Période : de avril/début mai 2016 à septembre 2016 (a discuter)

Profil visé : Ingénieur agri/agro avec bonnes connaissances en botanique, capacités de manipulation en laboratoire, autonomie, qualités rédactionnelles

Laboratoire d’accueil :
Équipe « génétique, reproduction, populations »
Earth and Life Institute – Agronomy
Université Catholique de Louvain,
1348 Louvain-la-Neuve, Belgique

http://www.uclouvain.be/elia.html

Candidature : CV et lettre de motivation à envoyer au Professeur Anne-Laure Jacquemart [email protected] avant le 15/02/2016 (n’hésitez pas à me contacter pour toute question relative à ce stage).

Contexte : Les politiques de développement et de maintien de la biodiversité en ville sont de plus en plus plébiscitées (parcs, prairies urbaines, toitures végétalisées, arbres d’alignement). Plusieurs études 1,2 soulignent l’intérêt des zones urbaines pour la conservation d’un certain nombre d’espèces notamment des insectes pollinisateurs. Les ressources florales urbaines semblent en effet pouvoir fournir des ressources (pollen et nectar) intéressantes3–7. Pour beaucoup d’espèces, et en particulier les essences d’arbres utilisées en ville, ni la production de pollen et de nectar ni leur qualité/composition chimique n’ont encore été étudiées, bien que certains rapportent une toxicité potentielle du nectar de tilleuls pour les abeilles. De telles données sont pourtant sollicitées par les collectivités afin de pouvoir intégrer au mieux les arbres dans leurs plans de développement écologique et de gestion des espaces verts.

Notre équipe s’est déjà intéressée à une approche qualitative du pollen de certaines espèces d’arbres de la région Bruxelloise. En complément de cette première approche, nous souhaiterions pouvoir continuer ces acquisitions de données relatives aux productions de pollen (qualité et composition chimique (polypeptides, acides aminés, stérols), les compléter par des appréciations des ressources en nectar (qualité et composition en sucres), ainsi que développer une méthode d’évaluation du nombre de fleurs produites par arbre. Notre équipe, au sein du Earth and Life Institute de l’Université catholique de Louvain, dispose de l’expertise nécessaire et des installations ou collaborations permettant de mener à bien l’étude envisagée.

Mission : Le stagiaire localisera les arbres à suivre, réalisera des mesures et prélèvements sur le terrain avant de procéder aux analyses chimiques en laboratoire. Un document de synthèse et de présentation des résultats sera rédigé.

Stage non rémunéré.

Références : 1. Jones, E. L. & Leather, S. R. Invertebrates in urban areas: A review. Eur. J. Entomol. 109, 463–478 (2012). 2. Olive, A. & Minichiello, A. Wild things in urban places: America’s largest cities and multi-scales of governance for endangered species conservation. Appl. Geogr. 43, 56–66 (2013). 3. Bates, A. J. et al. Changing bee and hoverfly pollinator assemblages along an urban-rural gradient. PLoS One 6, e23459 (2011). 4. Banaszak-Cibicka, W. & Zmihorski, M. Wild bees along an urban gradient: winners and losers. J. Insect Conserv. 16, 331–343 (2012). 5. Hennig, E. I. & Ghazoul, J. Pollinating animals in the urban environment. Urban Ecosyst. 15, 149–166 (2012). 6. Baldock, K. C. R. et al. Where is the UK ’ s pollinator biodiversity ? The importance of urban areas for flower- visiting insects. Proc. Biol. Sci. 282, (2015). 7. Sirohi, M. H., Jackson, J., Edwards, M. & Ollerton, J. Diversity and abundance of solitary and primitively eusocial bees in an urban centre: a case study from Northampton (England). J. Insect Conserv. 19, 487–500 (2015).

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].