— Contexte
Le suivi des variations d’abondance de populations animales sauvages est compliqué par la variance d’échantillonnage (erreur de comptage), à tel point qu’à partir des années 70/90 les efforts se sont reportés sur la « reconstruction » a posteriori des trajectoires démographiques par modélisation démographique, plutôt que de tenter d’observer directement ces trajectoires par comptage.
Aujourd’hui les gestionnaires souhaitent revenir à des méthodes plus simples et moins coûteuses. En parallèle, des nouvelles méthodes basées sur les modèles dits à espace d’état sont apparues (Royle 2004). Elles ont cependant encore une histoire récente. Elles ont été très peu utilisées dans un contexte de suivi et de gestion des populations de grands mammifères.
L’objectif de ce stage est d’abord d’effectuer la synthèse des méthodes existantes, puis d’évaluer l’apport d’un outil statistique développé récemment par l’équipe d’accueil.
La ou le candidat(e) réalisera des simulations pour comparer les résultats issus des méthodes publiées aux résultats de notre outil interne de façon à illustrer les situations dans lesquelles le nouvel outil est supérieur. En particulier, la ou le candidat(e) étudiera des scénarios de démographie et de contraintes logistiques telles que rencontrées par les agents qui effectuent le suivi conservatoire des bouquetins (projet ALCOTRA 2018-2019).
La ou le candidat(e) aura aussi à disposition et analysera les données de suivis de plusieurs populations de grands herbivores en France : chamois, mouflon, cerf, chacune représentant une population pilote utilisée par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) pour développer son approche scientifique de la gestion des espèces chassées.
Selon l’expérience et les centres d’intérêts du ou de la candidat(e), une participation aux protocoles de terrain dans les Alpes française et/ou au développement opérationnel de notre outil interne (code sous R) sera envisagée. La participation à une publication scientifique issue des travaux du stage et/ou à des travaux de vulgarisation pour les équipes opérationnelles (ONCFS, Parcs naturels, Parcs nationaux) est fortement conseillée.
Pour candidater envoyer un CV et décrivez vos expériences et votre projet professionnel dans un email aux deux encadrants.

— Equipe d’accueil
Guillaume Péron (Chargé de recherche CNRS, Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive, Campus de la Doua, Villeurbanne/Lyon) guillaume.peron AT univ-lyon1 POINT fr
Mathieu Garel (Ingénieur de Recherche ONCFS, Unité faune de montagne, Gières – campus université de Grenoble) mathieu.garel AT oncfs.gouv POINT fr

— Qualités requises
– Une familiarité poussée avec le logiciel R et/ou la capacité prouvée d’apprendre de nouveaux langages informatiques sont nécessaires.
– Connaissances de bases en statistiques et intérêt pour les sciences appliquées.
– Maîtrise de l’anglais écrit, capacités rédactionnelles.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].