Le Service du Patrimoine Naturel propose un stage de 6 mois.

Le Service du Patrimoine Naturel (SPN) est un service du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) fournissant un appui scientifique et technique, essentiellement au ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie (MEDDE), dans le cadre de différents programmes de conservation ou de protection de la biodiversité. Dans ce cadre, il développe et diffuse des outils (référentiels, protocoles, standards de données…) pour collecter et diffuser les informations concernant le patrimoine naturel, son état et son évolution. Ce travail est mené en lien avec les partenaires concernés : organismes institutionnels, associations…

Contexte :
Deux directives européennes, la directive « Oiseaux » (79/409/CEE) (DO) et la directive « Habitats‐Faune‐Flore » (92/43/CEE) (DHFF), sont fondatrices d’un réseau écologique européen de sites dédiés à la conservation d’habitats naturels et semi‐naturels et d’espèces rares, endémiques ou menacées, appelé Natura 2000. L’objectif de ce réseau est de garantir le maintien de processus biologiques ou des éléments nécessaires à la conservation des types d’habitats ou des espèces pour lesquelles les sites ont été désignés. En milieu marin, 7 espèces de poissons, 1 reptile, et 5 mammifères marins font l’objet de la désignation de sites Natura 2000 au titre de la DHFF. Pour la DO, 23 taxons d’oiseaux (de l’annexe I/espèces migratrices) sont susceptibles de justifier la création de sites Natura 2000. Ces deux directives précisent que les Etats membres doivent prendre les mesures de conservation nécessaires pour répondre aux exigences écologiques de ces espèces et éviter la détérioration de leurs habitats. Ces derniers, benthiques ou pélagiques, sont définis par « des facteurs abiotiques et biotiques spécifiques où vit l’espèce à l’un des stades de son cycle biologique ».

Objectifs du stage :
Le MNHN a été chargé par la Direction des Pêches Maritimes et de l’Aquaculture (DPMA) de proposer une méthodologie d’évaluation des risques de dégradation engendrés par les activités de pêche maritime pour les espèces d’intérêt communautaire et leurs habitats d’espèces pour lesquels des sites Natura 2000 ont été désignés en France. Ce projet constitue une extension d’un premier travail du MNHN portant sur le développement d’une méthode d’évaluation des risques de dégradation des habitats d’intérêt communautaire par les activités de pêche (MNHN‐SPN, 2012a). Les premières étapes de ce projet impliquent i) une phase « connaissance » ii) la proposition de une/plusieurs méthodologies d’évaluation de la sensibilité des espèces d’IC (et leurs habitats) aux pressions (physiques et biologiques) liées aux activités de pêche.
L’objectif est d’élaborer des propositions de méthode(s) pour l’évaluation de la sensibilité des espèces d’IC (et leur habitats, le cas échéant) aux pressions liées aux activités de pêche, en se focalisant en priorité sur les mammifères et les espèces amphihalines. Ce travail s’appuiera sur une étude bibliographique et des échanges avec les spécialistes de ces groupes taxonomiques en France et à l’étranger.

Missions :
– Analyse bibliographique sur le sujet et consultation des experts scientifiques nationaux et internationaux permettant une évaluation des états et des tendances des populations espèces d’IC (mammifères et espèces amphihalines), leurs habitats, les principales pressions et menaces, et l’importance régionale de leurs populations (au sein et hors réseau Natura 2000). Réalisation d’une synthèse des résultats par espèce d’IC.
– Proposition de méthodologies adaptées à l’évaluation de la sensibilité de chaque espèce d’IC (et leurs habitats, le cas échéant) aux pressions liées aux activités de pêche. Réalisation d’une analyse critique des forces et faiblesses de chacune des méthodes (par espèce).
– Mise en place d’un réseau de partenaires scientifiques et techniques pour le suivi du projet.
– Rédaction d’un rapport de stage de fin d’étude.

Profil recherché :
Stage pour un diplôme de niveau bac+5 dans le domaine de l’écologie, la biologie de la conservation, ou la gestion des espaces naturels.
– Connaissances naturalistes de la faune marine et particulièrement des mammifères marins et amphihalins ;
– Connaissance des enjeux des directives européennes (DHFF, DO, DCSMM, …) ;
– Connaissance souhaitée dans le domaine de protocoles de l’évaluation écologique ;
– Connaissance et maîtrise de l’anglais indispensable ;
– Maitrise des outils informatiques et de recherche bibliographique ;
– Rigueur scientifique ;
– Esprit de synthèse et bonne capacité rédactionnelles ;
– Autonomie et aptitude à travailler en équipe.

Conditions :
Type de contrat : Stage
Durée : 6 mois (adaptable en fonction de la disponibilité du candidat et de la durée requise par l’établissement diplômant)
Date de prise de fonction : entre janvier et mars 2016 (en fonction de la disponibilité du candidat)
Lieu du poste : Paris 5e (75) (avec déplacements possibles)
Gratification : environ 500 € Net mensuel
Le stagiaire sera intégré à l’équipe du pôle marin du SPN.

Modalités de candidature :
Le dossier de candidature est à envoyer avant le 08 janvier 2016, par voie électronique à Annabelle Aish ([email protected]) et Marie La Rivière (marie.la‐[email protected]) avec comme intitulé de candidature Stage « Evaluation de la sensibilité des espèces d’intérêt communautaire »
Ce dossier comprendra : un curriculum vitae détaillé et tous les travaux susceptibles d’éclairer le jury ; une lettre de motivation.

Pour toute précision, les candidats sont invités à prendre contact au préalable avec :
– Annabelle Aish, Chef du Pôle Marin ([email protected]) – Tél : 01.40.79.80.77

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].