RESPONSABLES DU STAGE
Nom : David ROZEN-RECHELS et Jean-François LE GALLIARD
Tél : 01 44 27 42 58 (DRR)
Email : [email protected]
Merci de joindre un CV et une lettre de motivation à votre demande de stage.

LABORATOIRE D’ACCUEIL
iEES Paris, Université Pierre et Marie Curie

DUREE DU STAGE
2 mois (44 jours) non gratifiés

DESCRIPTION DU SUJET
Les aires de distribution des espèces, qu’elles soient animales ou végétales, pourront être impactées par les changements climatiques futurs (Pearson et Dawson 2003 ; Thomas et al. 2004). Il est donc devenu nécessaire de chercher à prédire leur dynamique en fonction des scénarios climatiques futurs en s’appuyant sur le lien entre l’abondance d’une espèce et le climat (Elith et al. 2006), ou en s’intéressant aux contraintes sur les liens entre un individu et son environnement (comportement, physiologie ; Kearney et Porter 2009).

La température est un paramètre environnemental clé dans ces prédictions car elle a pu être liée à nombre de caractéristiques individuelles (croissance, reproduction, phénologie) ou des populations (démographie, utilisation de l’espace ; Angilletta 2009). Chez les organismes animaux ectothermes (qui n’ont pas de contrôle interne de leur température corporelle), de nombreux modèles biophysiques ont cherché à prédire les coûts et bénéfices de la thermorégulation (Porter et Gates 1969 ; Kearney et Porter 2009). La thermorégulation est ici considérée comme l’ensemble des comportements que réalise l’animal afin d’influencer sa température corporelle. Cependant, ces comportements peuvent être contraints par la ressource hydrique. Le risque de dessication induit que les animaux moins hydratés évitent des températures trop grandes et ont une température préférée (température visée par un individu dans un environnement sans contrainte) plus faible que les animaux mieux hydratés (exemple dans Ladyman et Bradshaw 2003 chez des reptiles ; Tracy et al. 2013 chez des amphibiens). Chez les espèces vivipares, l’environnement hydrique n’est parfois pas seulement contraignant pour l’individu lui-même mais également pour sa descendance directe dans le cas d’une mère reproductive, induisant alors des modifications de phénotype, tel le comportement, via des effets dits maternels (Mousseau et Fox 1998). Un stress hydrique maternel peut être à l’origine par exemple d’une croissance accrue chez les petits, en conséquence d’un conflit pour l’eau entre la mère et ses embryons pendant la gestation (Dupoué et al. 2015, 2016). Nous ne savons cependant pas si cette progéniture va naître avec un comportement de thermorégulation qui limite les pertes en eau dans un environnement potentiellement limité en cette ressource.

Ce stage vise à étudier si les nouveaux-nés d’une mère soumise à un stress hydrique ont des préférences thermiques altérées par rapport à celles de petits nés de mère vivant sans contrainte hydrique. Le modèle utilisé est le lézard vivipare (Zootoca vivipara) qui est un petit squamate des régions tempérés habitués des zones humides et impacté par le stress hydrique (Lorenzon et al. 1999). De fin mai à juin 2017, des femelles gestantes ont reçus deux traitements différenciés en eau de deux semaines à peu près à la moitié de la gestation : soit elles se trouvaient dans des conditions standards d’élevage (traitement témoin), soit leur accès à l’eau était réduit. A la naissance, un sous-échantillon des petits issus des pontes était placé dans un gradient thermique et filmé afin de connaître leurs préférences thermiques. La position de l’individu a ainsi été relevée environ 2 fois par seconde dans le gradient pendant 20 minutes.
Le travail de l’étudiant-e au cours de ce stage consistera en l’élaboration d’hypothèses quant à la réponse comportementale de ces nouveaux-nés au stress hydrique de leur mère, et à tester ces hypothèses en analysant les données récoltées à l’aide du logiciel R. Les localisations des individus dans les gradients au cours des vidéos ont déjà été extraites. L’étudiant-e travaillera sur ces données brutes qu’il-elle devra mettre en forme pour les analyses. D’autres manipulations ou une aide de terrain pourraient être envisagées selon l’avancée de l’étudiant-e dans le projet et les dates de stage.

Compétences requises :
Bases en programmation dans R.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].