avant le néolithique, afin d’évaluer leur résilience face aux perturbations climatiques en cours et à venir. Nous nous interrogeons également sur la place du hêtre (Fagus silvatica) dans ces trajectoires et son aire de distribution passée.
Programme de recherche associé : AMIDEX GALADIUS (Dir. D. Isoardi, CCJ): Des usages passés aux fonctionnements actuels des forêts. Genèse et devenir d’un territoire de moyenne montagne dans les Alpes du sud, l’exemple de l’Ager Galadius (Haute Bléone, Alpes-de-Haute-Provence, France)
Missions/Tâches à effectuer
Le terrain a été réalisé à l’automne 2021. Les sols sont prêts à être tamisés.
Le.la stagiaire aura à effectuer, avec l’aide de la doctorante :
– Le tamisage et le tri d’échantillons de sols issus des fosses pédologiques pour en extraire les charbons de bois
– L’identification anatomique de ces charbons de bois, en effectuant, si le matériel s’y prête, une typologie descriptive : classes de taille (diamètre), état du bois de départ (bois frais ou bois mort), vitrification, afin d’affiner l’interprétation des données (saison d’abattage, bois de tronc ou de branches) …
– L’interprétation des résultats en lien avec les données historiques et les données paléobotaniques régionales (dendrochronologie, palynologie), et en lien avec la végétation actuelle à l’aide d’analyses statistiques appropriées.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].