http://sfa.univ-poitiers.fr/bop/wp-content/uploads/sites/6/2017/11/Clause1_Sujet_stage_M1-L3_EES_2018.pdf

Mots-clés : Maraîchage ; Pratiques agroécologiques ; biodiversité fonctionnelle ; carabes ; araignées

Contexte scientifique :
Pour obtenir des rendements économiquement durables et de qualités gustative, nutritive et sanitaire, les pratiques agroécologiques cherchent à favoriser i) l’accessibilité des ressources nutritives aux plantes et ii) la régulation de maladies ou de ravageurs de cultures. Ainsi, les pratiques agroécologiques visent à optimiser les fonctions écologiques exercées par les espèces décomposant et minéralisant la matière organique (détritivores) ainsi que les auxiliaires de cultures régulant les ravageurs. Ces fonctions se traduisent par des services rendus à l’agroécosystème et à l’agriculteur : la fertilité du sol et la lutte biologique.
Le projet PermaBiosol a pour but d’évaluer les impacts de l’utilisation de deux pratiques agroécologiques [associations de cultures et/ou utilisation de buttes de culture] sur les communautés de détritivores, d’auxiliaires de cultures et de pathogènes/ravageurs en maraîchage biologique (micro et macroafune) et, in fine, sur la production de tomates. Si certaines études montrent l’intérêt des couverts végétaux sur ces communautés, elles restent rares dans le cadre de deux productions cultivées et sur le terrain.
Le stage s’inscrit dans le cadre du suivi de la macrofaune du sol auxiliaire de culture (carabes, araignées), détritivore (cloportes, vers de terre) et ravageuse potentielle de culture. Le suivi aura commencé en Avril 2018 à Pontenx-les-Forges (Landes) et Adriers (Vienne).
Ces premières données permettront d’observer une première tendance de réponse des communautés d’espèces et fonctionnelles entre les traitements.

Hypothèses testées dans le projet :
– La plantation sur butte favorise les communautés d’auxiliaires de culture et de détritivores
– La macrofaune du sol varie entre les associations de culture ou la monoculture de tomate

Le/la stagiaire participera aux prélèvements et observations au champ dès le début du stage.
En laboratoire, son travail consistera majoritairement en l’identification de la macrofaune rencontrée ainsi qu’à l’analyse des données. Dans la mesure du possible, il pourra aussi utiliser les données récupérées lors du prélèvement d’Avril 2018.

Références bibliographiques :
1) Depalo, L., Burgio, G., von Fragstein, P., Kristensen, H.L., Bavec, M., Robačer, M., … & Canali, S. (2017). Impact of living mulch on arthropod fauna: analysis of pest and beneficial dynamics on organic cauliflower (Brassica oleracea L. var. botrytis) in different European scenarios. Renewable Agriculture and Food Systems, 32(3), 240-247.
2) Gaba, S., Lescourret, F., Boudsocq, S., Enjalbert, J., Hinsinger, P., Journet, E. P., … & Pelzer, E. (2015). Multiple cropping systems as drivers for providing multiple ecosystem services: from concepts to design. Agronomy for Sustainable Development, 35(2), 607-623.
3) Kromp K., 1999. Carabid beetles in sustainable agriculture: a review on pest control efficacy, cultivation impacts and enhancement. Agriculture, Ecosystems and Environment, 74, 187–228.

Compétences particulières souhaitées :
Intérêt fort pout la détermination entomologique ; connaissance des statistiques et du logiciel R ; rigueur

Lieu de stage : Poitiers, Laboratoire EBI (Equipe EES)
Supervision : Julia Clause (MCF) et Jérémy Detrey (Doctorant), Université de Poitiers Laboratoire EBI -EES.
Contact et envoi de CV+LM à [email protected]

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].